Archives de l’Auteur mistermenilmuche

Les législatives s’étaleront du 3 au 18 juin

Dans la foulée du premier tour de la présidentielle (qui s’est tenu les 22 et 23 avril), un décret du 24 avril précise les dates et les modalités des élections législatives qui auront lieu les 3, 4, 10 et 11 juin pour le premier tour, les 17 et 18 juin pour le second tour.

Ce décret, publié au JO du 25 avril, indique que les bureaux de vote seront ouverts de 8h à 18h, sauf dérogation, la fermeture la plus tardive ne pouvant toutefois pas intervenir après 20h (heure locale).

Les électeurs sont convoqués pour le premier tour:

  • le samedi 3 juin dans la première circonscription des Français hors de France (Canada, USA), dans la deuxième circonscription (Amérique du Sud – Mexique), et en Polynésie;
  • le dimanche 4 juin dans les neuf autres circonscriptions des Français de l’étranger;
  • le samedi 10 juin à Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, et dans les départements français d’Amérique (Guadeloupe, Martinique, Guyane);
  • le dimanche 11 juin en France hexagonale ainsi que dans le reste des outremers.

Le cas échéant, le second tour aura lieu:

  • le samedi 17 juin en Amérique du Nord et en Amérique du Sud, à Saint-Pierre et Miquelon, en Polynésie, à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, en Guadeloupe, Martinique, et Guyane;
  • le dimanche 18 juin en France hexagonale, dans le reste des outremers, et dans les neuf autres circonscriptions des Français de l’étranger.

Étalement des candidatures

Diverses dates sont fixées pour se porter candidat:

  • pour la Polynésie, les candidatures sont à déposer auprès du représentant de l’État dès maintenant, et jusqu’au 12 mai à 18h heure locale;
  • pour les onze circonscriptions des Français de l’étranger, les candidatures sont à adresser au ministère de l’Intérieur entre le 8 mai à midi et le 12 mai à 18h heure de Paris;
  • pour le reste des outremers et pour la France hexagonale, les candidatures doivent être reçues par le représentant de l’État entre le 15 mai et le 19 mai à 18h heure locale.

Cette année, les Français de l’étranger ne pourront pas recourir au vote électronique: devant un risque de cyberattaque, la France a décidé de s’aligner sur ses voisins des Pays-Bas. Dans la foulée de cette annonce, le sénateur (apparenté Les Républicains) Robert del Picchia avait déposé une proposition de loi instaurant un délai de trois semaines entre les deux tours des législatives pour les Français hors de France.

Pour le vote par correspondance postale, il fallait se signaler au plus tard le 14 avril, jour férié au Canada et aux USA (en 2017, c’était le Vendredi Saint).

Le Quai d’Orsay a prévu d’ouvrir davantage de bureaux de vote qu’aux législatives de 2012 (et 2013 en Amérique du Nord), sur les mêmes sites que pour la présidentielle. Si vous craignez de ne pas pouvoir voter à l’urne, il est temps de faire une procuration auprès de votre poste consulaire ou du consul honoraire: la marche à suivre est expliquée ici.

Christian Dumais-Lvowski nommé chevalier de la Légion d’honneur

Le journaliste, auteur et réalisateur canadien Christian Dumais-Lvowski, soixante-deux ans, est fait chevalier de la Légion d’honneur (promotion de Pâques 2017), selon un décret publié au Journal officiel du 16 avril, spécifique aux décorations remises aux étrangers.

Arrivé jeune à Paris (en 1974), Christian Dumais-Lvowski (CDL) travaille pour des agences de presse françaises puis devient conseiller éditorial à Actes-Sud, où il dirige la collection « Le Souffle de l’esprit ». C’est d’ailleurs pour Actes-Sud qu’il a traduit une biographie de son concitoyen Glenn Gould.

