Archives de Tag: Franck Scemama

Participation en légère hausse à l’urne aussi (résultats complets)

Avec une participation en légère hausse à 00h40 (heure de l’est, soit 6h40, heure de Paris), Frédéric Lefebvre (UMP) bénéficiait d’une avance de 324 voix sur Franck Scemama (PS) lors du dépouillement du vote à l’urne.

Ces résultats sont complets pour le vote à l’urne, dans l’attente de l’ouverture de l’urne électronique, commune aux deux circonscriptions qui votent cette fin de semaine. Le second tour de la 8e circonscription ayant lieu dimanche, l’urne sera ouverte à Paris après 18h. Ses résultats seront donc connus après midi et demi, heure de l’est.

Panneaux

Photographie prise au Bureau de vote de Québec

Avec 5.650 votants pour 151.762 inscrits, la participation à l’urne -et par correspondance- atteint 3,72%. Lors du vote électronique au second tour, elle était montée à 10,17%. Le total de la participation devrait donc atteindre environ 13,89%. Au premier tour, la participation avait été de 13,47% (lire ici). Pour mémoire, en 2012, la participation avait baissé au second tour, de 20,40% à 19,07% comme c’est le cas lors de la plupart des scrutins partiels.

Cette petite différence en apparence négligeable peut complètement changer la donne, car le résultat s’annonce serré. Pour l’instant, Frédéric Lefebvre distance de près de six points son adversaire, avec 52,89% contre 47,11%… mais seulement 324 voix d’avance, sur un total de 5.530 suffrages exprimés.

Le candidat MoDem du premier tour, qui n’avait recueilli que 5.000 voix, n’a pas hésité à commenter cet écart sur Twitter.

Le nombre de bulletins blancs ou nuls a augmenté de 20% à l’urne d’un tour à l’autre. Au 1er tour, 69 aux USA et 32 au Canada alors qu’il y avait douze candidats; au second tour, lorsque le choix se restreint à deux, les USA reculent très légèrement à 31 mais le Canada grimpe à 59 blancs et nuls.

Au Canada, le candidat du PS obtient un peu plus de 55% des suffrages exprimés. Aux USA, le candidat de l’UMP réussit à dépasser les 58,5% des voix.

Sur l’ensemble de la circonscription, qui compte un peu plus de 151.700 électeurs, 5650 ont voté à l’urne, 120 ont voté blanc ou nul (2,12%), et par conséquent 5530 se sont exprimés: Franck Scemama a obtenu 2603 voix, Frédéric Lefebvre 2927.

Il reste à « dépouiller » les 15.429 votes par Internet dimanche afin de savoir lequel des deux siègera la semaine prochaine au Palais Bourbon.

Les reports de voix semblent s’être mieux faits à gauche

A la fermeture des bureaux de vote de la côte ouest du continent Américain, voici les premiers résultats -partiels donc- des bureaux déjà dépouillés sur le Canada et les États-Unis. Un autre billet suivra dans quelques heures.

Ces résultats ne tiennent évidemment pas compte des votes électroniques (dont le total est connu depuis le 5 juin), qui seront « dépouillés » dimanche après la fermeture des bureaux de vote de la 8e circonscription.

Deuxieme_Tour

Photographie prise au Bureau de vote de Québec, ce 8 juin 2013

Résultat surprenant à La Nouvelle-Orléans (558 inscrits, dont 61 ont déjà voté par Internet): Franck Scemama et Frédéric Lefebvre arrivent tous deux à égalité avec chacun 15 voix (7 bulletins B/Nuls), alors que, au premier tour, Damien Regnard, candidat local, avait obtenu 25 voix, devant Franck Scemama (12). Un report mathématique des voix aurait dû donner Lefebvre gagnant avec ses 6 voix et les 25 de Regnard, Giscard ayant eu 0; Scemama avait eu donc 12, Giraud 4 et Clément 4: malgré certaines hésitations du côté de la gauche, le report s’est donc nettement fait en faveur du candidat socialiste.

Le plus petit bureau est Moncton, avec 758 inscrits. 30 votants (98 par Internet), 29 exprimés, 17 Scemama, 12 Lefebvre.

CANADA

Montréal – 46000 inscrits, 1349 votants à l’urne (4657 par Internet): 1314 exprimés, dont 735 pour Scemama (55,94%), 579 pour Lefebvre (44,06%). Au premier tour, 1271 votants (1253 exprimés), 353 pour Scemama, 288 Lefebvre – Regnard 126, Giscard 106, Giraud 130, Clément 95. Le candidat PS a recueilli beaucoup plus de voix que celui de l’UMP en-dehors des simples reports de voix. Franck Scemama a longuement vécu à Montréal, où réside également Cyrille Giraud, et où a travaillé Céline Clément.

