Législatives: 85 bureaux de vote dans notre circonscription

A l’occasion des élections législatives des samedis 3 et 17 juin, 26 bureaux de vote seront ouverts au Canada et 59 aux États-Unis, indique un arrêté du 18 mai publié au J.O. du 21 mai 2017.

La liste des bureaux est la suivante:

Canada

  • Moncton: 1 bureau
  • Montréal: 14 bureaux
  • Ottawa-Montréal (électeurs de la région de Gatineau): 1 bureau
  • Québec: 3 bureaux
  • Toronto: 3 bureaux, dont un à Ottawa-Toronto
  • Vancouver: 5 bureaux (2 à Vancouver, un à Calgary, un à Edmonton, et un à Victoria)

Par rapport à 2012, Montréal perd 6 bureaux de vote. Calgary et Vancouver se regroupent: en 2012, il y avait un bureau à Calgary et un à Vancouver, en 2017 il y en a 5, qui dépendent tous de Vancouver, et sont dispersés dans quatre villes. Il y a sera donc plus facile de voter.

États-Unis

  • Atlanta: 4 bureaux (Atlanta, Greenville, Nashville, Raleigh). Par rapport à 2012, les bureaux de Charlotte et Charleston disparaissent, celui de Nashville est rajouté.
  • Boston: 3 bureaux
  • Chicago: 5 bureaux (2 à Chicago, 1 à Cincinnati, 1 à Détroit et 1 à Minneapolis). Par rapport à 2012, la ville de Chicago, perd un bureau. Les autres villes de cette circonscription restent inchangées.
  • Houston: 3 bureaux (Houston, Austin, Dallas). Par rapport à 2012, Dallas et Houston perdent chacune un bureau.
  • La Nouvelle-Orléans: 1 bureau
  • Los Angeles: 10 bureaux  (6 bureaux à Los Angeles, 1 Arizona – Nouveau-Mexique, 1 Colorado, 1 Nevada, 1 San Diego). L’ensemble de cette circonscription est maintenu au niveau de 2012, c’est-à-dire 10 bureaux de vote, mais dont les appellations ont été modifiées.
  • Miami: 6 bureaux (2 à Miami, 1 à Orlando, 1 à San Juan, 1 à Tampa, 1 à West Palm Beach). Dans cette circonscription, le bureau de vote de Nassau (Bahamas) n’existe plus.
  • New York: 10 bureaux, (1 au Consulat général, 1 EINY New York, 1 NYFACS New York, 1 SCAC IS, 2 à Brooklyn, 1 à FAA Jersey City, 1 à Mamaroneck FASNY, 1 à Princeton et 1 à Hamilton-Bermudes). En 2012, la circonscription comptait 16 bureaux, avec des dénominations parfois différentes.
  • San Francisco: 12 bureaux de vote (1 à Bellevue, 1 au Consulat général San Francisco, 2 à Berkeley, 1 à Honolulu, 3 à Palo Alto, 1 à Portland, 2 à LIFA San Francisco et 1 à Sausalito). Cette circonscription a gagné deux bureaux au total, mais les dénominations ont changé. Seattle a disparu de la liste.
  • Washington: 5 bureaux de vote (3 à Washington, 1 à Philadelphie et 1 à Newport News). Les bureaux de Norfolk et Rollingwood 1 & 2 ont disparu.

Retrouvez ici la liste des bureaux de vote de 2012.

En 2012, un peu plus de 156.000 électeurs étaient inscrits sur les listes électorales USA-Canada. En 2017, ils sont 200.000.

En 2012 toujours, presque 32.000 personnes avaient voté à l’urne, 363 par correspondance et 22.000 par Internet au premier tour. Cette année, le vote par Internet est suspendu. Sur l’ensemble de la circonscription, 39.000 personnes ont demandé à pouvoir voter par correspondance.

A l’heure où nous publions ces lignes, les électeurs sont convoqués pour le 3 juin de 8 heures à 18 heures, heure légale, comme l’indique ce décret. Nous ne sommes pas en mesure de savoir quel(s) bureau(x) de vote pourraient ouvrir au-delà des heures ordinaires. Le Journal Officiel ne paraissant pas le lundi, il faudra attendre encore un peu.

Le matériel électoral (papier) doit quitter la France à compter du mardi 23 mai selon l’échéancier indiqué dans le mémento du candidat.

