Archives de Tag: LEC

Primaire de droite et du centre: 6% des électeurs se sont préinscrits

Le nombre de Français inscrits sur les listes électorales consulaires (LEC) arrêtées en décembre 2015 et qui se sont préinscrits pour voter à la primaire de la droite et du centre en novembre s’élève, dans la 1ère circonscription législative des Français de l’étranger à 6% des électeurs. Un pourcentage très honorable, surtout s’agissant d’une nouveauté chez les électeurs de droite.

Le nombre provisoire au 19 octobre (1) des inscriptions validées sur l’ensemble des onze circonscriptions est de 56.531, soit environ 5% du corps électoral de la LEC mondiale (2), selon les chiffres communiqués à SoirAméricain par la Haute autorité chargée de veiller au bon déroulement de ce scrutin. Il reste environ 4.500 inscriptions à valider ou à rejeter (3), ce qui, dans le « meilleur » des cas amènerait le pourcentage mondial au niveau de celui de la 1ère circonscription, qui regroupe les États-Unis et le Canada. Le responsable de l’organisation de cette primaire, le député des Hauts-de-Seine Thierry Solère, se réjouit de l’inscription de plus ou moins 60.000 personnes, qu’il compare aux 7.000 électeurs hors de France qui avaient participé à la primaire socialiste de l’automne 2011.

Sur la 1ère circonscription, 9.115 personnes sont déjà inscrites, soit 1/6e des Français de l’étranger souhaitant s’exprimer pour seulement 1/10e des électeurs de la LEC mondiale. Dans les détails, 2.546 inscrits vivent au Canada, et 6.569 aux Etats-Unis. Le nombre d’inscrits aux USA est le même que dans la 3ème circonscription (la Suisse, 6.568), celui des Français du Canada est supérieur à celui de la 2ème circonscription (Amérique du Sud, 2.250), et avoisine celui de la 5ème circonscription (Andorre, Espagne, Monaco, Portugal, 2.625).

Le nombre des inscriptions est d’autant plus élevé que tous les candidats n’ont pas communiqué, du moins d’après les courriels que nous avons pu croiser. Outre le député Frédéric Lefebvre -qui finalement ne concourt pas-, il semble que seuls trois candidats ont écrit: Jean-François Copé, François Fillon (arrivé plusieurs fois dans les pourriels), et Alain Juppé (arrivé par deux fois en pourriel). Nous ne tenons volontairement pas compte des messages des divers comités locaux de soutien pour leurs envois, ne sachant pas s’ils agissent à la demande des candidats ou de leur propre chef. Il est probable que des électeurs en aient eu assez de ces divers messages, car parmi ceux arrivés directement dans la corbeille des indésirables figurait dimanche un député  ayant écrit depuis son adresse de l’Assemblée.

On peut fort légitimement penser que ceux qui se sont préinscrits voteront, puisqu’ils devaient, lors de l’inscription, donner leurs coordonnées bancaires afin de s’acquitter des frais des deux tours, qu’ils participent ou non au scrutin, qu’il y ait un bug informatique local ou non. En France, seuls ceux qui se déplaceront devront payer 2€ par tour auquel il votent.

Par ailleurs, lors des élections générales de 2012, les Français de l’étranger avaient moins voté que la moyenne nationale. Aux législatives (choix entre vote à l’urne et vote informatique), leur participation oscillait entre 12 et 26% (moins de 20% pour la 1ère circonscription), alors que la participation totale frôlait les 55%. À la présidentielle (vote à l’urne uniquement), seulement 42% des Français hors de France avaient voté, contre 80% pour la France entière.

Rien qu’en appliquant le ratio de participation le plus sage –deux fois moins de participation à l’étranger par rapport a la France-, la participation à cette primaire « de la droite et du centre » devrait être de l’ordre de deux millions et demi d’électeurs, le nombre de deux millions de participants étant suffisant pour combler les dépenses prévues par les organisateurs. Il est cependant fort probable que les trois millions soient dépassés: outre l’utilisation de plus en plus massive des médias sociaux, les sept candidats du premier tour de cette première primaire de droite passeront à la télévision française trois fois à 21h sur un total de cinq chaînes, alors que pour la primaire socialiste de l’automne 2011 avait eu ses trois débats pré-premier tour sur « seulement » trois chaînes, et que l’un de ces débats se déroulait avant 20h sur iTELE, qui plus est dans la foulée du renouvellement sénatorial.