Dans les années 90, CDL se lance dans une traduction exhaustive des Cahiers de Nijinski. La mise en scène par Isabelle Nanty de cette œuvre au Festival d’Avignon (1994) donnera lieu à des adaptations dans des villes aux cultures aussi diverses que Montréal, Rome, Moscou, Zürich ou Bruxelles, sans oublier l’Opéra Bastille et l’Athénée à Paris. Parmi la dizaine de documentaires qu’il écrit, coproduit, ou conseille pour Arte, le film Valsav Nijinski, une âme en exil et -fin 2016- Luchino Visconti entre vérité et passion.

En mai 2013 éclate une polémique sur les droits d’auteur du Sacre du printemps, en présence de Christian Dumais-Lvowski (en charge de la succession Nijinski), Tamara Nijinski (venue spécialement de Phœnix à Paris), Aurélie Filipetti, alors ministre de la Culture, dont La Presse fait écho, par le biais d’une dépêche d’agence.

Ironie de l’histoire: à l’été 2014, la Gazette du Canada avait annoncé un peu prématurément cette distinction française, pour publier un erratum deux mois plus tard.

Les bureaux de vote de Toronto fermeront aussi à 20h

Un arrêté du 10 avril, publié au JO du 14, indique que les trois bureaux dépendant de Toronto (Ottawa-Toronto, Toronto 1 et Toronto 2) fermeront à 20h à l’occasion de l’élection présidentielle.

Ces trois bureaux de vote pour lesquels l’heure de clôture du scrutin est repoussée à 20h (heure locale) s’ajoutent aux vingt-neuf bureaux de vote déjà annoncés en mars, à savoir Ottawa-Montréal, les bureaux de Montréal 1 à 24, et ceux de Québec 1 à  4.

Les autres bureaux de vote de notre circonscription ne sont, jusqu’à nouvel avis, ouverts que jusqu’à 19h heure locale, comme l’indique le décret de convocation des électeurs du 24 février 2017. 

Jean-Marie Le Guen en charge des Français de l’étranger

Le Secrétaire d’État en charge du Développement et de la Francophonie, Jean-Marie Le Guen, récupère une partie du portefeuille ministériel laissé vacant le 21 mars par Matthias Fekl lors du dernier remaniement ministériel: les Français hors de France.

Daté du 5 avril, le décret est paru au Journal officiel du 6, alors que les Français des USA et du Canada sont appelés aux urnes le samedi 22 avril pour le premier tour de l’élection présidentielle.

Élu député de Paris en 1997, 2002, 2007, et 2012, Jean-Marie Le Guen, 64 ans, a également été conseiller de Paris (élu quatre fois depuis 1989) et conseiller régional Île-de-France (1992-1997). Il a quitté l’Assemblée nationale en avril 2014, pour entrer dans les gouvernements Valls à partir d’avril 2014 (relations avec le Parlement) puis Cazeneuve (developpement et francophonie).

Pauline Carmona (qui avait été consule générale de France à San Francisco) est chargée de la Direction des Français de l’étranger.

L’autre partie du portefeuille laissé vacant par Matthias Fekl le 21 mars (Commerce extérieur et Tourisme) est attribuée à Harlem Désir.

Macron et Fillon en tête chez les Français de l’étranger, selon un sondage BVA

Un sondage réalisé du 3 au 11 mars par BVA pour LePetitJournal sur le vote des Français à l’étranger au premier tour de la présidentielle donne Emmanuel Macron à 36% et François Fillon à 31%. Sur la 1ère circonscription (Canada, USA), où le sondage a été réalisé en partenariat avec FrenchMorning, François Fillon obtiendrait 36,5% devant Emmanuel Macron (34,5%). Le sondage a été réalisé avant l’annonce officielle des candidatures (du 3 au 11 mars), et ne prend en compte que huit candidats qui, de gauche à droite sur l’échiquier politique sont Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Jean-Luc Mélenchon, Benoit Hamon, Emmanuel Macron, François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan, et Marine Le Pen.

