Archives de Tag: Véronique Vermorel

Frédéric Lefebvre répond à Véronique Vermorel

A quelques heures de la clôture du vote Internet, et après avoir été relancé plusieurs fois, le candidat de l’UMP a répondu longuement à Véronique Vermorel. Un communiqué rédigé sans doute avec son BlackBerry tant les fautes et coquilles sont nombreuses.

Au-delà des réponses, on notera que le candidat UMP relève que l’abstention est tout à fait comparable à celle d’autres législatives partielles (reprenant en cela l’exemple de l’Oise qui avait été avancé par le blogue Ménilmontant Mais Oui Madame le 28 mai). Il reparle également de la future création de l’association Âme Nord, de son bilan quantitatif à l’Assemblée, et souhaite rester aussi accessible une fois député qu’il le fut durant la campagne (sic).

Enfin, il termine sur la parité en l’évoquant non pour lui, mais au niveau global de l’UMP, tant national qu’européen, tout en ajoutant que « la parité dans les scrutins législatifs ou sénatoriaux des plus petits départements est plus délicate à mettre en œuvre, car le vivier de candidates potentielles n’est pas assez développé« . Le non-respect de la parité a coûté à l’occasion des dernières législatives 4 millions d’euros à l’UMP (contre 1,2 millions au PS).

Franck Scemama répond à Véronique Vermorel

La candidate du Parti Pirate a interpellé sur son blogue mardi 28 mai les deux finalistes de la législative partielle de notre circonscription en leur posant quatre questions. Elle a précisé qu’elle ne donnerait pas de consigne de vote aux 502 électrices et électeurs et mettrait les réponses sur son blogue, y compris si elle n’en avait pas.

Mercredi 29 mai au soir, publiant les réponses du candidat PS, elle a relancé le candidat UMP.

Les réponses de Franck Scemama à Véronique Vermorel sont à lire ici.

Au-delà des réponses -que nous vous encourageons vivement à aller lire chez la candidate du Parti Pirate même si vous n’avez pas voté pour elle-, on notera que Franck Scemama ne manque pas de faire valoir le fait qu’il peut, en cas d’élection, compter « sur un large réseau d’élus, de responsables associatifs et de bénévoles qui participent à cette campagne [qui] continueront de travailler avec [lui] pour que l’action du député soit au plus proche des Français de la circonscription« , montrant par là son ancrage local et celui de sa suppléante. Il rappelle au passage qu’il est signataire de la charte Anticor, la liste des candidats l’ayant signée pour cette élection partielle étant disponible ici.

A cette heure, toujours pas de nouvelles de Frédéric Lefebvre.

La législative en chiffres

Le vote électronique commence demain mercredi 15 mai à 12h (heure de Paris) pour le premier tour; le second tour du vote à l’urne aura lieu le samedi 8 juin pour notre circonscription et le dimanche 9 juin pour la huitième. Quelques chiffres sur cette campagne…

Un. – C’est le nombre de courriels (le pluriel semble superflu) que Véronique Vermorel, candidate du Parti Pirate, a envoyés durant cette campagne. Ce message est parvenu ce mardi 14 à 10h30 (heure de l’est) aux électeurs de la liste consulaire. Sur son blogue, elle avait expliqué le 5 mai qu’elle ne ferait qu’un seul envoi, et promis qu’elle détruirait les fichiers.

Deux. – C’est le nombre de candidats ayant déjà siégé à l’Assemblée nationale, l’un deux fois cinq ans élu dans le Puy-de-Dôme, l’autre deux ans en remplacement d’un député des Hauts-de-Seine (lire ici); c’est aussi le nombre d’anciens de l’équipe Narassiguin à la course aux voix (lire ).

Trois. – s’il est élu, Franck Scemama (PS)  sera le troisième homme au Palais-Bourbon à être ouvertement gay. Ce mardi, Yagg indique que seuls Sergio Coronado (député EELV des Francais hors de France, 2e circo) et Franck Riester (député UMP de Seine-et-Marne) ont « fait leur coming-out à l’Assemblée nationale ». Dans sa biographie, le candidat PS indique avoir quitté Montréal pour la France à l’été 2012 afin notamment de « suivre son conjoint ».