Toronto – 6899 inscrits, 372 votants à l’urne (769 par Internet): 367 suffrages exprimés, dont 199 pour Franck Scemama (54,2%), 168 pour Frédéric Lefebvre (45,8%). Au premier tour, 356 votants, 352 exprimés: 122 Scemama, 71 Lefebvre – Giscard 47, Regnard 30, Giraud 26, Clément 16. Le candidat UMP ne progresse que d’une vingtaine de voix par rapport au report mathématique là où le candidat PS progresse du double. Il s’agit du fief de Marc-Albert Cormier, ancien de l’UDI, qui avait déchiré sa carte en apprenant le parachutage de Louis Giscard d’Estaing mais s’est rallié dès le premier tour à Frédéric Lefebvre.

ÉTATS-UNIS

Washington – 8477 inscrits, 395 votants à l’urne (1068 par internet): 382 suffrages exprimés, 188 pour Scemama, 194 pour Lefebvre. Rappel premier tour: 424 votants, 382 exprimés, 103 Scemama, 92 Lefebvre – Regnard 69, Giscard 31, Giraud 28, Clément 19. Avec une plus faible participation à l’urne, le candidat UMP fait mieux que rattraper son retard.

Chicago – 5698 inscrits, 249 votants (699 par Internet): 101 pour Scemama, 138 pour Lefebvre. Au premier tour, 212 votants: 49 Scemama, 59 Lefebvre – Regnard 38, Giscard 22, Giraud 14, Clément 04.

Boston – 5859 inscrits, 175 votants (586 par Internet): 171 exprimés, 82 pour Scemama, 89 pour Lefebvre. Premier tour: 41 Scemama, 47 Lefebvre, 15 Regnard, 10 Giscard, 7 Giraud, 2 Clément. Le candidat PS progresse largement hors de son camp dans la ville de résidence de son directeur de campagne.

New York (résultats par bureau)

Dans la globalité, c’est Frédéric Lefebvre le grand vainqueur à New York, avec plus de 55% des suffrages exprimés. Toutefois, de fortes disparités sont à relever selon les secteurs de ce qui est la deuxième circonscription consulaire du continent après celle de Montréal. 888 votants, dont 877 exprimés (par internet 2106 votants). 387 pour Scemama, 490 pour Lefebvre.

Trois bureaux ont mis le candidat socialiste très en avance sur le candidat d’opposition. Il s’agit des BV École internationale de NYC (91 contre 46), Brooklyn (60/43) et le French american chartered School (70/42).

Lefebvre a largement dominé les BV de Mamaroneck (115/38), New Milford (41/16) et Bermudes (12/2).

Pour l’instant, sur l’ensemble des résultats connus de la circonscription, Franck Scemama totalise 1966 voix (50,9%) et Frédéric Lefebvre 1897 (49,1%). Cela concerne 4488 votants, soit 2,99% des électeurs inscrits.

Les premiers résultats ville par ville

Retrouvez sur le compte Twitter @SoirAmerique à partir de la fin d’après-midi  l’ambiance au Bureau de vote de Québec, puis à partir de 18h, heure locale (minuit heure de Paris) quelques résultats ville par ville.

Dans la soirée, après 21h HE (heure de fermeture des bureaux de vote de la côte ouest), une première synthèse sera publiée sur le blogue.

Dans la nuit, une synthèse générale devrait récapituler environ 3/4 du corps électoral à l’urne, comme cela avait été fait voici deux semaines pour le premier tour.

Ce n’est que dimanche en début d’après-midi, une fois que la 8ème circonscription aura fini de voter, que les résultats du vote électronique seront connus. Nous serons alors en mesure de savoir qui de M. Scemama ou de M. Lefebvre représentera dès la semaine prochaine notre circonscription au Palais Bourbon.

Démarchage à Québec

Mercredi 5 juin, à l’occasion de l’avant-dernier jour de campagne, Franck Scemama tentait d’aller à la rencontre des électeurs à leur domicile, en fin de journée à Québec.