De Lescure à Langlois, dix-neuf candidats

Dix-neuf candidats se disputeront le samedi 3 juin 2017 les suffrages des deux cents mille électeurs inscrits de la première circonscription législative des Français hors de France, qui regroupe le Canada et les États-Unis. Frédéric Lefebvre, député élu lors de la partielle de 2013, se représente. Le débat coorganisé par French Morning se déroulera le 23 mai.

À l’occasion du 1er tour des élections générales du 2 juin 2012, dix-huit candidats se présentaient devant 156.000 électeurs. La participation avait été de 20,40%. À l’occasion de l’élection partielle du 25 mai 2013, douze candidats briguaient les suffrages de près de 152.000 électeurs inscrits, et la participation avait été de 13,47%, une baisse logique pour une élection partielle.

Dans l’arrêté du 15 mai (publié au Journal officiel du 16 mai) le candidat de La République en marche ouvre… la marche, la candidate de la France insoumise la ferme.

Les candidats

1. M. Roland Lescure, remplaçante Mme Pascale Richard

2. Mme Julie Morel, remplaçante Mme Méline Le Gourrierec

3. M. Arnaud Dumas de Rauly, remplaçant M. Pascal Dubois

4. Mme Elise Desaulniers, remplaçant M. Renan Larue

5. M. Frédéric Lefebvre, remplaçante Mme Claire de Gérin-Ricard

6. Mme Jocelyne Le Boulicaut, remplaçant M. François Doucet

7. Mme Christine Agathon-Burton, remplaçant M. Gaspard Skoda

8. Mme Laure Pascarel, remplaçant M. Albert Amar

9. M. Damien Regnard, remplaçant M. François Pichard du Page

10. M. David Sanchez David, remplaçant M. Jean Lenormant

11. Mme Marianne-Ségolène Gindrey, remplaçant M. Gérard Jabut

12. M. Vincent Boileau-Autin, remplaçante Mme Elodie Brun-Mandon

13. M. David Lawson, remplaçante Mme Laurence Ameur

14. M. Florent Fernandez, remplaçant M. Jean-Sylvain Boige

15. M. Yan Chantrel, remplaçante Mme Morgane Rolland

16. Mme Fanny Etter, remplaçant M. Yann Ollivier

17. M. Balie Topla, remplaçante Mme Albane Boin

18. M. Denis Franceskin, remplaçante Mme Sandra Roca-Ribet

19. Mme Clémentine Langlois, remplaçant M. Nicolas André

Rappelons que cette année le vote par internet est suspendu, en France comme aux Pays-Bas, pour cause de risque de piratage informatique. Une PPL sénatoriale a été déposée en mars dernier, mais évidemment pas encore étudiée. Les seules possibilités pour voter sont donc:

– à l’urne: surveillez votre courriel de convocation ou vérifiez dans l’enveloppe électorale si l’adresse de votre centre de vote est la même qu’à la présidentielle

– par correspondance: si vous vous êtes inscrits pour ce mode de scrutin, votre pli doit parvenir à votre poste consulaire au plus tard le 1er juin. Sinon, rien ne vous empêche de voter à l’urne.

– par procuration: si vous n’avez pas déjà rempli de procuration, renseignez-vous auprès de votre poste consulaire pour connaître les heures d’ouverture ou voir si une tournée consulaire est prévue. Les équipes de certains candidats ont prévu des dispositifs pour regrouper les procurations: si vous ne connaissez personne pour aller voter à votre place, et que vous savez à qui vous voulez accorder votre suffrage, n’hésitez pas à les contacter.

Les bureaux de vote ouvriront le samedi 3 juin à 8 heures et fermeront à 18 heures, sauf ceux à fermeture retardée, dont la liste n’a pas encore été établie. Le second tour aura lieu le samedi 17 juin sur le continent américain.

Les professions de foi et les bulletins seront centralisés en France le jeudi 18 mai, avant d’être acheminés vers votre domicile par voie postale, accompagnées si vous l’avez demandé du matériel relatif au vote par correspondance.

Dix-neuf candidats sur notre circonscription, c’est certes une nouveauté. Mais il convient de relativiser, pour deux raisons. D’une part il s’agit d’une élection récente, conséquence d’un redécoupage électoral intervenu dans le quinquennat Sarkozy. D’autre part, c’est dans la médiane cette année: la 10e circonscription (où le sortant Alain Marsaud se représente) compte onze candidats, la 9e circonscription (où le sortant Pouria Amirshahi ne se représente pas) en compte vingt-sept.