Quatre. – le candidat S&P Karel Vereycken a expédié ce mardi un nouveau courriel aux électeurs. On y relève qu’il souhaite « l’enseignement du chant choral et de quatre langues dès l’école primaire », point qui figure d’ailleurs dans sa circulaire de campagne.

Cinq. – c’est le nombre d’hommes (sur sept visages) que l’on découvre dans l’organigramme de l’Ame Nord, l’association initiée par le candidat UMP Frédéric Lefebvre.

Six. – le nombre de rendez-vous fixés par Céline Clément, pour la deuxième fois candidate Front de Gauche, à ses électeurs, sur le calendrier de mai. Céline Clément étant repartie travailler en France (peut-être pour revenir au Québec dès 2014), sa campagne de terrain en 2013 aura été très courte.

Sept. – le nombre des « axes de propositions » de Cyrille Giraud pour EELV, qu’il développe dans sa circulaire.

Huit. – le 8 juin aura lieu le deuxième tour de scrutin à l’urne.

Neuf. – le résultat non encore officiel devrait tomber le 9 juin, après la fermeture des derniers bureaux de vote de la 8e circonscription, sans doute en fin d’après-midi, heure de l’est.

Dix. – les résultats définitifs seront selon toute vraisemblance communiqués par le ministère de l’Intérieur le 10 juin dans la matinée, heure de Paris. Dans les deux jours suivant l’élection, les résultats devraient être archivés avec les autres élections partielles de 2013.

Onze. – la commission électorale doit proclamer les résultats le mardi 11 juin.

Douze. – cette année, douze candidats (neuf hommes et trois femmes) se présentent à la législative partielle, contre dix-huit (dont cinq femmes) en 2012.

Seize. – il y a 16 districts consulaires sur l’ensemble de la circonscription. En 2012, les résultats étaient détaillés ici.

Vingt. – Un électeur sur cinq, soit 20%, s’est montré intéressé par le scrutin de 2012, qui suivait de quelques semaines la présidentielle. Plus en détails, il y avait 20,40% d’électeurs au 1er tour aux urnes (physiques ou électroniques) et 19,07% au second.

Quarante. – regroupant le Canada, deuxième plus grand pays du monde, et les USA, quatrième pays en superficie, la circonscription couvre 40 fois la taille de la France. Le nouveau mode de découpage électoral a créé les députés hors de France en diminuant le nombre de députés en France, laissant à 577 le nombre de sièges au Palais-Bourbon.

Deux cents. – c’est le nombre d’électeurs supplémentaires inscrits en 2013 sur les listes consulaires de la circonscription. Ils étaient aux dernières nouvelles 156.883 (contre 156.683 au 1er tour de 2012 et 156.645 au second tour). Toutefois, l’annexe 9 du memento du candidat n’annonce que 151.852 électeurs soit une baisse par rapport à 2012, manque vraisemblable de mise à jour.

33.100. – dans notre circonscription, le plafond des dépenses est fixé à 33.100€.

203.818. – c’est la population légale de la circonscription électorale au 1er janvier 2013. C’est ce chiffre qui sert de base à la définition du plafond des dépenses pour les élections. La population électorale est souvent confondue par les journalistes de France avec le corps électoral, qui ne représente que 156.883 électeurs (lire ci-dessus), la différence étant que les Français qui s’inscrivent au registre des Français hors de France choisissent s’ils veulent voter à l’étranger (où il résident) ou en France (où ils ont des attaches définies par le code électoral).

Un million et demi. – l’organisation de cette élection (et de celle de la 8e circo) a été provisionnée pour 1,5M€, soit 7,35$ par électeur, selon nos calculs.

Carnets de campagne 1 – Vote électronique critiqué

Etant donné la superficie de la circonscription, la campagne se déroule aussi sur les réseaux sociaux. Les échanges qui s’y font apportent un éclairage ponctuel sur certaines problématiques ou débats entre candidats, ou avec les électeurs.

Ce premier carnet de campagne aborde le thème du vote électronique, une modalité de vote prévue par l’article R176-3 du Code électoral. Dans une lettre ouverte aux candidats des 1ère et 8ème circonscriptions, publiée le 8 mai 2013 sur son site Internet, la candidate du Parti Pirate, Véronique Vermorel, soulève le problème de l’absence de délégués lors des opérations de dépouillement des bulletins de vote électronique.