Quartier choisi: Saint-Jean Baptiste, dans la seule circonscription de la ville à avoir élu une députée de gauche en septembre dernier. Mais le candidat franco-canadien était à la recherche d’électrices et d’électeurs de nationalité française.

photo(9)

Sur les vingt-et-une sonnettes activées en une heure (issues de la LEC de Québec), seules cinq personnes ont répondu présent. Ce qui en une heure est un bon résultat au demeurant. Toutefois on peut regretter un manque de fiabilité de la LEC: en effet, deux adresses étaient soit erronées soit incomplètes, et n’ont pas permis au candidat PS de savoir si les électeurs recherchés habitaient bien ici. Par ailleurs, à trois endroits la personne recherchée avait déménagé, dont une « depuis au moins trois ans » selon les dires du locataire un peu surpris de la démarche.

L’accueil a semblé chaleureux, au point que l’un des électeurs a retenu le candidat chez lui bien plus longtemps que les dix minutes classiques dans le parcours du militant de base. Ce genre de démarche est assez peu courant de la part d’un candidat. En France, on est davantage habitué à voir les candidats sur les marchés alimentaires ou devant des points de passage importants. Mais ici, il faut « débusquer » l’électeur…

La dernière journée québécoise du candidat socialiste (troisième de cette campagne) s’est achevée dans un restaurant de la basse ville, avant de regagner Montréal en autocar, où il allait, jeudi soir, tenir sa dernière réunion de campagne.

AFE: la position des deux candidats

Sur Twitter, un internaute avait posé fin mai aux deux candidats une question relative à la réforme de l’Assemblée des Français de l’Etranger, « un exemple concret de sujet qui concerne directement les français de l’étranger et sur lequel les deux candidats auront à voter« . Les deux candidats ont répondu de façon assez longue à cette question.

Frédéric Lefebvre a répondu à cette question le 2 juin, en revenant en premier lieu sur le fait que le député qui sortira des urnes en cette fin de semaine pourra déposer des amendements en séance sur ce texte, ce député étant appelé à siéger dès la première semaine de son élection, soit avant l’examen du texte.  Le candidat estime que le projet de réforme « va marquer la fin programmée de l’AFE et que la représentation des Français de l’Etranger est par conséquent en péril« ; selon M. Lefebvre, cette réforme n’a « comme unique motivation que d’empêcher les Français établis hors de France de s’exprimer« .

Frédéric Lefebvre s’oppose également à la transformation de l’AFE en Haut Conseil, la désignation des membres par les conseillers consulaires, la modification les circonscriptions, au fait que la réforme ne prévoie pas d’inclure la fiscalité au rapport du gouvernement, et à la fin des mandants en cours à partir de 2014. Il propose par ailleurs de garantir la « participation de l’UFE et de l’ADFE à la participation du processus démocratique« , ainsi qu’un autre type de répartition des sièges « conformément aux règles imposées par le Conseil constitutionnel« . Le candidat prévoit déjà d’intenter un recours devant le Conseil constitutionnel si ses propositions ne sont pas retenues.

Dans sa réponse, datée du 7 juin, Franck Scemama rappelle que tout le monde s’accorde sur le besoin de réforme de l’AFE, dysfonctionnelle quant à ses dimensions locale, politique et électorale. Cet ancien élu de l’AFE met en avant que la dimension locale pourra être renforcée par la présence de plus de conseillers consulaires ancrés dans leur circonscription, que le collège électoral sera fortement accru en termes numériques (minorant ainsi les risques de clientélisme). Quant au volet politique, le candidat fait valoir le fait que les discussions entre parlementaires et gouvernement pourraient faire passer le nombre de circonscriptions de 5 à 20, ce qui lui parait « un minimum« . Revenant sur un risque accru de déséquilibre, « conséquence induite par un scrutin de liste où les grands électeurs ne sont pas équitablement répartis sur le territoire », il propose éventuellement que « les nouveaux conseillers à l’AFE soient élus au suffrage direct, ce qui offrirait plus de chances à un conseiller sud-américain d’être élu par les Français résidant dans sa circonscription. La solution idéale serait évidemment d’avoir davantage de circonscriptions et une élection directe. »

Rappelant son attachement à la limitation du cumul des mandats, le candidat « regrette d’ailleurs que la réforme n’aille pas plus loin et ne lui donne aucun pouvoir décisionnel, comme la Fédération des Français de l’étranger du PS le souhaitait« , et souhaite collaborer activement avec les « acteurs de terrain que sont les conseillers de l’Assemblée des Français de l’étranger« , ainsi que les sénateurs et députés qui partagent cette vision.