Le mardi 23 mai, à 18h30 (heure de l’est), une partie des candidats se livrera à un débat. Cette année, le débat aura lieu à Montréal -il se passait à New York en 2012 et 2013- et French Morning aura comme partenaire le site montréalais Maudits Français. Davantage de renseignements sur French Morning, dont les critères de sélection des participants. Pour y assister, l’entrée est libre, mais l’inscription est obligatoire.

Roland Lescure investi par EnMarche!

Roland Lescure sera le candidat macroniste dans la 1ère circonscription des Français hors de France (USA et Canada), indique ce jeudi 11 mai un communiqué de EnMarche!, rebaptisé La République en marche. De passage à Québec voici un mois, il avait indiqué à Soir Américain n’être pas candidat.

Petit-fils de Pierre de Lescure (cofondateur des Éditions de Minuit), fils François Lescure (résistant et pilier du journal L’Humanité), demi-frère de Pierre Lescure (journaliste, homme d’affaires, et depuis 2014 président du Festival de Cannes), Roland Lescure n’a pas choisi la voie pourtant toute tracée du vaste monde de la communication. Après Polytechnique, il s’est lancé dans la finance. Tout d’abord dans les années 90 pour des organismes dépendant de Bercy (l’Insee entre autres), puis dans la gestion d’actifs pour une filiale de la Caisse des dépôts, ainsi que pour Groupama.

Roland Lescure, le 9 avril à La Ninkasi Saint-Jean. Photo F.A.

En 2009, un cabinet de recrutement le mettait en contact avec la Caisse de dépôts et de placements du Québec (CDPQ), et il s’installa à Montréal avec un confortable salaire et la promesse d’une belle retraite. Ses fonctions l’ont mené à divers déplacements, évidemment fréquemment à Québec, mais aussi entre autres en France. Cependant, il nous expliquait le 9 avril dernier n’avoir rencontré Emmanuel Macron qu’une fois dans le cadre de ses fonctions, mais pas encore dans le cadre de son engagement politique, alors qu’il a rejoint EnMarche dès avril 2016.

Lors de sa venue à La Ninkasi Saint-Jean (à Québec) le mois dernier par un beau dimanche ensoleillé dans la foulée de son départ de la CDPQ, Roland Lescure se considérait encore comme un « militant comme un autre« . Il expliquait ne pas regarder vers les législatives, mais uniquement mettre « toutes les énergies sur le premier tour » de la présidentielle, comme une course d’obstacles.

Depuis un an, Roland Lescure possède la citoyenneté canadienne. Pour la petite histoire, ce quinquagénaire a offert à sa fille pour Noël l’ouvrage de son candidat favori (aujourd’hui élu président) alors que celle-ci lui offrait celui de Jean-Luc Mélenchon, qu’il a indiqué avoir lu.

Clémentine Langlois, candidate de la France insoumise

Clémentine Langlois a été élue par des militants de la France insoumise de la première circonscription des Français de l’étranger (USA-Canada), afin de les représenter lors des législatives qui se dérouleront les samedis 3 et 17 juin 2017.

Clémentine Langlois a travaillé comme consultante dans le secteur santé-social avant d’atterrir il y a un an à Ottawa pour y reprendre des études. Elle souhaite se

Clémentine Langlois. Photo DR.

spécialiser en épidémiologie. Engagée à gauche depuis une vingtaine d’années, elle explique avoir créé en 2015 le groupe des insoumis de Paris 15e. Depuis 2016, elle coanime le groupe d’appui d’Ottawa.

Convaincue que la France insoumise « n’est qu’au début de son histoire », la candidate compte mettre l’accent durant la courte campagne qui débute « sur la priorité donnée au développement des économies locales, la transition écologique et la justice sociale ».

Dans sa profession de foi, la candidate annonçait qu’elle allait sillonner « largement notre circonscription » pour se consacrer « aux rencontres, au partage et au renfort de la cohésion » des insoumis, dans le but de représenter les Français des USA et du Canada à l’Assemblée nationale « et porter haut et fort le message d’universalité que notre position particulière exige que nous défendions ».

Âgée de 44 ans et mère de deux enfants, Clémentine Langlois est par ailleurs la fondatrice de Fongwama, une association congolaise qui développe des applications libres dans le domaine de la santé et de l’éducation.

Les élections-éclair qui ont mené à la désignation de Clémentine Langlois comme candidate de la France insoumise dans notre circonscription par 56 voix sur 126 électeurs ayant pris part au vote (contre 47 voix pour le candidat de Montréal et 14 voix pour celui de New York) font suite à un retournement de situation intervenu le 3 mai.

