Archives de Tag: primaire

Primaire de la droite: Juppé grand vainqueur chez les Français de l’étranger

Alors que le premier tour de la primaire de droite donne une nette avance à François Fillon et place Nicolas Sarkozy en « troisième homme », les Français de l’étranger ont massivement préféré Alain Juppé, lui accordant plus de 45% des suffrages sur les onze circonscriptions électorales.

Contrairement aux électeurs de France et des outremers, qui devaient voter à l’urne et pouvaient donc se décider à la dernière minute sur une éventuelle participation, les Français résidant hors de France devaient se préinscrire plus d’un mois avant le premier tour pour participer. Ainsi, entre 56.500 et 60.000 participants à cette première primaire de droite étaient attendus. À l’heure où nous écrivions ces lignes, sur la base de 53.000 votes, Alain Juppé obtenait plus de 45% des suffrages, François Fillon plus de 37%, et Nicolas Sarkozy, devancé dans plusieurs circonscriptions par Nathalie Kosciusko-Morizet, était sous la barre des 9%.

Le bug informatique qui a entaché l’ouverture du vote (à 13h, heure de l’est, samedi), était résolu à 14h23 (20h23 heure française). L’impossibilité d’accès était mondiale, et non pas -comme on l’a cru un moment- restreinte à l’Amérique du Nord.

Dans la 1ère circonscription (USA-Canada), Alain Juppé atteint 47,4%, suivi de François Fillon (33,4%), de Nicolas Sarkozy (9,2%), Nathalie Kosciusko-Morizet obtenant pour sa part 6,7%. Bruno Le Maire (2%), Jean-Frédéric Poisson (1,1%) et Jean-François Copé (0,2%) ferment la marche. Notons que le vote blanc ou nul était possible pour le vote électronique, puisque notre circonscription en compte 9, sur 7.871 électeurs ayant pris part au vote.

En revanche, chez nos voisins de Saint-Pierre et Miquelon (où 89 personnes ont voté samedi dans deux bureaux de vote), on ne compte aucun bulletin blanc. Le classement est le même néanmoins qu’en Amérique du Nord, et seuls les résultats en pourcentage changent sérieusement: tout en étant distancé par Alain Juppé (42,7%) et François Fillon (21,3%), l’ancien président de la République obtient 20,2%, soit sensiblement sa moyenne nationale.

primaires_lr_2016_01

Vendredi soir, dans un restaurant de Québec, divers responsables LR s’étaient regroupés à l’initiative du délégué LR local, Michel Gaudart de Soulages. Les tendances des « deux favoris des sondages » étaient représentées à table, mais l’on pouvait lire sur les visages une incertitudes, probablement liée à la découverte plus que tardive par les instituts de sondage de la remontée de François Fillon, qui cinq années durant fut le Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

La semaine prochaine, les électeurs auront donc le choix entre deux anciens hôtes de Matignon: Alain Juppé, défenseur de l’identité heureuse, et François Fillon, auteur en mai 2007 du discours de Bercy sur l’identité française, qui allait donner lieu dès l’élection de Sarkozy à la création du ministère de « l’identité nationale ». L’été 2015, un mois avant ses soixante-dix ans et sa venue à Québec pour le Salon des Vins, Alain Juppé avait annoncé qu’il ne ferait qu’un mandat en cas d’élection.

Publicités

Primaire de droite et du centre: 6% des électeurs se sont préinscrits

Le nombre de Français inscrits sur les listes électorales consulaires (LEC) arrêtées en décembre 2015 et qui se sont préinscrits pour voter à la primaire de la droite et du centre en novembre s’élève, dans la 1ère circonscription législative des Français de l’étranger à 6% des électeurs. Un pourcentage très honorable, surtout s’agissant d’une nouveauté chez les électeurs de droite.

Le nombre provisoire au 19 octobre (1) des inscriptions validées sur l’ensemble des onze circonscriptions est de 56.531, soit environ 5% du corps électoral de la LEC mondiale (2), selon les chiffres communiqués à SoirAméricain par la Haute autorité chargée de veiller au bon déroulement de ce scrutin. Il reste environ 4.500 inscriptions à valider ou à rejeter (3), ce qui, dans le « meilleur » des cas amènerait le pourcentage mondial au niveau de celui de la 1ère circonscription, qui regroupe les États-Unis et le Canada. Le responsable de l’organisation de cette primaire, le député des Hauts-de-Seine Thierry Solère, se réjouit de l’inscription de plus ou moins 60.000 personnes, qu’il compare aux 7.000 électeurs hors de France qui avaient participé à la primaire socialiste de l’automne 2011.