Bien comprendre le compte de campagne de Franck Scemama

S’étant engagé à plusieurs reprises pour la transparence, le candidat du PS publie ce jour ses comptes de campagne (en date du 1er juin 2013).

Actuellement, le montant total de ses dépenses s’élève à un peu moins de 18.000 €, dont 9768€ uniquement pour les déplacements, soit 54%. Ceci est parfaitement compréhensible quand on connait la taille de la circonscription. Le candidat s’est ainsi rendu dans une quarantaine de villes depuis le début de sa campagne. De ces 9768€, la plus grande partie concerne des frais de voyage, le candidat ayant fait le choix de dormir chez l’habitant plutôt qu’à l’hôtel quand cela était possible.

66% du financement de la campagne est assuré par des dons (près de 12.000€). Ce qui donne l’occasion au candidat d’interpeller son opposant, via les réseaux sociaux:

Le candidat déclare n’avoir dépensé que le quart du plafond légal autorisé. Dans la présentation des comptes de campagne à la commission, il convient en effet de distinguer les déplacement internes à la circonscription des autres dépenses (ce plafond s’élève à 38.000€ par candidat majoré par 0,15€ par habitant de la circonscription, multiplié par 1,26, soit environ 85.000€.
Lire page 19 du mémento du candidat). Seul le plafond de 47,5% des dépenses réelles peut être remboursé.

En voulant faire simple à lire pour ses électeurs, le candidat PS avait omis de donner ces quelques détails, qui pouvaient laisser douter de la fiabilité du 26% de plafond de dépenses qu’il annonce ce samedi sur son site Internet.

Franck Scemama répond à Véronique Vermorel

La candidate du Parti Pirate a interpellé sur son blogue mardi 28 mai les deux finalistes de la législative partielle de notre circonscription en leur posant quatre questions. Elle a précisé qu’elle ne donnerait pas de consigne de vote aux 502 électrices et électeurs et mettrait les réponses sur son blogue, y compris si elle n’en avait pas.

Mercredi 29 mai au soir, publiant les réponses du candidat PS, elle a relancé le candidat UMP.

Les réponses de Franck Scemama à Véronique Vermorel sont à lire ici.

Au-delà des réponses -que nous vous encourageons vivement à aller lire chez la candidate du Parti Pirate même si vous n’avez pas voté pour elle-, on notera que Franck Scemama ne manque pas de faire valoir le fait qu’il peut, en cas d’élection, compter « sur un large réseau d’élus, de responsables associatifs et de bénévoles qui participent à cette campagne [qui] continueront de travailler avec [lui] pour que l’action du député soit au plus proche des Français de la circonscription« , montrant par là son ancrage local et celui de sa suppléante. Il rappelle au passage qu’il est signataire de la charte Anticor, la liste des candidats l’ayant signée pour cette élection partielle étant disponible ici.

A cette heure, toujours pas de nouvelles de Frédéric Lefebvre.

Les deux candidats au banc d’essai

La commission électorale s’est réunie mercredi 29 mai à Paris. Elle a validé les circulaires et les bulletins de vote des deux finalistes, dont les noms ont été publiés au Journal Officiel. Aussi, nous vous proposons un petit comparatif des argumentaires que vous recevrez prochainement par courrier. Les candidats sont présentés dans l’ordre donné par l’arrêté du ministère de l’Intérieur.

Franck Scemama

La circulaire du candidat socialiste est à lire à l’italienne. De prime abord, elle est très chargée, et met en avant, dès la première page, douze propositions rassemblées en 6 axes, dont le premier concerne l’égalité des droits. Elle présente aussi succinctement le candidat et sa suppléante, « riches d’une autre culture et d’une autre vision du monde« .

Pour Franck Scemama, dont la vie au Canada lui a permis d’obtenir la double nationalité, la mobilité internationale doit être vue comme « un choix de vie« . Ainsi il souhaite pouvoir faciliter les différentes étapes du parcours de migration, améliorer les conditions de retour en France (sécurité sociale, formalités administratives, valorisation des expériences) et rendre plus accessibles les démarches consulaires et administratives.

Fiscalité: dans un paragraphe relatif à la justice sociale et fiscale, Franck Scemama souhaite permettre le cumul des droits à la retraite « acquis dans plus de deux pays » (actuellement, l’interprétation de la CNAV limite à deux pays le cumul de l’activité pour compter les droits à la retraite, lire ici). Ainsi qu’il l’a indiqué à plusieurs reprises lors des réunions de terrains, il veut « éliminer les doubles impositions qui subsistent aux États-Unis et plafonner le taux d’imposition sur les revenus du patrimoine immobilier détenu par des français non-résidents au niveau du taux imposé aux résidents européens, soit 19%« .