Lorsqu’à l’occasion des dernières élections législatives, le bureau de vote électronique a été mis en service, seuls cinq délégués avaient été mandatés par les 178 candidats en lice. Quatre d’entre eux étaient délégués d’un candidat du Parti Pirate. Ce nombre est d’autant plus marquant que le bureau de vote électronique, avec 700.000 inscrits, était le plus grand bureau de vote de France !

Pour s’assurer que « le scrutin se déroule selon des processus démocratiques« , la candidate invite tous les candidats à envoyer un délégué au bureau de vote.

Le débat se poursuit sur Twitter, où la candidate a interpellé chaque chaque candidat, et où deux candidats ont répondu à sa lettre.

Vermorel_appel

Karel Vereycken (Solidarité et Progrès) s’oppose à cette idée « je suis contre le vote électronique souhaite bulletin papier unique » et  remarque qu’il est illusoire de vouloir surveiller un vote électronique en comparant la chose au fait de « surveiller la syphilis dans un bordel…« .

Céline Clément (Front de Gauche) appuie le propos de Véronique Vermorel, en précisant que « lors du dépouillement on n’a que le « résultat » et aucun contrôle sur les opérations » et rappelle que le « FDG avait émis des réserves et ce publiquement« . Dans un message de 2012, Céline Clément avait abordé le problème des listes électorales consulaires :

Plusieurs milliers d’entre vous ont voté par correspondance ou par internet. Si le choix du vote électronique peut apparaître moderne, il engendre de nombreux problèmes, le plus fondamental restant qu’il est intrinsèquement impossible d’assurer la sincérité du vote. Le Front de gauche a été l’un des seuls partis politiques à proposer un délégué au bureau de vote en charge de la surveillance des votes électroniques. Toutefois, seules les sociétés privées développant ce système ont accès à son fonctionnement et assurent la fiabilité du vote. Une fois encore, l’Etat a abdiqué sa responsabilité et a pris le risque de la perte d’indépendance et de contrôle, le risque du conflit d’intérêt ou de la collecte/perte d’information confidentielle pour de simples raisons financières.

Les autres candidats n’ont pour le moment pas répondu sur Twitter, et mentionnent sur leurs sites Internet respectifs la possibilité du vote électronique au même titre que les autres modalités de vote.

Une vidéo expliquant les modalités du vote électronique a été diffusée par le MAE depuis le 30 avril 2013. Elle n’a pour le moment été visionnée qu’un peu plus de 3000 fois.

Enjeu de campagne: la diffusion des chaines françaises à l’étranger

Certains candidats abordent des thèmes de campagnes autres que la protection sociale des expatriés, leur fiscalité, la prise en charge des frais de scolarité dans le système éducatif français… C’est le cas notamment de Nicolas Druet (MoDem) qui soulève le problème de l’accessibilité de France Télévision (et autres médias audiovisuels) quand on vit à l’étranger.

Sa solution? Mettre en place un « un système d’identification pour que le blocage géographique ne s’applique pas aux internautes identifiés comme français. » Cette identification pourrait « se baser sur les inscriptions consulaires« .

Bien que partageant la frustration du candidat MoDem, Véronique Vermorel (Parti Pirate) juge cette proposition insuffisante et peu efficace, et propose, non pas de pirater les chaines télévisées, mais de « simplifier la gestion des droits de diffusion télévisés afin de permettre aux contenus francophones d’être diffusés autant que possible dans le monde entier et sans restriction« . Ceci permettrait de respecter la vie privée de chacun, partager la culture, et ne pas créer un système administratif lourd et coûteux à gérer.

screen_shot_2013-02-25_at_2.40.04_pmimage via

 

Véronique Vermorel (Parti Pirate)

Véronique Vermorel est étudiante à l’ESSEC, résidant actuellement à Boston. Elle se présente également comme Business Analyst Junior, et gérante d’une société viticole. Aux législatives de 2012, elle était candidate dans la 14ème circonscription, dans le 16ème arrondissement de Paris. Son programme est celui des Pirates: défendre les droits et libertés fondamentaux, libérer l’accès à la culture et au savoir, et lutter contre les monopoles privés et le système des brevets.

Son suppléant est Mathieu Chambefort, étudiant ingénieur en Sciences de la Terre à Polytech UPMC. Il réside actuellement à Édimbourg.