Archives de Catégorie: Diplomatie

Patrick Lachaussée quitte Washington pour Genève

Les nominations de diplomates se poursuivent presque chaque jour au Journal officiel.

Après l’annonce du 2 juillet pour les Provinces atlantiques, le JORF de ce mercredi 3 juillet, concerne encore la 1re circonscription législative des Français hors de France: Patrick Lachaussée, Premier conseiller à l’ambassade de France à Washington, est nommé consul général de France à Genève. Cette annonce intervient alors que le nouvel ambassadeur Philippe Étienne, nommé fin mai, a pris ses fonctions dès juin, après deux ans passés à l’Élysée.

Philippe Étienne avait délivré un message à son arrivée, juste avant que le JORF n’annonce son élévation à la dignité d’ambassadeur.

Patrick Lachaussée était arrivé à Washington en janvier 2015, quelques mois après l’ambassadeur Gérard Araud.

Ce n’est pas la première fois que M. Lachaussée quitte les États-Unis: il avait été consul général adjoint à New York durant près de trois ans, de l’été 2009 au printemps 2012, avant d’être directeur de cabinet au ministère de la Francophonie.

Avant d’épouser une carrière de diplomate, il avait brièvement travaillé dans la réinsertion sociale.

Il a par ailleurs officié comme maire d’une petite commune de 500 habitants dans l’Aisne, Fossoy, où il a cofondé le Festival des mondes solidaires, un festival musical à caractère humanitaire de deux jours qui, regroupait des dizaines de milliers de spectateurs mais n’a duré quelques années, faute de financement. Pas étonnant que son profil LinkedIn mentionne «un peu musicien, un peu écrivain, un peu photographe»!

Une fois de plus un diplomate quelque peu atypique quitte la capitale politique des USA.

Atlantiques: Johan Schitterer remplace Laurence Monmayrant

Les nominations de diplomates continuent à être peu à peu publiées au Journal officiel. 

La semaine dernière, parmi les mouvements annoncés, nous apprenions que Laurence Monmayrant, nommée en 2016 consule général dans les Provinces Atlantiques, allait partir pour le Nigeria. 

Le JORF du 2 juillet nous annonce que le prochain consul général de France à Moncton et Halifax est Johan Schitterer. 

Le nouveau consul général dans les Atlantiques a suivi un cursus en sciences politiques à Lille (1997-2000), et est entré au ministère des Affaires étrangères le 2 avril 2012 en qualité de secrétaire des affaires étrangères stagiaire, indique un arrêté du 15 mars 2012. 

On trouve toutefois sa trace en diplomatie avant 2012. Entre autres à la conférence régionale sur la protection des réfugiés et les migrations internationales en Asie centrale (mars 2011 à Almaty, anciennement Alma-Ata, Kazakhstan), ou à Dnipropetrovsk (Dniepr, Ukraine) de 2007 à 2009, où il était directeur de l’Alliance française. 

Plus récemment, Johan Schitterer était en poste à Bakou, à l’ambassade de France en Azerbaïdjan. Il y était conseiller de coopération et d’action culturelle et directeur de l’Institut français d’Azerbaïdjan. 

Mouvements diplomatiques: un retour, un départ, une arrivée 

Sous l’effet combiné de divers facteurs, l’année 2019 s’annonce plutôt intense en terme de mutations et de départs en retraite de diplomates dans le réseau consulaire français. Trois mouvements relatifs à la première circonscription législative des Français hors de France sont annoncés au Journal officiel (JORF) ce mercredi 26 juin: le retour de Vincent Hommeril, le départ de Laurence Monmayrant, et l’arrivée de François Penguilly.

Aux États-Unis et au Canada, nous avons pu relever depuis avril le départ en retraite vers le privé– de Gérard Araud (ambassadeur de France aux USA, remplacé par Philippe Étienne), le changement de représentant auprès de l’ONU, ou encore l’arrivée prochaine à Toronto de Alexis Tudor. Possible toutefois qu’un détail nous ait échappé, par manque de vigilance, le JORF étant certains jours particulièrement copieux.