Dix jours après le premier tour de la présidentielle, l’investiture obtenue en janvier 2017 par Eléonore Gachet (de San Francisco) semblait devenue « illégitime » auprès de certains militants de Montréal. Ceux-ci se sentaient non représentés eu égard au bon score de Jean-Luc Mélenchon dans la métropole économique du Québec, où les Français votent traditionnellement à gauche. Cependant, une candidature autre que montréalaise fait sens: c’est dans les autres villes du Canada et des États-Unis que le plus gros du travail est à faire si la candidate de la gauche veut remporter la circonscription détenue depuis le 9 juin 2013 par Frédéric Lefebvre.

Reste maintenant à ce que la commission électorale de la France insoumise statue sur cette candidature et la valide rapidement. Il faudra ensuite la déposer officiellement avant le vendredi 12 mai à 18h (heure de Paris), comme nous l’avions indiqué le 25 avril.

Présidentielle deuxième tour: USA et Canada votent beaucoup plus Macron que la France

En Amérique du nord, les élections auront été marquées par une hausse de la participation et des scores plébiscitaires en faveur d’Emmanuel Macron. 

Dans la journée de samedi, French Morning a fait la tournée des bureaux de vote, et a ainsi constaté une hausse de la participation aux USA. Il en est de même au Québec et apparemment dans le reste du Canada: selon L’Outarde libérée, la participation était en hausse de deux points à 13h à Montréal. En France, à 17h, la participation était de 65,3% selon le ministère de l’Intérieur: en baisse par rapport au premier tour, et par rapport aux scrutins précédents. Par exemple en 2002, où Jean-Marie Le Pen était au deuxième tour, la participation était, à la même heure, de 67,6%.

Québec

A l’ouverture des bureaux de vote à 8h, à Québec. Photo Caroline Loy.

La fluidité des passages à l’urne et le mauvais temps avaient laissé penser aux observateurs que la participation allait être fortement en baisse à Québec. Avec une participation similaire, voire en hausse dans certains bureaux, Québec obtient néanmoins un nombre de suffrages exprimés légèrement inférieur. En effet, plusieurs personnes se sont déplacées pour exprimer leur mécontentement, majoritairement par un bulletin blanc: dans le bureau 1, il y avait 4 fois plus de bulletins blancs que de bulletins nuls.

Le score de Marine Le Pen (13,9% au premier tour) est néanmoins resté inférieur à 20% (19,62%). Sur un total de 4032 suffrages exprimés, Emmanuel Macron en obtient 3241 (80, 38% des voix) et Marine Le Pen 791 (19,62%).

Ottawa-Montréal (résidents de la région de Gatineau, Québec)

A Ottawa-Montréal, la participation était supérieure à 50%, contre 48% au premier tour. Marine Le Pen, qui avait obtenu 11,4% au premier tour, en obtient 15,22%.

Ottawa-Toronto

La participation était de presque 59% (56,4% au premier tour). Les blancs et nuls sont de 3,7%, contre 1% au premier tour. Emmanuel Macron obtient presque 89% des suffrages exprimés.

New York

Au premier tour, Emmanuel Macron avait obtenu 52% des suffrages exprimés, et Marine Le Pen 3%. Selon French Morning, le deuxième tour « confirme avec un score qui ferait rougir tous les dictateurs de la Terre » que le candidat d’En Marche! a su séduire les new-yorkais, avec 95% des suffrages exprimés.

Brooklyn a voté à 97% pour Emmanuel Macron, avec une participation en hausse de 5% par rapport au premier tour. Dans les deux bureaux de Mamaroneck, la participation est de 44,4%. Il y a 3,2% de blancs et nuls. Emmanuel Macron obtient 88% des suffrages.

Saint-Pierre et Miquelon

Le résultat final est similaire au résultat national: Emmanuel Macron l’emporte avec un peu plus de 63%. On note 16,6% de bulletins blancs et nuls.

A 14h19, le Premier ministre du Québec a adressé ses félicitations au président élu.

//platform.twitter.com/widgets.js

Dans un communiqué publié peu avant 18h (heure de l’est) dimanche, le Premier ministre du Canada Justin Trudeau a félicité « le président désigné Macron« , et insisté sur l’importance de la relation entre le Canada et la France tant dans des instances internationales qu’au regard « des profonds liens culturels et interpersonnels » qui lient les deux pays. Parmi les objectifs fixés par M. Trudeau figurent la sécurité internationale, la collaboration scientifique et technologique, et la mise en oeuvre de l’AECG-CETA.

