Archives de Tag: Elections

Ballotage favorable pour Frédéric Lefebvre

Une fois compilés les résultats (définitifs) du bureau de vote électronique (BVE) et ceux du vote à l’urne (auxquels il manque quelques données), Frédéric Lefebvre, investi par l’UMP, arrive en tête avec 5863 voix (29,15% des suffrages exprimés), devant Franck Scemama, candidat du PS, qui obtient 4832 voix (24,98%). Compte-tenu de la faible participation, seuls ces deux candidats sont qualifiés pour le second tour (vote à l’urne le 8 juin, dépouillement du BVE le 9 juin).

En l’état actuel des résultats, la participation est de 13,47%, contre 20,40% lors du scrutin de 2012, qui était un renouvellement général de l’Assemblée nationale.

En 2012, où 18 candidats se présentaient, Frédéric Lefebvre avait obtenu 22,08% et Corinne Narassiguin 39,65%. Mais la candidate socialiste avait pour suppléant un écologiste, Cyrille Giraud, qui cette année a obtenu 7,53% des suffrages (1444 voix). Le total des voix PS+EELV (Scemama + Giraud) donnerait donc, avec 32,37% des suffrages exprimés, une légère avance au candidat du PS… en attendant les éventuelles consignes de vote des divers candidats.

Par ailleurs, toujours à gauche, Céline Clément, qui se représentait pour le Front de Gauche, a considérablement amélioré son résultat, totalisant 4,15% avec 835 voix (en 2012, avec 901 voix, elle avait obtenu 2,85% des suffrages).

Le candidat de Solidarité & Progrès, Karel Vereycken, qui se présentait aussi en 2012, recule: il avait obtenu l’an passé 0,38% (119 voix) et ne fait cette année que 0,25% (50 bulletins). Ce candidat ne fournissait pas de bulletins de vote.

Gérard Michon (div. dr.), qui avait obtenu l’an passé 2,23%, appelait cette année à voter pour Frédéric Lefebvre. A droite toujours, Julien Balkany ne se représentait pas et n’avait pas donné de consigne de vote. Il en est de même pour MM. Treuille et Servan-Schreiber, tous deux frappés d’inéligibilité. A eux trois, ils représentaient quelque 18,5% des suffrages exprimés en 2012.

6a00d83451bac169e20192aa593d13970d-580wi

Hier au bureau de vote de Québec, il y avait 7654 inscrits et 346 votants, soit 1 point de plus que la moyenne de la circonscription.

Nicolas Rousseaux, un ex-UMP qui a obtenu 0,26% des suffrages (53 voix) a appelé sur Twitter à voter pour Frédéric Lefebvre.

Étonnant score que celui de Pauline Czartoryska: la seule candidate sans compte Twitter (lire ici), sans site Internet, sans circulaire de campagne, sans affiche et sans bulletins de vote réussit à obtenir 55 voix (dont une à l’urne, à Los Angeles), soit -en l’état actuel du dépouillement- cinq voix de plus que le candidat de Solidarité & Progrès, qui s’était pourtant déjà présenté l’an dernier.

Contre-performance pour Louis Giscard d’Estaing: bien que doté d’une suppléante fort bien implantée sur le terrain, le candidat de l’UDI n’obtient que 8,63% des voix et n’arrive ainsi que quatrième, loin derrière Damien Regnard: 800 voix les séparent.

La jeune étudiante de Boston, Véronique Vermorel, qui représentait le Parti pirate et pouvait s’attendre tout logiquement à n’être pas remboursée des frais de campagne, a eu l’intelligence de fournir en petit nombre le matériel électoral. Ainsi, par exemple, au bureau de Québec, elle n’a fait distribuer que 1000 bulletins, là où d’autres candidats en fournissaient 8000 voire 9000, pour 7654 inscrits, 346 votants à l’urne, et… 9 votes en sa faveur. Au total, sur la circonscription, elle a obtenu 502 voix (2,5% en l’état actuel du dépouillement), ce qui la classe 9ème sur douze candidats. Toutefois, à Boston, elle n’a obtenu qu’une seule voix (pour 139 votants), contre 7 voix à New York où 585 Français ont voté.

Concernant les deux candidat qualifiés pour le second tour, on note que Frédéric Lefebvre, qui s’est beaucoup affiché -notamment sur son compte Twitter- aux États-Unis à proximité de la Maison Blanche ou du Congrès ou de personnalités obtient 32,19% dans ce pays (et seulement 24,06% au Canada); a contrario, Franck Scemama, qui vivait jusque très récemment au Canada et possède la double nationalité franco-canadienne, obtient 27,57% au Canada pour 22,36% aux USA.