Entré au Quai d’Orsay en 1993, chevalier de l’ordre national du mérite depuis fin 2012, Vincent Hommeril est nommé consul général de France à Atlanta. Dix ans après son arrivée au Ministère, il s’est retrouvé à la mission économique de France à Varsovie jusqu’à sa première affectation en Amérique du Nord: en juin 2012, le président Hollande fraichement élu le nommait consul général de France dans les Provinces Atlantiques (Moncton et Halifax). Arrivé en Acadie en septembre 2012, Vincent Hommeril avait notamment vécu la tuerie de Moncton au printemps 2014, et représenté la France lors de l’hommage aux victimes, l’un des policiers de la GRC tués étant Français d’origine.

Vincent Hommeril a été remplacé quatre ans après son arrivée par Laurence Monmayrant, première femme à occuper ce poste, et qui était nommée dans la foulée de ses homologues à Québec et Montréal (respectivement Laurence Haguenauer et Catherine Feuillet). Or le JORF de ce 26 juin nous apprend que Laurence Monmayrant est nommée consule générale de France à Lagos. Chevalier de l’ordre national du mérite depuis 2018, Laurence Monmayrant aura, dans un pays unilingue anglophone (le Nigeria) un poste diplomatique avec un nombre de ressortissants similaire à celui des Provinces Atlantiques, mais avec une économie moins bien portante qu’au Canada.

Le JORF de ce mercredi 26 juin annonce également la nomination de François Penguilly à Washington, où il sera consul général en remplacement de Michel Charbonnier. Premier conseiller à l’ambassade de France aux Émirats arabes unis, François Penguilly est entré au Quai d’Orsay après avoir admis à l’institut régional d’administration de Bastia.

À Québec, la consule générale Laurence Haguenauer est, elle aussi sur le départ, mais à l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’en savons pas davantage.

La France possède le troisième plus vaste réseau diplomatique derrière les USA et la Chine: 162 ambassades, 91 consulats généraux et consulats, 16 représentations permanentes, et 133 sections consulaires, selon le site du Quai d’Orsay.

François Delattre est rappelé à Paris, Nicolas de Rivière lui succède à l’ONU

Après quinze ans sans discontinuer sur le continent nord-américain, l’ambassadeur de France à l’ONU François Delattre est rappelé en France. Il va être remplacé à New York par Nicolas de Rivière, dont la prise de fonctions devrait avoir lieu le 1er juillet.

  • Le Journal officiel de ce jeudi 2 mai annonce l’installation pour le 1er juillet de Nicolas de Rivière à la Représentation permanente de la France à l’ONU. Il y sera ambassadeur, en remplacement de François Delattre, dont la même édition du Journal officiel indique qu’il succèdera au Quai d’Orsay à Maurice Gourdault-Montagne, qui prend bientôt sa retraite.
  • Au cours de sa carrière, que nous avions résumée en juin 2014 à l’occasion de sa mutation à l’ONU, l’ambassadeur François Delattre aura passé près de vingt ans sur le continent nord-américain:  quatre ans au service presse de l’ambassade de France à Washington (1998-2002), deux ans en France auprès du ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin, et depuis 2004 entre New York, Ottawa, Washington et la représentation permanente à l’ONU. Sa dénonciation de la position des États-Unis sur le viol comme arme de guerre, voici une dizaine de jours, restera sans doute longtemps dans les mémoires…
  • Point commun entre François Delattre et Nicolas de Rivière: tous deux faisaient partie de la délégation française désignée en septembre 1994 pour la 60e assemblée générale de l’ONU. Dans la même délégation, on trouvait aussi Dominique de Villepin. Ce détail figure au Journal officiel du 29 septembre 1994 (par ici).
  • Depuis 2015 au Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE, créé en 2013 par François Hollande), Nicolas de Rivière a entamé sa carrière au Quai d’Orsay à la sous-direction des Nations-Unies, des organisations internationales, des Droits de l’Homme et de la Francophonie (1992-1994, second septennat de François Mitterrand) et en a été le directeur de 2011 à 2014 (fin du mandat de Nicolas Sarkozy et début du mandat de François Hollande).

De nouvelles règles d’immigration au Québec

À compter de ce jeudi 2 août, les règles du Ministère de l’immigration de la diversité et de l’inclusion (MIDI) sont modifiées pour toute personne souhaitant s’installer au Québec, donc obtenir le Certificat de sélection du Québec (CSQ, clé nécessaire pour être admis par le Canada).

