Archives Mensuelles: septembre 2013

Copier-coller ministériel

Les agents recrutés localement par les ambassades et consulats ne peuvent prétendre à une indemnisation s’ils perdent leur emploi et retournent s’installer en France.

La sénatrice PS Claudine Lepage avait soulevé le problème en avril après que le Défenseur des Droits a estimé qu’il s’agissait d’une injustice. La réponse a été publiée en juin. En résumé: on va y réfléchir, c’est vrai, c’est préoccupant mais c’est ainsi.

À son tour, en mai, le sénateur PS Richard Yung pose à peu près la même question, avec à peu près les mêmes arguments, au MAE. La réponse est tombée le 26 septembre -la faute aux vacances, peut-être. Les employés du ministère qui l’ont rédigée ne se sont pas trop foulés, selon ce que l’on peut lire ici.

Si des parlementaires soulèvent la question, c’est parce qu’un expatrié qui travaille pour une société de droit privé pourra, s’il justifie de six mois de cotisations dans les douze derniers mois, percevoir l’allocation temporaire d’attente (ATA, lire sur Service Public). Soit 336€/mois sans aucune activité. Mais un cumul avec une petite activité est possible, ce qui est mieux que rien. Un ancien employé du Ministère étant par essence exclu du champ de compétence de Pôle emploi, il n’y a pas droit.

Si vous avez un job dans un consulat ou une embrassade et que vous le perdez, il vaut mieux, donc, ne pas envisager de rentrer en France. Pôle-emploi n’est pas « la Patrie reconnaissante »…

Moscovici en visite au Québec et au Canada

Le ministre français de l’Économie et des Finances Pierre Moscovici sera au Québec et au Canada du 27 au 30 septembre. Au menu, outre l’inauguration d’une usine française, rencontres et échanges…

Vendredi 27, Pierre Moscovici doit inaugurer l’usine Aerolia, qui doit voir la création de 150 emplois à l’aéroport de Mirabel, selon ce communiqué de presse de la société française de juin dernier. Il sera accompagné de Denis Lebel, le ministre (fédéral) de l’Infrastructure, des Collectivités, et des Affaires intergouvernementales, et bien entendu de la Première ministre Pauline Marois et du ministre des Finances Nicolas Marceau, avec qui il doit s’entretenir par la suite.

Le samedi, Pierre Moscovici a prévu de rencontrer Jean-François Lisée (ministre des Relations internationales, de la Francophonie, et du Commerce extérieur. Puis il parlera de « l’attractivité de la France » à des investisseurs canadiens, précise le Consulat général de France à Québec, avant de rencontrer les étudiants de l’école de commerce HEC de Montréal, puis la communauté française.

Après un dimanche calme, le ministre doit se rendre à Ottawa pour s’entretenir avec son homologue canadien Jim Flaherty. Il rencontrera également Thomas Mulcair, député fédéral NPD et chef de l’opposition officielle. Il sera notamment question d’économie mondiale et de lutte contre la fraude fiscale. Des sujets dans la ligne du G20 de Saint-Petersbourg, et qui sont d’une cruelle actualité après les révélations d’un côté de l’Atlantique sur une évasion vers les Îles Vierges britanniques de un milliard de dollars, et de l’autre du montage financier du « compte Cahuzac » de Singapour qui passait par les Seychelles et Dubaï.