Avec un taux de participation de 45,84% sur l’ensemble des Français hors de France, Emmanuel Macron obtient 89,31% des suffrages exprimés, selon les résultats publiés lundi par le ministère de l’Intérieur. Au total, entre la France, les outremers et l’étranger, Emmanuel Macron obtient 66,10% des voix. C’est nettement moins que Jacques Chirac en 2002 face à Jean-Marie Le Pen, puisqu’il avait recueilli 82,21% des suffrages exprimés (62% des électeurs inscrits cette année-là).

Les résultats définitifs doivent être annoncés mercredi 10 mai par le Conseil constitutionnel. Le nom du président élu devrait être publié jeudi 11 au Journal officiel, et la passation de pouvoirs entre François Hollande et Emmanuel Macron doit avoir lieu dimanche prochain. C’est la première fois que, depuis plus d’un siècle, une passation de pouvoirs aura lieu un dimanche. La précédente passation de pouvoirs un dimanche remonte à 1906: le modéré Armand Fallières avait été élu avec l’aide de la gauche face à un radical soutenu par la droite.

Retrouvez ici notre analyse du premier tour de la présidentielle. Ce billet sera réactualisé jusqu’à mercredi soir.

De nouveaux bureaux de vote resteront ouverts jusqu’à 20h

À l’occasion du second tour de l’élection présidentielle -le samedi 6 mai 2017 sur le continent américain- de nouveaux bureaux de vote fermeront à 20h (heure locale) dans la circonscription de Miami.

Un arrêté du 27 avril, publié le 29 au Journal officiel, détaille les neuf bureaux supplémentaires à fermeture retardée. Il s’agit des deux bureaux de Miami (Miami 1 et Miami 2), dans la circonscription de Miami, qui compte au total sept bureaux de vote.

Ces deux nouveaux bureaux sont les premiers annoncés par le Quai d’Orsay aux États-Unis à fermeture retardée à 20h.

Pour le premier tour, le ministère avait ajouté les trois bureaux dépendant de Toronto aux vingt-neuf bureaux initialement prévus sur notre circonscription législative, tous gérés par les consulats généraux de Québec (quatre bureaux) et Montréal (25 bureaux, soit 24 à Montréal et celui intitulé « Ottawa-Montréal », où votent les Français de la region de Gatineau).

L’article 3 du décret de convocation des électeurs laisse jusqu’à cinq jours avant le scrutin la possibilité de retarder l’heure de fermeture d’un bureau de vote. Le 1er mai tombant un lundi (jour de la semaine où le Journal officiel ne parait pas), il ne reste plus que le JO du dimanche 30 avril pour apporter une dernière modification.

À Montréal, où une « réunion de crise » s’est tenue vendredi 28 avril entre les conseillers consulaires et la consule générale, des aménagements ont été prévus, notamment pour les handicapés, les personnes accompagnées d’enfants en bas âge, et les femmes enceintes. Lors du premier tour, Montréal avait été parmi les centres de vote où la pagaille avait été la plus marquante, alors que le taux de participation n’était que de 40,51% (contre 44,69% à Québec par exemple).

Les législatives s’étaleront du 3 au 18 juin

Dans la foulée du premier tour de la présidentielle (qui s’est tenu les 22 et 23 avril), un décret du 24 avril précise les dates et les modalités des élections législatives qui auront lieu les 3, 4, 10 et 11 juin pour le premier tour, les 17 et 18 juin pour le second tour.

Ce décret, publié au JO du 25 avril, indique que les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 18h, sauf dérogation, la fermeture la plus tardive ne pouvant toutefois pas intervenir après 20h (heure locale).

Les électeurs sont convoqués pour le premier tour:

  • le samedi 3 juin dans la première circonscription des Français hors de France (Canada, USA), dans la deuxième circonscription (Amérique du Sud – Mexique), et en Polynésie;
  • le dimanche 4 juin dans les neuf autres circonscriptions des Français de l’étranger;
  • le samedi 10 juin à Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, et dans les départements français d’Amérique (Guadeloupe, Martinique, Guyane);
  • le dimanche 11 juin en France hexagonale ainsi que dans le reste des outremers.

Le cas échéant, le second tour aura lieu:

  • le samedi 17 juin en Amérique du Nord et en Amérique du Sud, à Saint-Pierre et Miquelon, en Polynésie, à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, en Guadeloupe, Martinique, et Guyane;
  • le dimanche 18 juin en France hexagonale, dans le reste des outremers, et dans les neuf autres circonscriptions des Français de l’étranger.