Ce que l’on peut retenir dans les grandes lignes:

– c’est la fin de la politique des ouvertures de quota, donc du principe «premier arrivé premier servi», qui -parmi les inconvénients- mettait le système informatique ministériel en surchauffe, et les demandeurs en colère. Désormais, les candidatures seront stockées dans une banque de données, peu importe le moment où elles sont déposées.

– chaque candidature devra être accompagnée d’une lettre d’intention, dans le but d’évaluer la connaissance de la langue française et les réelles motivations des prétendants.

– le gouvernement du Québec souhaite réduire le délai d’attente à douze mois dans la règle générale, un délai qui était jusqu’à présent souvent de trente à trente-six mois.

Néanmoins, le système de points va perdurer. En tout cas pour l’instant il n’est pas question de le modifier en profondeur. Alors que le gouvernement veut adapter l’immigration dans les régions et selon les métiers, il y aura probablement toujours autant d’immigrants surqualifiés…

Davantage de détails se trouvent sur le site de Radio Canada. Vu qu’il s’agit de l’application d’une loi mise à l’étude par le gouvernement Couillard en… 2015, et qui a obtenu la sanction royale le 6 avril 2016, nous vous invitons à consulter ici la loi telle que publiée par le Gouvernement.

 

 

Consultation «Mon idée pour le français»

Le président Macron souhaite mobiliser les acteurs de la francophonie pour identifier de nouvelles propositions visant à moderniser l’usage du français, promouvoir la langue française et le plurilinguisme dans le monde.

Afin de recueillir des idées et propositions, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, et Françoise Nyssen, ministre française de la Culture, ont lancé le 26 janvier 2018, une vaste consultation, avec notamment l’ouverture de la plateforme en ligne « Mon idée pour le français ».

Cette plateforme aux citoyens français « mais aussi à tous les francophones et francophiles à travers le monde« , précise un communiqué du consulat général de France à Toronto. Les contributions peuvent être déposées jusqu’au 20 mars 2018,… date de la Journée internationale de la Francophonie.

« Au-delà du recueil de propositions, la plateforme vise à promouvoir la richesse de la communauté francophone internationale et mettre en lumière l’enjeu et le potentiel de la langue française et du plurilinguisme« , ajoute la représentation diplomatique française à Toronto.

Par ailleurs, les 14 et 15 février, une conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme dans le monde réunira à Paris des personnalités et acteurs de la société civile et des jeunes citoyens de différentes nationalités engagés localement dans des démarches innovantes. Ce séminaire vise à mettre en place des recommandations pour la promotion de la langue française et du plurilinguisme dans le monde, qui seront transmises au Président de la République.

C’est la synthèse de ces journées parisiennes de février et des contributions venues du monde entier qui permettra d’orienter et de consolider un plan d’ensemble pour le français et le plurilinguisme dans le monde que le président Macron souhaite voir adopter en 2018.

Kareen Rispal arrivera en septembre

La nouvelle ambassadrice de France au Canada, Kareen Rispal (lire son parcours ici) devrait prendre ses fonctions à Ottawa en septembre. Elle remplacera Nicolas Chapuis, qui avait été nommé en 2015.

Dans un entretien réalisé en avril par Acteurs publics et diffusé le 23 mai, elle explique la place des femmes dans la diplomatie française et raconte comment elle a pu, à sa manière, lutter contre les stéréotypes de genre. L’entretien avec Mme Rispal est à visionner ici.

Alors que les femmes représentent plus de la moitié des agents dépendant du Quai d’Orsay, plus on monte dans la hiérarchie, moins elles sont représentées, à l’image de nombreuses entreprises. En 1972, seule une femme était ambassadrice, en 1982 elle n’étaient que trois, et à l’issue du quinquennat Hollande, elles sont presque cinquante à représenter la France dans divers endroits du monde.

À Montréal, Catherine Feuillet a été nommée consule générale en 2015. À Québec Laurence Haguenauer est devenue consule générale en septembre 2016 (et Emmanuelle Pavillon-Grosser a été promue consule générale adjointe). À Moncton et Halifax, Laurence Monmayrant a été nommée consule générale voici un an.

De nouveaux consuls à Vancouver, Chicago et La Nouvelle-Orléans

Trois nouveaux consuls prendront leurs fonctions prochainement au Canada et aux États-Unis. 

