Archives Mensuelles: mai 2019

Européennes 2019: marée verte au Québec, Loiseau s’envole à New York

L’élection des représentants français au Parlement européen avait lieu samedi, de 8h à 18h locales, en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Amérique du Sud, à Saint-Pierre, Miquelon, et Langlade, en Polynésie et dans les Caraïbes, y compris la Guadeloupe, les îles de Saint-Martin et Saint-Barthelemy, la Martinique et la Guyane.

Pour les Français hors d’Europe, il s’agissait du deuxième scrutin du XXIe siecle: lors du découpage de la France en grandes régions pour les régionales et les européennes en 2003 -Nicolas Sarkzy était ministre de l’Intérieur et avait essuyé une sévère défaite en 1999 , ces électeurs avaient été privés du droit de vote, sauf à être inscrits en France. Donc pas de scrutin ni en 2004, ni en 2009. En 2014, retrouvant le droit de vote, les Français hors de France étaient rattachés à l’Île-de-France, leur nombre d’inscrits étant similaire à celui de Paris. Il y avait pour eux 31 listes. Pour 2019, 34 listes étaient en concurrence, mais seulement 18 avaient envoyé des bulletins, selon notre constat à Québec, et plusieurs échos aux Etats-Unis et dans de grosses villes d’Europe.

Pour vous y retrouver dans les noms des listes et ceux des têtes de listes, le mieux est de regarder sur le site du ministère de l’intérieur.

La première surprise du scrutin de samedi fut la participation, en nette hausse. Par exemple plus de 16% à Montréal, 17% à Québec. Autre surprise de taille, le très bon score de la liste EELV, conduite par Yannick Jadot, eurodéputé élu en 2009, réélu en 2014. 

Montréal:
8860 suffrages valablement exprimés 

La liste EELV arrive en tête avec 2574 voix (29,05%), devant la liste LaRem-Modem soutenue par le président Macron, qui n’obtient que 2419 suffrages (27,30%). La liste Glucksman soutenue par le PS obtient 723 voix (8,16%), la liste France insoumise de Manon Aubry 673 voix (7,60%) et la liste RN (ex-FN) de Jordan Bardella arrive cinquième avec 458 voix (5,17%).

Gatineau:

1202 électeurs inscrits, 258 votants (21,5% de participation). Suffrages valablement exprimés 251.

La liste Loiseau (LaREM) arrive en tête, avec 74 voix, suivie de la liste EELV (61 voix). La liste RN (ex-FN) obtient 31 voix. Elle est suivie de l’autre liste écologiste, Envie d’Europe écologique et sociale (21 voix) et de la liste France insoumise (12 voix).
Les électeurs de l’Outaouais, bien que vivant au Québec et étant administrativement rattachés à Montréal, votent à Ottawa, plus proche. Le taux de participation (élevé pour un bureau de vote à l’étranger) peut s’expliquer par la facilité à voter.

Québec:

9719 inscrits, en tenant compte des trois inscriptions le jour-même sur décision de justice, toutes trois dans l’un des deux bureaux. 1657 électeurs ont voté (17%). Dix-sept bulletins blancs, vingt-neuf nuls (surtout des professions de foi à la place de bulletins de vote). Les suffrages valablement exprimés sont de 1611.

La liste du parti présidentiel obtient 426 voix (26,44%), talonnée par la liste EELV (413 voix, 25,63%).

La liste de l’ex-FN obtient 162 voix (10,05%), alors que Marine Le Pen avait obtenu 13,9% à la présidentielle.

La liste France insoumise n’obtient que 125 voix (7,7%): pour mémoire, Jean-Luc Mélenchon s’était classé deuxième à la présidentielle de 2017 avec 25,5%.

En cinquième position, on trouve la liste Bellamy (Les Républicains) avec 103 voix (6,39%), deux fois moins que ce que François Fillon en 2017 (qui avait un score similaire à celui de Marine Le Pen).

La liste Glucksmann, soutenue par le PS, obtient 93 voix.