Éducation: au lieu de rétablir la prise en charge automatique des frais de scolarité dans le réseau des lycées français, le candidat soutient la scolarisation dans les « réseaux d’écoles homologuées » grâce à un système de bourses tenant compte des critères sociaux et économiques des familles concernées. Pour tous, dont les deux-tiers d’enfants n’ayant pas accès au réseau des lycées français, il tient à « encourager les initiatives locales (types FLAM ou écoles bilingues)« .

Économie: le candidat du PS souhaite « encourager les maillages transatlantiques entre chercheurs, entrepreneurs et investisseurs » et « assurer l’accès des entrepreneurs français à l’étranger à la Banque publique d’investissement« . Actuellement, le groupe public BPI France , qui vient de lancer son label export, n’est destiné qu’aux entrepreneurs installés en France.

Environnement: s’il est élu à l’Assemblée, Franck Scemama souhaite « relayer les meilleures pratiques canadiennes et américaines locales pour la préservation de l’environnement« .

Le verso de la circulaire de campagne rappelle les engagements moraux et environnementaux du candidat et publie à nouveau le comparatif offensif qui avait été divulgué dès les résultats du premier tour connu. Il y rappelle son expérience d’immigré, son rôle passé de représentant, son pragmatisme et ses réseaux bien établis, tant en Amérique du Nord qu’en France.

Frédéric Lefebvre

Sous le logo UMP apparait la mention « soutenu par l’UDI » de Jean-Louis Borloo (avec le logo de l’UDI) ainsi que les soutiens des deux perdants Damien Regnard et Louis Giscard d’Estaing; Le candidat ajoute également les soutiens des anciens ministres français et de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy (membre du Conseil Constitutionnel).

La circulaire a la même apparence qu’au premier tour. Toutefois, un œil aiguisé s’apercevra que le pavé orange concernant l’Âme Nord (dont la création n’était toujours pas annoncée au Journal Officiel des Associations du 25 mai) n’affiche que 3 visages. Une mention invite le lecteur du tract papier à aller sur Internet.

Le texte d’introduction, tout en emphase, parle de l’Âme Nord, du rassemblement, de fiscalité, et de « ressouder notre communauté« .

Là où le candidat PS faisait 12 propositions, le candidat UMP étale 5 « priorités« . A plusieurs reprises, il indique qu’il se battra au Parlement « et dans les médias » pour défendre ses priorités.

Fiscalité: Frédéric Lefebvre compte se battre, y compris dans les médias, contre « l’idée du PS de déchéance de leur nationalité pour les présumés exilés fiscaux« , la « suggestion du PS d’imposer les résidences situées en France des non-résidents à hauteur de 20%« , et la « proposition du PS d’exiger […] le paiement du différentiel » d’impôt.  Nous n’avons jamais jusqu’à présent entendu parler du moindre projet de déchéance de nationalité émanant du PS (et nul ne peut devenir apatride); il semble que le candidat de l’UMP appelle « un projet du PS » une imposition des revenus du patrimoine (et non des résidence) qui existe déjà (et non pas en projet) et que le candidat Scemama s’est engagé à combattre dans sa proposition n°5.

Scolarité: au Parlement, comme dans les médias, Frédéric Lefebvre veut se battre pour rétablir la gratuité de l’enseignement dans les établissements français de l’étranger, sans conditions de ressources pour les familles. Il souhaite également créer « d’avantage de programmes de type « after-school » en français« . Notons qu’actuellement, seul un tiers des enfants français vit à proximité d’un Lycée français, dont les frais de scolarité dépassent annuellement les 10.000$.

Par ailleurs, le candidat de l’UMP veut poursuivre les négociations qu’il dit avoir « engagées comme ministre » pour élargir l’équivalence des diplômes « notamment pour les métiers de la santé ». Il cite en exemple les infirmières, pharmaciens et vétérinaires, y ajoutant des points de suspension. Notons qu’en l’état actuel des choses, il existe un accord de reconnaissance mutuel entre la France et le Québec pour les infirmier-e-s, médecins, sage-femme, pharmaciens (la plupart depuis 2010 ou 2011), c’est-à-dire quand M. Lefebvre était au gouvernement.