Entre la primaire socialiste de 2006, qui a vu la victoire de Ségolène Royal au premier tour, et celle de 2011 où il a fallu deux tours pour que François Hollande émerge, on a pu mesurer l’importance de la télévision. La primaire de 2006 n’a été diffusée que sur les deux chaines parlementaires, et a attiré moins de 200.000 électeurs, alors que la primaire de 2011 a envoyé plus de deux millions et demi de personnes aux urnes, soit treize fois plus. Selon les chiffres Médiamétrie de l’époque, le débat diffusé à 18h sur iTELE avait attiré 4% de l’audience.

La droite, qui voici cinq ans dénonçait les méthodes du Parti socialiste, pourrait fort bien en tirer profit en novembre.

Notes:

(1) Les inscriptions pouvaient se faire jusqu’au dimanche 16 octobre inclusivement (heure de Paris), mais les règles indiquées sur le site Internet disaient « avant le 16 octobre ». Elles n’étaient automatiques que pour les électeurs inscrits sur la LEC en décembre 2015 et qui fournissaient aux organisateurs de la primaire les mêmes renseignements que ceux enregistrés par le MAE.

(2) Si plus d’un million et demi de Français figurent sur le Registre (1,6 million en 2012, 1,7 million en 2016) à peine plus d’un million étaient inscrits sur les listes électorales en 2012. Le premier chiffre permet entre autres de calculer les plafonds de dépenses électorales et d’attribuer les dotations de l’État aux postes consulaires, le deuxième concerne les scrutins. Ce ratio s’observe aussi en France.

(3) Les inscriptions en attente correspondent grosso modo aux jeunes qui auront 18 ans lors de la présidentielle, aux Français de l’étranger qui ont fourni des renseignements différents de ceux figurant sur la LEC lors de leur préinscription, à ceux qui ont tenté de tricher, mais aussi aux erreurs informatiques.

Publicités

Démarchage à Québec

Mercredi 5 juin, à l’occasion de l’avant-dernier jour de campagne, Franck Scemama tentait d’aller à la rencontre des électeurs à leur domicile, en fin de journée à Québec.

Quartier choisi: Saint-Jean Baptiste, dans la seule circonscription de la ville à avoir élu une députée de gauche en septembre dernier. Mais le candidat franco-canadien était à la recherche d’électrices et d’électeurs de nationalité française.

photo(9)

Sur les vingt-et-une sonnettes activées en une heure (issues de la LEC de Québec), seules cinq personnes ont répondu présent. Ce qui en une heure est un bon résultat au demeurant. Toutefois on peut regretter un manque de fiabilité de la LEC: en effet, deux adresses étaient soit erronées soit incomplètes, et n’ont pas permis au candidat PS de savoir si les électeurs recherchés habitaient bien ici. Par ailleurs, à trois endroits la personne recherchée avait déménagé, dont une « depuis au moins trois ans » selon les dires du locataire un peu surpris de la démarche.

L’accueil a semblé chaleureux, au point que l’un des électeurs a retenu le candidat chez lui bien plus longtemps que les dix minutes classiques dans le parcours du militant de base. Ce genre de démarche est assez peu courant de la part d’un candidat. En France, on est davantage habitué à voir les candidats sur les marchés alimentaires ou devant des points de passage importants. Mais ici, il faut « débusquer » l’électeur…

La dernière journée québécoise du candidat socialiste (troisième de cette campagne) s’est achevée dans un restaurant de la basse ville, avant de regagner Montréal en autocar, où il allait, jeudi soir, tenir sa dernière réunion de campagne.