Étalement des candidatures

Diverses dates sont fixées pour se porter candidat:

  • pour la Polynésie, les candidatures sont à déposer auprès du représentant de l’État dès maintenant, et jusqu’au 12 mai à 18h heure locale;
  • pour les onze circonscriptions des Français de l’étranger, les candidatures sont à adresser au ministère de l’Intérieur entre le 8 mai à midi et le 12 mai à 18h heure de Paris;
  • pour le reste des outremers et pour la France hexagonale, les candidatures doivent être reçues par le représentant de l’État entre le 15 mai et le 19 mai à 18h heure locale.

Cette année, les Français de l’étranger ne pourront pas recourir au vote électronique: devant un risque de cyberattaque, la France a décidé de s’aligner sur ses voisins des Pays-Bas. Dans la foulée de cette annonce, le sénateur (apparenté Les Républicains) Robert del Picchia avait déposé une proposition de loi instaurant un délai de trois semaines entre les deux tours des législatives pour les Français hors de France.

Pour le vote par correspondance postale, il fallait se signaler au plus tard le 14 avril, jour férié au Canada et aux USA (en 2017, c’était le Vendredi Saint).

Le Quai d’Orsay a prévu d’ouvrir davantage de bureaux de vote qu’aux législatives de 2012 (et 2013 en Amérique du Nord), sur les mêmes sites que pour la présidentielle. Si vous craignez de ne pas pouvoir voter à l’urne, il est temps de faire une procuration auprès de votre poste consulaire ou du consul honoraire: la marche à suivre est expliquée ici.

De nouveaux consuls à Vancouver, Chicago et La Nouvelle-Orléans

Trois nouveaux consuls prendront leurs fonctions prochainement au Canada et aux États-Unis. 

Par décret en date du 20 avril 2017, Philippe Sutter, conseiller des affaires étrangères, est nommé consul général de France à Vancouver, en remplacement de M. Jean-Christophe Tallard-Fleury, appelé à d’autres fonctions. Philippe Sutter est sous-directeur « action multilatérale » (groupe III) à la direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère de la Défense depuis 2015.

Par décret du 20 avril 2017, Guillaume Lacroix, conseiller des affaires étrangères hors classe (cadre d’Orient), est nommé consul général de France à Chicago, en remplacement de M. Vincent Floreani. M. Lacroix est conseiller Afrique au Ministère des Affaires étrangères depuis 2013, et a déjà été premier secrétaire de l’Ambassade de France aux États-Unis entre 2005 et 2009.

Également par décret en date du 20 avril 2017, Vincent Sciama, secrétaire des affaires étrangères principal, est nommé consul général de France à La Nouvelle-Orléans, en remplacement de M. Grégor Trumel. Il était chargé de mission auprès du directeur des Nations unies, des organisations internationales, des droits de l’Homme et de la francophonie depuis janvier 2017. Auparavant, il avait notamment été directeur adjoint puis directeur de cabinet du secrétaire d’État chargé du Développement et de la Francophonie, André Vallini (mars à décembre 2016).

Kareen Rispal nommée ambassadrice au Canada

Par décret du 20 avril 2017, Kareen Rispal est nommée ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française au Canada.

Elle remplace Nicolas Chapuis, appelé à d’autres fonctions. Actuellement directrice des Amériques et des Caraïbes au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, elle a déjà été Conseillère culturelle et de coopération à l’ambassade de France à New York, aux Etats-Unis, de 2006 à 2010.

Kareen Rispal, et le sous-ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Jean-Stéphane Bernard. Photo : Délégation générale du Québec à Paris.

Titulaire d’une maîtrise de droit public, diplômée de Sciences-Po et énarque (promotion Diderot, 1986), elle a travaillé au service de la coopération économique à la direction des Affaires économiques et financières du MAE (1988-1989), été Sous-directrice du droit international économique et du droit communautaire à la direction des Affaires juridiques au sein du même ministère (1997-2000). Directrice du développement durable et des affaires publiques de Lafarge (octobre 2010-août 2014), elle est actuellement membre du Haut-Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

En poste à l’étranger, elle a notamment été première conseillère à l’ambassade de France à Londres (2000-2002), secrétaire générale de la délégation française à la 60ème session de l’Assemblée générale des Nations unies (septembre 2005-janvier 2006), et conseillère culturelle et de coopération à l’ambassade de France aux Etats-Unis (2006-2010)

Présidentielle premier tour: des résultats surprenants, surtout au Québec

De nombreux problèmes d’organisation, Montréal (bureau 06) qui commençait à peine à dépouiller à 4h du matin, de la pluie, des files d’attentes interminables, et des résultats surprenants: telles sont les grandes lignes de ce premier tour de l’élection présidentielle en Amérique du nord. 