Les Français inscrits sur les listes électorales consulaires sont au nombre de 1,3 millions, un chiffre identique à celui des électeurs inscrits à Paris. Toutefois, ils votent deux fois moins: en 2012, 42% des électeurs ont voté au premier tour dans les postes consulaires, contre 83% à Paris (80% au total). Le poids des expatriés est donc à relativiser en conséquence. L’institut de sondages BVA a travaillé à partir d’un échantillon de 2213 personnes, lui-même issu d’un échantillon de 2333 Français en âge de voter (en fonction du sexe, de l’âge, de la catégorie socioprofessionnelle et de la zone de résidence). Le calcul des intentions de vote repose sur les 1709 électrices et électeurs certain(e)s d’aller voter.

Français hors de France

Au total, Emmanuel Macron et François Fillon arriveraient en tête (respectivement 36% et 31%), devant Benoit Hamon (13%), Marine Le Pen (9%), et Jean-Luc Mélenchon (8%). Par comparaison, Nicolas Sarkozy avait obtenu 38% en 2012, François Hollande 28%, François Bayrou 11%, Jean-Luc Mélenchon avait dépassé les 8% et Marine Le Pen avait frôlé les 6%.

L’électorat Macron à l’étranger serait composé de 42% des 35-49 ans, 42% de chefs ou cadres d’entreprise, et 70% de sympathisants UDI et Modem.

Pour ce qui concerne l’électorat Fillon, on y trouve 37% de personnes de plus de 60 ans, 37% de chefs ou cadres d’entreprise, et 81% de sympathisants LR.

Pour voter Hamon, BVA a dénombré 23% de 18-34 ans, 33% de cadres de la fonction publique, et 67% des sympathisants PS. Pour Mélenchon, BVA annonce 15% de 18-34 ans et 14% d’employés de la fonction publique. 13% des hommes seraient séduits par Marine Le Pen.

Trois circonscriptions à la loupe

Répartition des intentions de vote en Amérique du Nord, sur 281 répondants. Source: Le Petit Journal.

Canada et USA.- Sur les 1709 électeurs de l’échantillon final de BVA, on trouve 281 répondants dans la 1ère circonscription (Canada, États-Unis). Là, François Fillon arriverait en tête avec 36,5% devant Emmanuel Macron (34,5%). Marine Le Pen serait troisième, avec 12%, devant Benoit Hamon (10%) et Jean-Luc Mélenchon (4%). Avec 1700 voix au Canada et 1300 voix aux USA, Marine Le Pen avait réalisé en 2012 un score de 5,6% des suffrages exprimés dans notre circonscription.

Asie et Océanie.- Dans la 11e circonscription, l’échantillon de BVA porte sur 380 personnes. Emmanuel Macron obtient 33,5%, devant François Fillon (32%), Marine Le Pen (16%), Benoit Hamon (8%), et Jean-Luc Mélenchon (7%).

Espagne, Portugal, Mocnaco, Andorre.- Dans la 5ème circonscription, l’échantillon porte sur 283 personnes: il est semblable à celui de la 1ère circonscription mais pour deux fois moins d’électeurs inscrits. Avec 35,5% (similaires au 36% des expatriés), Emmanuel Macron devance plus largement François Fillon (29%, deux points sous sa moyenne à l’etranger). Benoit Hamon est troisième avec 15,5%, suivi par Marine Le Pen (10,5%) et Jean-Luc Mélenchon (7,5%).

Dans un communiqué de presse diffusé ce vendredi, Hervé Heyraud, qui a fondé LePetitJournal en 2001, explique à sa façon les résultats du sondage.

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu dans trois semaines, samedi 22 avril dans les Amériques, à Saint-Pierre et Miquelon, dans les trois départements français d’Amérique, et dans les collectivités de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Il aura lieu le dimanche 23 en France hexagonale et dans le reste du monde. Certains bureaux de vote ouvriront jusqu’à 20h, heure locale.

Vingt-neuf bureaux de vote ouverts jusqu’à 20h

Dans un billet de blogue publié le 16 mars, nous vous annoncions que les bureaux de vote de Québec « devraient » rester ouverts jusqu’à 20h à l’occasion de la présidentielle. Le Journal officiel du samedi 25 mars précise les bureaux ouverts tardivement à l’occasion de ce scrutin.