Sur la 1ère circonscription, 9.115 personnes sont déjà inscrites, soit 1/6e des Français de l’étranger souhaitant s’exprimer pour seulement 1/10e des électeurs de la LEC mondiale. Dans les détails, 2.546 inscrits vivent au Canada, et 6.569 aux Etats-Unis. Le nombre d’inscrits aux USA est le même que dans la 3ème circonscription (la Suisse, 6.568), celui des Français du Canada est supérieur à celui de la 2ème circonscription (Amérique du Sud, 2.250), et avoisine celui de la 5ème circonscription (Andorre, Espagne, Monaco, Portugal, 2.625).

Le nombre des inscriptions est d’autant plus élevé que tous les candidats n’ont pas communiqué, du moins d’après les courriels que nous avons pu croiser. Outre le député Frédéric Lefebvre -qui finalement ne concourt pas-, il semble que seuls trois candidats ont écrit: Jean-François Copé, François Fillon (arrivé plusieurs fois dans les pourriels), et Alain Juppé (arrivé par deux fois en pourriel). Nous ne tenons volontairement pas compte des messages des divers comités locaux de soutien pour leurs envois, ne sachant pas s’ils agissent à la demande des candidats ou de leur propre chef. Il est probable que des électeurs en aient eu assez de ces divers messages, car parmi ceux arrivés directement dans la corbeille des indésirables figurait dimanche un député  ayant écrit depuis son adresse de l’Assemblée.

On peut fort légitimement penser que ceux qui se sont préinscrits voteront, puisqu’ils devaient, lors de l’inscription, donner leurs coordonnées bancaires afin de s’acquitter des frais des deux tours, qu’ils participent ou non au scrutin, qu’il y ait un bug informatique local ou non. En France, seuls ceux qui se déplaceront devront payer 2€ par tour auquel il votent.

Par ailleurs, lors des élections générales de 2012, les Français de l’étranger avaient moins voté que la moyenne nationale. Aux législatives (choix entre vote à l’urne et vote informatique), leur participation oscillait entre 12 et 26% (moins de 20% pour la 1ère circonscription), alors que la participation totale frôlait les 55%. À la présidentielle (vote à l’urne uniquement), seulement 42% des Français hors de France avaient voté, contre 80% pour la France entière.

Rien qu’en appliquant le ratio de participation le plus sage –deux fois moins de participation à l’étranger par rapport a la France-, la participation à cette primaire « de la droite et du centre » devrait être de l’ordre de deux millions et demi d’électeurs, le nombre de deux millions de participants étant suffisant pour combler les dépenses prévues par les organisateurs. Il est cependant fort probable que les trois millions soient dépassés: outre l’utilisation de plus en plus massive des médias sociaux, les sept candidats du premier tour de cette première primaire de droite passeront à la télévision française trois fois à 21h sur un total de cinq chaînes, alors que pour la primaire socialiste de l’automne 2011 avait eu ses trois débats pré-premier tour sur « seulement » trois chaînes, et que l’un de ces débats se déroulait avant 20h sur iTELE, qui plus est dans la foulée du renouvellement sénatorial.

Entre la primaire socialiste de 2006, qui a vu la victoire de Ségolène Royal au premier tour, et celle de 2011 où il a fallu deux tours pour que François Hollande émerge, on a pu mesurer l’importance de la télévision. La primaire de 2006 n’a été diffusée que sur les deux chaines parlementaires, et a attiré moins de 200.000 électeurs, alors que la primaire de 2011 a envoyé plus de deux millions et demi de personnes aux urnes, soit treize fois plus. Selon les chiffres Médiamétrie de l’époque, le débat diffusé à 18h sur iTELE avait attiré 4% de l’audience.

La droite, qui voici cinq ans dénonçait les méthodes du Parti socialiste, pourrait fort bien en tirer profit en novembre.

Notes:

(1) Les inscriptions pouvaient se faire jusqu’au dimanche 16 octobre inclusivement (heure de Paris), mais les règles indiquées sur le site Internet disaient « avant le 16 octobre ». Elles n’étaient automatiques que pour les électeurs inscrits sur la LEC en décembre 2015 et qui fournissaient aux organisateurs de la primaire les mêmes renseignements que ceux enregistrés par le MAE.

(2) Si plus d’un million et demi de Français figurent sur le Registre (1,6 million en 2012, 1,7 million en 2016) à peine plus d’un million étaient inscrits sur les listes électorales en 2012. Le premier chiffre permet entre autres de calculer les plafonds de dépenses électorales et d’attribuer les dotations de l’État aux postes consulaires, le deuxième concerne les scrutins. Ce ratio s’observe aussi en France.

(3) Les inscriptions en attente correspondent grosso modo aux jeunes qui auront 18 ans lors de la présidentielle, aux Français de l’étranger qui ont fourni des renseignements différents de ceux figurant sur la LEC lors de leur préinscription, à ceux qui ont tenté de tricher, mais aussi aux erreurs informatiques.