Par décret en date du 20 avril 2017, Philippe Sutter, conseiller des affaires étrangères, est nommé consul général de France à Vancouver, en remplacement de M. Jean-Christophe Tallard-Fleury, appelé à d’autres fonctions. Philippe Sutter est sous-directeur « action multilatérale » (groupe III) à la direction générale des relations internationales et de la stratégie du ministère de la Défense depuis 2015.

Par décret du 20 avril 2017, Guillaume Lacroix, conseiller des affaires étrangères hors classe (cadre d’Orient), est nommé consul général de France à Chicago, en remplacement de M. Vincent Floreani. M. Lacroix est conseiller Afrique au Ministère des Affaires étrangères depuis 2013, et a déjà été premier secrétaire de l’Ambassade de France aux États-Unis entre 2005 et 2009.

Également par décret en date du 20 avril 2017, Vincent Sciama, secrétaire des affaires étrangères principal, est nommé consul général de France à La Nouvelle-Orléans, en remplacement de M. Grégor Trumel. Il était chargé de mission auprès du directeur des Nations unies, des organisations internationales, des droits de l’Homme et de la francophonie depuis janvier 2017. Auparavant, il avait notamment été directeur adjoint puis directeur de cabinet du secrétaire d’État chargé du Développement et de la Francophonie, André Vallini (mars à décembre 2016).

Kareen Rispal nommée ambassadrice au Canada

Par décret du 20 avril 2017, Kareen Rispal est nommée ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française au Canada.

Elle remplace Nicolas Chapuis, appelé à d’autres fonctions. Actuellement directrice des Amériques et des Caraïbes au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, elle a déjà été Conseillère culturelle et de coopération à l’ambassade de France à New York, aux Etats-Unis, de 2006 à 2010.

Kareen Rispal, et le sous-ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Jean-Stéphane Bernard. Photo : Délégation générale du Québec à Paris.

Titulaire d’une maîtrise de droit public, diplômée de Sciences-Po et énarque (promotion Diderot, 1986), elle a travaillé au service de la coopération économique à la direction des Affaires économiques et financières du MAE (1988-1989), été Sous-directrice du droit international économique et du droit communautaire à la direction des Affaires juridiques au sein du même ministère (1997-2000). Directrice du développement durable et des affaires publiques de Lafarge (octobre 2010-août 2014), elle est actuellement membre du Haut-Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

En poste à l’étranger, elle a notamment été première conseillère à l’ambassade de France à Londres (2000-2002), secrétaire générale de la délégation française à la 60ème session de l’Assemblée générale des Nations unies (septembre 2005-janvier 2006), et conseillère culturelle et de coopération à l’ambassade de France aux Etats-Unis (2006-2010)

Christian Dumais-Lvowski nommé chevalier de la Légion d’honneur

Le journaliste, auteur et réalisateur canadien Christian Dumais-Lvowski, soixante-deux ans, est fait chevalier de la Légion d’honneur (promotion de Pâques 2017), selon un décret publié au Journal officiel du 16 avril, spécifique aux décorations remises aux étrangers.

Arrivé jeune à Paris (en 1974), Christian Dumais-Lvowski (CDL) travaille pour des agences de presse françaises puis devient conseiller éditorial à Actes-Sud, où il dirige la collection « Le Souffle de l’esprit ». C’est d’ailleurs pour Actes-Sud qu’il a traduit une biographie de son concitoyen Glenn Gould.

Dans les années 90, CDL se lance dans une traduction exhaustive des Cahiers de Nijinski. La mise en scène par Isabelle Nanty de cette œuvre au Festival d’Avignon (1994) donnera lieu à des adaptations dans des villes aux cultures aussi diverses que Montréal, Rome, Moscou, Zürich ou Bruxelles, sans oublier l’Opéra Bastille et l’Athénée à Paris. Parmi la dizaine de documentaires qu’il écrit, coproduit, ou conseille pour Arte, le film Valsav Nijinski, une âme en exil et -fin 2016- Luchino Visconti entre vérité et passion.

En mai 2013 éclate une polémique sur les droits d’auteur du Sacre du printemps, en présence de Christian Dumais-Lvowski (en charge de la succession Nijinski), Tamara Nijinski (venue spécialement de Phœnix à Paris), Aurélie Filipetti, alors ministre de la Culture, dont La Presse fait écho, par le biais d’une dépêche d’agence.

Ironie de l’histoire: à l’été 2014, la Gazette du Canada avait annoncé un peu prématurément cette distinction française, pour publier un erratum deux mois plus tard.