Selon les résultats quasi-définitifs de Montréal (57.000 électeurs), la participation était semblable à 2012 (environ 41%). A Québec, le total des bureaux donnait une participation de l’ordre de 44%.

À Québec, une pluie continue et des files de longueur variable en fonction de l’heure (ici peu avant 16h)

Si les bureaux de vote ont ouvert globalement à l’heure, les files d’attente se sont vite allongées, au point d’en dissuader plus d’un. À Montréal, par exemple, une pétition à été lancée pour réclamer plusieurs centres de votes, les 24 bureaux montréalais étant situés tous au Collège Stanislas. A Québec, sous une pluie continue, la file d’attente oscillait en fonction du bureau de vote entre 1/2 heure et 1h30 environ. A Toronto, où il n’y avait que deux bureaux de vote pour 6000 électeurs, l’attente est montée jusqu’à 3 heures. A Berkeley, en revanche, pour trois bureaux, pas de temps d’attente.

Frédéric Lefebvre appelle à voter Macron

Au centre de vote de Québec, au collège Stanislas, les affiches de Marine Le Pen étaient absentes. Le Quai d’Orsay a précisé qu’elles n’avaient pas été livrées dans les délais impartis pour être présentes à l’étranger.

En milieu de journée, depuis Los Angeles, Frédéric Lefebvre (député LR sortant de notre circonscription) a appelé « résolument » sur Facebook à voter Emmanuel Macron. « La France a besoin d’addition pas de division. Elle a besoin d’équilibre pas de radicalité » écrit-il notamment.

Il a également envoyé au Président de la République une lettre pour protester contre les conditions d’organisation du vote en Amérique du nord. Il y fait remarquer notamment des radiations abusives des listes électorales, de rattachements « arbitraires » à un nouveau bureau de vote distant parfois de plus de 400 km, de difficultés pour établir des procurations et de personnes qui ont découvert une fois arrivées au bureau de vote qu’elles n’étaient pas inscrites. Sur les quatre bureaux de vote de Québec, trois ont eu durant la journée des électeurs supplémentaires inscrits sur décision du Tribunal administratif de Paris. La cellule de veille parisienne du Tribunal a été sollicitée au moins une dizaine de fois.

Montréal (résultats partiels)

Le Bureau de vote n°6 n’a commencé son dépouillement qu’à 4h du matin. 40,52% des électeurs ont voté. Les bulletins blancs et nuls sont de l’ordre de 1%.

  • Emmanuel Macron: 36%
  • Jean-Luc Mélenchon: 29,5%
  • François Fillon: 14%
  • Benoît Hamon: 9,5%
  • Marine Le Pen: 6,3%

Au bureau de vote nº3 de Québec, l’urne est restée scellée longtemps après la clôture du scrutin: le président et les assesseurs s’affairaient à comprendre un différentiel entre les enveloppes non utilisées et ce qu’il était supposé leur rester. Des recomptages ont permis de comprendre que l’erreur provenait de Paris.

Québec (résultats définitifs)

  • Emmanuel Macron: 30,5%
  • Jean-Luc Mélenchon: 25,5%
  • François Fillon: 15, 75%
  • Marine Le Pen: 13,9%
  • Benoît Hamon: 8,1%

Ottawa-Montréal 

Il s’agit du bureau géographiquement situé à Ottawa, mais pour des électeurs du Québec. Participation de 48%, 1% blancs et nuls.

  • Emmanuel Macron: 37%
  • Jean-Luc Mélenchon: 21,5%
  • François Fillon: 15,7%
  • Marine Le Pen: 11,4%
  • Benoît Hamon: 8,4%

Ottawa-Toronto

Participation:56,4%, blancs ou nuls 1%.