Un arrêté daté du 20 mars (à consulter ici) indique que 29 bureaux de vote au Canada seront ouverts jusqu’à 20h les deux samedis du scrutin présidentiel. Il s’agit des quatre bureaux de vote de Québec, des vingt-quatre bureaux de Montréal, et du bureau dénommé « Ottawa-Montréal », le Consulat général de France à Montréal ayant eu à gérer, selon ce décret du 28 décembre 2016, une liste électorale hors de sa circonscription consulaire.

Sur les 38 bureaux de vote ouverts au Canada, que nous avions évoqué le 22 mars, seuls ces 29 ont un horaire de clôture retardé. Tous les autres (soit 9 au Canada et la totalité des 69 bureaux de vote installés aux États-Unis) sont supposées fermer à l’horaire normal, soit 19h, heure locale.

Le scrutin pour l’élection présidentielle aura lieu, aux USA et au Canada, les samedis 22 avril (1er tour) et 6 mai (second tour).

Quant aux élections législatives (prévues les 3 et 17 juin en Amérique du Nord), le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a annoncé le 7 mars que ses services ouvriraient « plus de bureaux de vote à l’étranger que ce qui était prévu ». Dans la foulée, le Quai d’Orsay a indiqué que des bureaux de vote seraient ouverts « sur les mêmes sites » que pour la présidentielle.

Législatives: et pourquoi pas trois semaines entre les deux tours?

En réaction à l’annonce de la suspension du vote par Internet des quelque 1,3 millions de Français hors de France (chiffre publié le 6 mars dans Insee focus), les réactions ont fusé. Le député sortant de notre circonscription Frédéric Lefebvre (LR) a lancé une pétition -sur Internet-, la franco-canadienne Axelle Lemaire, ancienne ministre (PS) en charge du numérique a évoqué un déni démocratique (expression reprise le lendemain par François Fillon), etc.

Sénatrice LR des Français de l’étranger, Joëlle Garriaud-Maylam, dans une tribune, a indiqué que le vote des Français de l’étranger basculait traditionnellement à droite et au centre. Il se trouve que, lors des législatives de 2012 -les premières où les Français hors de France élisaient directement leurs représentants à l’Assemblée nationale-  sept élus étaient étiquetés PS et un écologiste, sur un total de onze. Même après les deux partielles de 2013, la droite et le centre restaient minoritaires, avec cinq députés sur onze.

De son côté, quelque peu isolé, Philippe Molitor, conseiller consulaire FdG de Montréal, avait émis de sérieux doutes dès le 18 février quant à la fiabilité du vote Internet, vu qu’il participait au test. Étant donné les ratés du premier scrutin de 2012 (y compris un piratage organisé au Benelux, auquel le Conseil constitutionnel n’avait rien trouvé à redire), puis quelques bugs aux législatives partielles de 2013 (notamment du fait de l’utilisation d’un logiciel quelque peu dépassé), le gouvernement avait préféré tenter d’améliorer le système. En vain. Jusqu’à décider in extremis d’annoncer le 6 mars devant les élus de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) réunis à Paris que le vote par Internet ne serait pas possible au printemps 2017. Le ministre en charge des Français de l’étranger évoquait des risques d’attaques informatiques, et la dépêche Reuters relatant cette annonce de Matthias Fekl indiquait au passage que les Pays-Bas avaient également écarté le vote électronique pour le scrutin législatif du 15 mars.

Robert del Picchia. Source.