A New York, un centre communautaire racole pour Lefebvre

On savait Nicolas Sarkozy proche de la communauté juive française, lui qui se prévalait d’un score à la soviétique en Israël au second tour (92%). Ce qu’on sait moins, sauf à être très attentif aux messages postés sur Twitter par le candidat de l’UMP (comme ici sous le panneau EXIT ou là deux mois avant le premier tour) c’est que Frédéric Lefebvre a opéré une grande opération séduction à l’endroit de la communauté juive du continent nord-américain. Au moins des Loubavitch de New York. Depuis une semaine, une vidéo circule même sur Internet.

Paraphrasant quarante ans après Les Aventures de Rabbi Jacob, on pourrait résumer cette vidéo par: « Rabbi Lefebvre il est venu de Neuilly, Rabbi Lefebvre il s’est levé, Rabbi Lefebvre il va danser… Rabbi Lefebvre il va parler! ». Et le candidat de l’UMP, en son temps décoré par l’union des patrons juifs de France pour sa lutte contre le partage de la Palestine (une ingérence au doux nom de « lutte contre l’antisionisme »), ne tarit pas d’éloges envers le Rabbin Mikhael Cohen.

Comme l’indique la page d’accueil « Loubavitch en temps réel », ce rabbin représente les orthodoxes de New York (on y accède par la colonne la plus à droite). Début mai, le rabbin Cohen s’affichait avec Jean-François Copé. Jusque là, rien de bien grave: pour élire un représentant du peuple dans une assemblée laïque, rien n’interdit de fréquenter une communauté religieuse…

Mais là où le bât blesse, c’est quand, le 3 juin, une partie des électeurs de la circonscription a reçu ce message par courriel. Les électeurs de la première circonscription des Français hors de France ont été « choisis » manifestement à la fois sur leur domiciliation géographique (LEC de New York uniquement) et sur la consonance de leur patronyme. Les destinataires que Soir Amérique est parvenu à joindre avaient tous un nom d’origine juive. L’un d’eux, par ailleurs, a reçu ce message (d’où est extraite la vidéo ci-dessus) sur une boîte mail dont il ne se sert que pour une utilisation professionnelle et pour sa correspondance avec le consulat général.

On se souvient peut-être des cris d’orfraie lancés en France en avril 2012 par des membres de l’UMP alors que les supposés « appels musulmans » à voter Hollande n’étaient que des rumeurs infondées.

Si l’on s’en réfère aux conditions de délivrance et d’utilisation des listes électorales consulaires (les fameuses LEC), rappelées ici après que Soir Amérique avait relevé leur usage par l’association Âme Nord pas encore créée,  ce détournement par les Loubavitch de New York est hallucinant à bien des égards.

1/ Peuvent se procurer les listes à la fois les partis politiques, les candidats ou leurs représentants, les électeurs. En gros n’importe qui. Sauf que l’utilisateur (l’expéditeur de l’appel à voter Frédéric Lefebvre) est « contact@ccfnewyork.com » [Centre culturel juif français & francophone de NY], qui n’est pas un électeur ni un parti politique ni un candidat à en croire sa page « Qui sommes-nous« . Un envoi communautaire du même message avec une adresse hébergée chez le candidat aurait été de moins mauvais goût.

2/ Ce tri sur une supposée religion, uniquement sur la base du nom, n’est pas sans rappeler le film de Joseph Losey Monsieur Klein, qui se passe au moment de la Rafle du Vel d’Hiv à Paris. C’est plus que maladroit, c’est scandaleux. Les témoignages parvenus mardi soir à Soir Amérique émanaient d’électeurs qui ne fréquentaient absolument pas les Loubavitch de NewYork et ne se préoccupaient pas plus que cela de la religion juive. Ils avaient juste le « tort » d’avoir un nom juif.

3/ Ce message est parvenu le 3 juin à 1h45 (heure de New York) dans les boîtes aux lettres. Le lendemain après-midi, à 13h33, un autre message parvenait aux mêmes destinataires, pour… annoncer la venue les 6, 8 et 9 juin aux USA de Enrico Macias. Il s’agissait donc là d’une utilisation des LEC dans un but purement commercial, avec une possibilité de réserver des places sur Ticketmaster.

Quand Frédéric Lefebvre et ses amis cesseront-ils de spammer les électeurs de la circonscription?