Archives Mensuelles: septembre 2016

Yan Chantrel se lance dans la course

Dans un communiqué diffusé ce mardi 20 septembre, l’élu consulaire et AFE Yan Chantrel annonce qu’il « sera le candidat du Parti socialiste lors des élections législatives », prenant ainsi beaucoup d’avance sur le calendrier prévu par les instances nationales du parti de la rue Solférino.

Yan Chantrel (à droite) à l'occasion de la première réunion de l'AFE nouvelle mouture, en mars 2015 à Paris. Photo: F.A

Yan Chantrel (à droite) à l’occasion de la première réunion de l’AFE nouvelle mouture, en mars 2015 à Paris.
Photo: F.A

Dans le chapitre 2 (article 5.2.2, page 33) des Statuts et règlement du PS, il est précisé que « les désignations de candidats pour les élections législatives sont adoptées en convention nationale sauf en cas de nécessité, par délégation par le bureau national ». À notre connaissance, les candidatures pour 2017 sont reçues jusqu’à mi-octobre 2016, puis examinées une dizaine de jours plus tard par les fédérations. En cas de candidatures multiples sur une même circonscription, il est procédé à une primaire -si besoin à deux tours à une semaine d’intervalle- puis la convention nationale doit se réunir le 17 décembre 2016 pour adopter les candidatures sur les diverses circonscriptions. Ce calendrier a été adopté début février par le conseil national du PS.

Dans son communiqué, Yan Chantrel annonce également la mise en place « dès le mois d’octobre » d’une plateforme participative destinée à créer « un dialogue citoyen » visant à élaborer le « projet des progressistes d’Amérique […] en amont de l’élection ». Notons par ailleurs que son site Internet était ce mardi en cours de refonte.

Né au printemps 1979 en Seine-Saint-Denis, élu conseiller consulaire de Montréal et conseiller AFE du Canada au printemps 2014, Yan Chantrel aura donc trente-huit ans -dont six années passées à Montréal- lors des législatives de 2017. Le candidat déclaré ira demain mercredi 21 septembre à la rencontre des Français de la circonscription consulaire de Québec. Le rendez-vous est fixé à 17h30, au bar d’Orsay, rue de Buade, à deux pas de l’ancien Consulat général de France à Québec.

Avec la présidentielle, les législatives, puis les sénatoriales (pour lesquelles les conseillers AFE ont le droit de vote), l’année 2017 sera riche en scrutins. C’est pourquoi à Soir Américain nous avons récemment créé une rubrique unique intitulée Elections 2017.

Attention: le calendrier électoral pour 2017 (à consulter ici) fixe les dates de vote aux 3 et 17 juin pour les circonscriptions électorales des Français de l’étranger, alors que le scrutin est prévu les 11 et 18 juin pour les circonscriptions de France hexagonale.

NDLR: comme nous l’avons fait en 2013 (législative partielle) puis en 2014 (consulaires et sénatoriales) nous traiterons les candidatures aux différents scrutins dont nous aurons connaissance; vous trouverez notre courriel de contact dans la rubrique À propos.

Publicités

Élections 2017: les démarches indispensables en 2016

Deux scrutins auront lieu en 2017: l’élection présidentielle prévue en avril et mai, et les législatives, annoncées en mai et juin. Alors que vient d’être publiée au Journal officiel du sénat la réponse à une question posée par Louis Duvernois (LR, Français hors de France), il est temps de faire le point sur votre situation électorale…

Dans sa question écrite nº 21233 publiée au JO Sénat du 14 avril 2016, le sénateur Duvernois évoquait les difficultés de l’exercice du droit de vote, notamment en cas de radiation par la commission administrative consulaire. À l’heure « d’une mobilité constante », l’élu craignait que la révision réglementaire des listes ne prive des électeurs de leur droit de vote.

Alors que doit s’ouvrir fin septembre une nouvelle session extraordinaire du Parlement, la réponse du Quai d’Orsay a été publiée au JO Sénat du 8 septembre. Rédigée à l’intention du ministre de l’Intérieur -l’organisateur des scrutins nationaux-, cette question fut transmise au ministre des Affaires étrangères -qui a en charge l’administration des Français de l’étranger.

Tout d’abord, le MAEDI rappelle que l’inscription au Registre dure au maximum cinq ans, et qu’il revient au Français hors de France de procéder à son renouvellement. Si l’inscription arrive prochainement à échéance, « plusieurs relances par courrier électronique et postal » doivent être expédiées par le poste consulaire. Et en 2016 chaque électeur doit être contacté à quatre reprises: deux salves de courriels ont déjà été envoyées mi-juin et mi-juillet aux 1,2 millions d’inscrits que comptent les LEC. Si vous ne les avez pas reçus (y compris dans les indésirables), manifestez-vous auprès de votre consulat. Un troisième envoi massif de courriels doit être effectué mi-septembre, puis un dernier mi-novembre. Et ceci même si votre carte consulaire est valide au-delà de 2017.

Dans le cas où vous auriez déménagé en France ou à l’étranger, ces courriels vous permettront de mettre à jour votre situation électorale, donc de potentiellement vous faire radier sans vous déplacer, ce qui est un préalable à toute demande d’inscription ailleurs…

Dans sa réponse, le ministère des Affaires étrangères rappelle les dispositions de l’article L12 du code électoral, utiles entre autres aux Français récemment retournés en France et ne pouvant pas encore justifier du paiement d’une Taxe d’habitation.

Enfin, cette réponse permet de savoir que, de 2012 à 2016, la population française inscrite au Registre a augmenté de 7,31% (1.710.890 Français cette année contre 1.594.303 en 2012) et le nombre des électeurs inscrits est, de son côté, passé de 1.147.403 en 2012 à 1.212.890 en 2016 (progression de 5,70%).

Notons que le même JO Sénat du 8 septembre, toujours en réponse à une question du sénateur Louis Duvernois, annonce que le nombre de bureaux de vote ouverts en 2017 aux Français de l’étranger sera en augmentation de 10,9% par rapport aux scrutins nationaux de 2012.

Les réponses ministérielles aux questions développées ci-dessus sont disponibles pages 3830 et 3832 de cette édition du JO Sénat.