Avec 57 voix, soit 3,5%, la liste UDI menée par Jean-Christophe Lagarde est septième, bien que Louis Giscard d’Estaing, candidat à la députation en 2013 en Amérique du Nord, figure en 3e position.

La liste pour le « Frexit » de François Asselineau obtient 53 voix, et la liste Hamon 51.
La circonscription de Québec est très vaste: elle s’étend du Nunavut à Trois-Rivières inclusivement, en passant par Sept-Iles. Mais aux européennes, le vote par correspondance est impossible: c’est soit par procuration soit à l’urne. En tenant compte de cette problématique de l’éloignement et de la météo magnifique du samedi 25 mai, la participation est étonnante, vu qu’elle était inférieure à 10% en 2014.

New York:
27170 inscrits sur l’ensemble des huit bureaux de vote, 4745 votants (17,46% de participation), onze blancs, cinquante-neuf nuls. Les suffrages valablement exprimés sont de 4675.
La liste Loiseau fait une belle échappée en obtenant plus de la majorité des votes: 2382 bulletins, soit 50,95%.

Yannick Jadot obtient 792 voix (16,94%), toutes les autres étant loin derrière.

La liste Glucksmann est troisième avec 361 bulletins (7,72%), talonnée de près par la liste Bellamy, à 342 voix (7,31%).

La liste Bardella-Le Pen fait 155 voix (3,31%), à quasi-égalité avec la liste Hamon (151 voix, soit 3,23%). Manon Aubry ferme la marche des candidats à plus de cent voix: elle obtient 113 bulletins, soit 2,42%.

Pour les résultats officiels, c’est à suivre ici. Les résultats de votre circonscription devraient se être disponibles auprès de votre poste consulaire. Les résultats de l’ensemble des Français hors de France seront disponibles ici, mais sans les détails par circonscription.

Les premiers sondages à 20h, heure de Paris, donnaient ce dimanche en trio de tête le Rassemblement national (comme en 2014), suivi de LaREM, EELV étant troisième, mais loin derrière.

François Delattre est rappelé à Paris, Nicolas de Rivière lui succède à l’ONU

Après quinze ans sans discontinuer sur le continent nord-américain, l’ambassadeur de France à l’ONU François Delattre est rappelé en France. Il va être remplacé à New York par Nicolas de Rivière, dont la prise de fonctions devrait avoir lieu le 1er juillet.

  • Le Journal officiel de ce jeudi 2 mai annonce l’installation pour le 1er juillet de Nicolas de Rivière à la Représentation permanente de la France à l’ONU. Il y sera ambassadeur, en remplacement de François Delattre, dont la même édition du Journal officiel indique qu’il succèdera au Quai d’Orsay à Maurice Gourdault-Montagne, qui prend bientôt sa retraite.
  • Au cours de sa carrière, que nous avions résumée en juin 2014 à l’occasion de sa mutation à l’ONU, l’ambassadeur François Delattre aura passé près de vingt ans sur le continent nord-américain:  quatre ans au service presse de l’ambassade de France à Washington (1998-2002), deux ans en France auprès du ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin, et depuis 2004 entre New York, Ottawa, Washington et la représentation permanente à l’ONU. Sa dénonciation de la position des États-Unis sur le viol comme arme de guerre, voici une dizaine de jours, restera sans doute longtemps dans les mémoires…
  • Point commun entre François Delattre et Nicolas de Rivière: tous deux faisaient partie de la délégation française désignée en septembre 1994 pour la 60e assemblée générale de l’ONU. Dans la même délégation, on trouvait aussi Dominique de Villepin. Ce détail figure au Journal officiel du 29 septembre 1994 (par ici).
  • Depuis 2015 au Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE, créé en 2013 par François Hollande), Nicolas de Rivière a entamé sa carrière au Quai d’Orsay à la sous-direction des Nations-Unies, des organisations internationales, des Droits de l’Homme et de la Francophonie (1992-1994, second septennat de François Mitterrand) et en a été le directeur de 2011 à 2014 (fin du mandat de Nicolas Sarkozy et début du mandat de François Hollande).