Déposée dès le 9 mars au bureau de la présidence du sénat, puis annoncée au JORF du 17 mars, une proposition de loi (PPL) du sénateur RFE (apparenté LR) Robert del Picchia mérite réflexion: elle préconise trois semaines de délai entre les deux tours du scrutin législatif, à la place des deux semaines mises en place lors du premier scrutin de 2012. Et, venant d’un homme politique qui tenait jusqu’en 2005 un blogue intitulé « Pour le vote par internet », elle est pour le moins mesurée…

Si, en France et outre-mer une seule semaine sépare les deux tours, le législateur avait trouvé judicieux en son temps d’instaurer un délai plus large dans les circonscriptions hors de France, pour tenir compte des aléas du transport du courrier, que ce soit de Paris vers les électeurs ou, dans le cas du vote par correspondance, des électeurs vers leur poste consulaire, chargé d’organiser les élections. Mais Robert del Picchia va plus loin: dans l’exposé des motifs de sa PPL, il rappelle que les législatives de 2012 avaient rencontré « une faible participation électorale » (de 11 à 24% de participation, selon les circonscriptions, à ce qui était une première), mais que le vote par Internet avait été « choisi par plus de la moitié des électeurs » (98.500 votes à l’urne, 3.600 votes par correspondance, 117.600 votes par Internet, sur l’ensemble des onze circonscriptions). Le parlementaire, qui siège au Palais du Luxembourg depuis septembre 1998 après trente ans de journalisme radiophonique, précise également au sujet du vote par correspondance que « traditionnellement, les deux tiers de l’électorat français a l’étranger y avaient recours pour les élections des conseillers » à l’AFE.

Puis Robert del Picchia se livre à un petit calcul arithmétique tout simple pour démontrer que deux semaines entre les deux tours impliquent « un aller-retour de courriers en moins de 10 jours, dans des circonscriptions qui peuvent recouvrir un tiers de la surface terrestre » dans le cas du vote par correspondance, le pli devant parvenir au consulat la veille de l’ouverture du second tour de scrutin. Par exemple, le site de Poste Canada indique ici « généralement » un délai de deux à quatre jours en fonction de la distance à parcourir; sans compter que le courrier n’est pas distribué le samedi, le dimanche, les jours fériés fédéraux et les jours fériés provinciaux dans les régions concernées. Le  sénateur estime donc « impératif d’augmenter le délai entre les deux tours de scrutin ». Pour lire sa PPL dans son intégralité, cliquez ici.

Calendrier des élections 2017

Pour pouvoir voter par correspondance, vous devez effectuer votre démarche auprès de votre poste consulaire au plus tard le 14 avril. Le vote par correspondance n’est possible que pour les législatives.

Pour voter par procuration (seule alternative au vote à l’urne lors de la présidentielle), il convient d’imprimer ce formulaire qu’il vous faudra néanmoins faire étamper en personne au poste consulaire. Si vous résidez loin d’un consulat, ou n’êtes pas en mesure de vous déplacer, voyez auprès de votre consulat si une tournée est prévue. Les perturbations atmosphériques récentes ont fortement perturbé le calendrier du consulat général de France à Québec, par exemple.

En Amérique du Nord, le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le samedi 22 avril, et le second tour le samedi 6 mai. Le décret de convocation des électeurs est paru au JORF du 24 février.

Les élections législatives sont prévues le samedi 3 juin et le samedi 17 juin dans la première circonscription des Français hors de France (USA et Canada).

À Québec, le centre de vote sera installé au Collège Stanislas, comme pour les européennes et les consulaires d’avril 2014. Les bureaux de vote devraient fermer à 20h pour la présidentielle, mais à 18h pour les législatives. Davantage de renseignements sur l’organisation des scrutins à Québec peuvent être obtenus auprès de la cellule élections, par courriel à « elections.quebec-fslt@diplomatie.gouv.fr », par téléphone au 418-266-2500 (ou 2501).

Depuis un calendrier de mai 2016, les élections sénatoriales sont fixées à la troisième semaine de septembre. Le Collège électoral restreint -dont font partie les conseillers consulaires, les délégués consulaires, et les conseillers AFE notamment- devra procéder au remplacement de six des douze sénateurs représentant les Français hors de France.

Vincent Boileau-Autin se lance en politique

Premier marié homosexuel de France dès l’adoption de la loi en 2013, Vincent Boileau-Autin a quitté Montpellier ce dimanche 19 février pour Montréal, où travaille désormais son époux Bruno.