Protection sociale: toujours au Parlement et dans les médias, au cas où il serait député, Frédéric Lefebvre entend obtenir pour les Français non-résidents un « traitement au moins égal à celui des étrangers résidents en France » en termes de sécurité sociale. Projet très ambitieux, dans la mesure où l’accès aux soins est liée à la résidence. Le candidat socialiste, qui lui a déjà vécu l’expatriation, fait beaucoup plus simple dans sa proposition n°3: la suppression de la période de carence pour la sécurité sociale et la CMU. M. Lefebvre entend également obtenir auprès de la CFE l’habilitation de « d’avantage d’établissements de santé aux États-Unis et au Canada prenant en charge les patients français« . Il suffirait de presque rien dirait le poète pour crier victoire, car présentement, aucun centre hospitalier et aucun centre de bilan de santé ne sont des partenaires de la CFE en Amérique du Nord.

Administration: Le candidat se propose de « faciliter l’obtention des permis de travail et « green cards » auprès des autorités locales« . Ces procédures légales étant très réglementées par le Québec, le Canada, ou les États-Unis, on peut se demander quel type de lobbying permettra aux français d’avoir un traitement de faveur en dehors des conventions existantes (nombre de PVT pour les Français par exemple).

Culture: considérant les électeurs comme des « ambassadeurs de France« , il indique qu’il fera « voter dans la loi l’obligation d’accessibilité du service public audiovisuel partout en Amérique du Nord« . Une affirmation pour le moins irréaliste, tant sur un plan politique (la redevance audiovisuelle n’est due que par les résidents) que sur un plan pratique (droits d’auteurs tant préservés par l’UMP sous le quinquennat Sarkozy). Par ailleurs, si tant est que les chaines publiques françaises puissent être accessibles, les regarder coûterait extrêmement cher au consommateur en termes de bande passante (l’illimité tel qu’il existe en France n’est pas répandu dans le monde entier).

Pour les propositions dans le détail, cliquez ici.

Le Front de Gauche appelle à voter à l’urne

Dans un courriel parvenu ce matin à 7h (heure de l’est) et intitulé « Réflexions pour le 2ème tour », le Front de Gauche invite ses électeurs du premier tour à se rendre aux urnes samedi 8 juin « face aux risques que comporte le vote électronique ».

Le Parti communiste, dont est issue la candidate Céline Clément, avait été le premier à prendre position en faveur de Franck Scemama.

« Le Front de Gauche souhaite faire barrage à la droite – et malgré notre déception quant à l’action du gouvernement, nous voulons encore croire que le PS peut mener une politique juste et pertinente, attentive aux plus vulnérables », écrivent  Mme Clément et M. Plouhinec, qui demandent à Franck Scemama de prendre position sur diverses propositions gouvernementales « qui seront bientôt débattues à l’Assemblée nationale« .

« En s’engageant sur ces sujets et en montrant clairement ses différences avec la droite de Frédéric Lefebvre, nous espérons que Franck Scemama saura donner aux plus inquiets des électeurs et des sympathisants du Front de Gauche de bonnes raisons de voter pour lui », écrivent la candidate et son suppléant, qui avaient obtenu 4,15% des suffrages exprimés.

Europe écologie-Les Verts appellent à voter Franck Scemama

Dans un « Appel à la mobilisation » diffusé ce mardi matin à 5h (heure de l’est), Europe écologie-Les Verts apporte son soutien au candidat PS Franck Scemama, « qui saura par ses qualités agir comme un député proche de sa circonscription et à la hauteur des réformes à mener en France ».

Une grande partie du communiqué regrette l’abstention « extrêmement forte », rappelant que la participation a été de 13,4% dans notre circonscription et d’à peine 10,3% dans la 8ème circonscription, où EELV appelle les électeurs « à user de leurs droits civiques en allant voter blanc ».

En 2012, lors des élections générales, EELV et PS avaient formé des « tickets » dans de nombreuses circonscriptions électorales, dont la circonscription d’Amérique du Nord des Français hors de France. Ainsi, Mme Narassiguin (qui avait pour suppléant M. Giraud) était arrivée en tête au premier tour du scrutin. Cette année, le candidat PS Franck Scemama est arrivé 2ème avec 24,98% des voix et celui de EELV Cyrille Giraud 5ème avec 7,53%.

Un calcul théorique que nous avions fait dimanche les aurait donc mis avec 32,37% en tête s’ils n’avaient été tous deux respectueux de la parité en politique, ce qui n’est pas le cas du candidat arrivé en tête. Mais le patron de l’UMP l’a déjà dit: il préfère payer des amendes que respecter la loi.