  • Emmanuel Macron: 46,8%
  • François Fillon: 18,4%
  • Jean-Luc Mélenchon: 14,9%
  • Benoît Hamon: 8,6%
  • Marine Le Pen: 6,6%

Vancouver (bureaux 1 et 2)

  • Emmanuel Macron: 39,7%
  • Jean-Luc Mélenchon: 22%
  • François Fillon: 14,5%
  • Benoît Hamon: 12,5%
  • Marine Le Pen: 6,2%

Boston

  • Emmanuel Macron: 55%
  • François Fillon: 22,1%
  • Jean-Luc Mélenchon: 11%
  • Benoît Hamon: 5,7%
  • Marine Le Pen: 2,7%

Palo Alto

  • Emmanuel Macron: 58,9%
  • François Fillon: 24,1%
  • Jean-Luc Mélenchon: 7,1%
  • Benoît Hamon: 4,3%
  • Marine Le Pen: 3,4%

San Diego

  • Emmanuel Macron: 46,8%
  • François Fillon: 26,5%
  • Jean-Luc Mélenchon: 10,1%
  • Marine Le Pen: 7,6%
  • Benoît Hamon: 6%

Selon French Morning, qui se base sur 70% des suffrages dépouillés, Emmanuel Macron dépasse la barre des 50% aux États-Unis. Viennent ensuite François Fillon à plus de 24%, Jean-Luc Mélenchon à 10%, Benoît Hamon à moins de 6% et Marine Le Pen à 3,9%.

Résultats du scrutin des Français hors de France

Le ministère de l’Intérieur a publié lundi 24 avril au soir (heure de Paris) les résultats définitifs des Français de l’étranger. Au total, 44,28% des 1.264.113 inscrits se sont rendus aux urnes. Cette participation -en hausse de six points selon le Quai d’Orsay- correspond  à celle de la circonscription de Québec, mais les résultats sont tout autre. Le grand gagnant est Emmanuel Macron (40,40% des suffrages exprimés), devant François Fillon (26,32%). Jean-Luc Mélenchon est à 15,83%, Benoit Hamon à 6,87%, et Marine Le Pen arrive cinquième avec 6,48%. Le sondage rendu public fin mars ne donnait que les deux premiers dans l’ordre, reléguant Jean-Luc Mélenchon à la cinquième place avec 8%, alors qu’il en a obtenu le double.

À Québec, où le vote pour la candidate du Front national a plus que doublé et frôle les 14%, le maire Régis Labeaume espère que « les Français vont tout faire pour battre sévèrement Mme Le Pen ».

Mardi 25 avril dans la soirée (heure Paris), le Quai d’Orsay a publié l’ensemble des résultats, par circonscription électorale et par pays. Les résultats par circonscription sont disponibles en pdf ainsi qu’en Excel.

À la lecture de ces chiffres, on s’aperçoit que la participation (qui au total est en hausse de 6% dans le monde entier) a été très disparate. Quelques circonscriptions comptent moins de 20% de Français qui se sont déplacés aux urnes, d’autres sont carrément à plus de 65%! Les résultats par pays sont également disponibles en .pdf et en Excel.

Nos confrères montréalais de L’Outarde libérée ont publié mardi une carte interactive spécifique à la première circonscription législative des Français hors de France (USA et Canada) cette carte permet de voir les résultats du premier tour par circonscription électorale (poste consulaire) et se trouve ici.

Au final, les résultats France, outremers, et Français de l’étranger (à consulter ici) montrent que François Fillon n’a que 360.000 voix de retard sur Marine Le Pen, et qu’il manquait 600.000 voix à Jean-Luc Mélenchon pour se qualifier. Pour mémoire, en 2002, avec une participation de 71,6% (contre 77,77% cette année), Jean-Marie Le Pen n’avait éliminé Lionel Jospin que de deux cent mille voix. Le Premier ministre socialiste se présentait pour la deuxième fois à la magistrature suprême, le fondateur du Front national en était à sa quatrième candidature.

Avec 4,8 millions de voix, le candidat du FN était qualifié pour le second tour de 2002 (41 millions d’électeurs inscrits). En 2017, si quatre candidats dépassent les sept millions de suffrages exprimés, deux d’entre eux (François Fillon pour Les Républicains et Jean-Luc Mélenchon pour France Insoumise) ratent le coche. Il y avait près de 47,6 millions d’inscrits à ce premier tour.

Le second tour aura lieu samedi 6 mai en Amérique du Nord, à Saint-Pierre et Miquelon, aux Caraïbes, en Amérique du Sud et en Guyane. Il se déroulera le dimanche 7 mai dans le reste du monde. Les bureaux de vote (866 à l’étranger, un peu moins de 70.000 en France et dans les outremers) seront ouverts de 8h à 19h (heure locale), sauf les bureaux fermant plus tardivement. Ceux du Canada qui ferment à 20h sont indiqués ici et .

Sujet réactualisé régulièrement.