Source: compte Twitter @TBoussaries

Source: compte Twitter @TBoussaries

En début de semaine, Thierry Boussarie, consultant en communication numérique, a annoncé que Vincent Boileau-Autin était candidat dans la 1ère circonscription des Français hors de France pour les élections législatives qui auront lieu au printemps, dans la foulée de la présidentielle.

Dans un entretien publié ce dimanche par 20 Minutes, ce nouveau venu en politique explique qu’il ne se lance pas dans la course pour gagner, mais pour apporter « un vent de fraîcheur » alors que la campagne présidentielle revêt à ses yeux « un goût amer, un goût d’eau sale ».

Le Parlement européen approuve deux accords avec le Canada

Lors de sa séance du mercredi 15 février au matin, le Parlement européen a approuvé d’une part l’Accord de libre échange (Accord économique et commercial global, AECG -CETA en anglais) et d’autre part donné leur consentement à la conclusion d’un Accord de partenariat stratégique UE-Canada (APS).

Approuvé par 506 voix (142 élus ont voté contre, 43 se sont abstenus), l’APS devrait être un complément de l’AECG dans la coopération bilatérale entre l’Union européenne et le Canada sur les questions dites « non commerciales », comme la politique étrangère, la sécurité, la lutte contre le terrorisme, la lutte contre le crime organisé, le développement durable, la recherche et la culture.

L’AECG (CETA) pour sa part n’a été approuvé que par 408 voix, 254 parlementaires s’y étant opposés et 33 s’étant abstenus.

L’AECG ne supprime pas les tarifs douaniers liés aux services publics, audiovisuels, ou de transports. Il ne supprime pas non plus les taxes sur quelques produits agricoles, comme les produits laitiers, les volailles et les œufs. En clair, si des fromages français, italiens ou néerlandais venaient inonder les épiceries québécoises, ils ne pourraient pas être moins chers qu’ils ne le sont actuellement, sauf évidemment lorsqu’ils sont vendus en spéciaux.

Par ailleurs, le règlement des différents entre investisseurs et États (RDIE) a été remplacé par le système juridictionnel des investissements. Son but est de garantir un contrôle gouvernemental sur le choix des arbitres et d’améliorer la transparence, précise-t-on à Strasbourg, où se réunissait le Parlement européen, et où le Premier ministre canadien Justin Trudeau doit s’exprimer jeudi 16 février.

Quelque 140 indications géographiques européennes relatives à des denrées alimentaires et à des boissons vendues au Canada ont également été protégées dans le texte de l’AECG.

Les diverses assemblées (nationales en Europe et provinciales au Canada) doivent désormais donner leur aval pour l’ensemble de l’AECG, mais la grande majorité des mesures pourront s’appliquer provisoirement « le premier jour du mois suivant la date à laquelle les deux parties se seront informées mutuellement de l’achèvement de toutes les procédures internes nécessaires », soit probablement entre le 1er mars et le 1er mai.

La situation en Syrie préoccupe la France, le Canada, et les USA 

Dans une déclaration conjointe rendue publique ce mercredi 7 décembre, les chefs d’État et de Gouvernement de la France, de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de l’Italie et du Royaume-Uni s’inquiètent de la situation à Alep.

Ces pays appellent la Russie et l’Iran à « user de leur influence » afin que le régime syrien accepte le plan de l’ONU, rejeté lundi en raison du veto de la Russie et de la Chine.

« Une catastrophe humanitaire se produit juste sous nos yeux », disent les pays signataires, ajoutant qu’hôpitaux et écoles « sont utilisés comme cibles pour saper le moral des populations » et estimant que « l’urgence absolue est un cessez-le-feu immédiat ». L’intégralité de la déclaration commune, rappelant aussi que le Secrétaire général de l’ONU a parlé de « crimes de guerre » est à lire ici.

Quelques heures avant ce communiqué, on apprenait que l’armée avait pris le contrôle de la vieille ville d’Alep.