Au total, six candidats sur douze ont passé le seuil des 5% de suffrages exprimés nécessaires pour pouvoir bénéficier du remboursement des frais de campagne. L’an dernier (hormis les problèmes liés aux contentieux électoraux), ils étaient cinq sur dix-huit, une candidate s’étant retrouvée à 4,94%.

Selon le calendrier prévisionnel, la commission électorale doit se réunir mardi 28 mai à 10h (heure de Paris): les résultats officiels seront alors connus, ainsi que les deux candidats restant en lice, qui doivent avant cela faire acte de candidature, même si on ne doute pas une seconde qu’il s’agira de MM. Lefebvre et Scemama. Le lendemain (mercredi 29 mai à 17h, heure de Paris), la commission électorale devrait rendre publiques ces deux candidatures… alors que la campagne électorale en vue du second tour commence sur notre circonscription dès ce dimanche 26 mai, comme l’indique le memento du candidat en page 23.

Le matériel électoral commencera à partir de la commission électorale au plus tard le 30 mai et la campagne électorale s’achève le vendredi 7 juin (lire ici, page 23), ce qui diffère quelque peu des classiques dispositions de l’article L. 49 du code électoral qui prévoit le silence total la veille du scrutin. C’est en effet le samedi 8 juin que les 151.000 Françaises et Français ayant décidé de s’inscrire sur les listes consulaires du Canada et des USA afin de voter pour l’élection du député de la 1ère circonscription doivent se rendre aux urnes. En 2012, la participation au second tour avait été inférieure à celle du premier tour de plus de un pour cent (29.869 votants contre 31.958), mais avec un « sursaut » du vote à l’urne: 10.199 électeurs s’étaient déplacés, contre 9.507 au premier tour. Cette hausse de 700 personnes dans les bureaux de votes sur le terrain avait été « compensée » par une désaffection de l’urne électronique, qui avait perdu près de 2.500 votants.

Quel que soit le résultat dans deux semaines, le grand gagnant sera de toute évidence l’abstention. Ce qui n’empêchera pas ce blogue de continuer à suivre avec attention les travaux parlementaires et l’activité diplomatique qui peuvent avoir une influence sur la vie quotidienne de nos concitoyens de la circonscription.

Les résultats, selon le MAE, se trouvent ici.

Ils seront douze!

Les candidats avaient jusqu’à ce vendredi 3 mai à midi (heure de Paris) pour se déclarer.

Ils seront finalement douze à briguer les suffrages des quelque 150.000 électeurs inscrits sur les listes consulaires de la 1e circonscription des Français hors de France.

photo1

Conditions de remboursement du matériel électoral

L’arrêté fixant les tarifs maxima de remboursement des frais d’impression des documents électoraux pour les élections législatives partielles organisées en mai et juin dans les 1re et 8e circonscriptions des Français établis hors de France est paru au Journal Officiel du 2 mai 2013.

Les circulaires et les bulletins de vote des candidats, imprimés sur du papier de qualité écologique, doivent pour être remboursés remplir l’une des deux conditions suivantes:

  • papier contenant au moins 50 % de fibres recyclées au sens de la norme ISO 14021 ou équivalent ;
  • papier bénéficiant d’une certification de gestion durable des forêts délivrée par les systèmes FSC, PEFC ou équivalent.

Franchir le seuil des 5 % des suffrages donne droit au remboursement des frais de propagande électorale aux conditions et tarifs suivants:

  • Circulaires:  imprimées sur papier blanc ou de couleur, format A4, dont le grammage est compris entre 60 et 80 gr./m². La combinaison des trois couleurs (bleu, blanc et rouge), à l’exception de la reproduction de l’emblème d’un parti ou groupement politique, est interdite. Les circulaires devront être livrées à la commission électorale sous forme désencartée.

Le format de papier nord-américain étant de type Lettre et non A4, il est dommage que le législateur n’ait pas pensé à une dérogation permettant d’imprimer dans la zone et donc de réduire les coûts de transports de matériel imputables à une telle élection.

  • Les tarifs maxima de remboursement des frais d’impression de ces documents sont fixés comme suit:  recto : 18,00 € HT le mille, et recto-verso : 22,04 € HT le mille.
  • Les bulletins de vote sont imprimés en une seule couleur, sur du papier blanc au même grammage, de format 105 × 148 mm. Le tarif maximal de remboursement est fixé à 10,64 € HT le mille.
  • Les affiches imprimées sur papier blanc sont interdites, de même que celles comprenant une combinaison des couleurs bleu, blanc et rouge (sauf reproduction de l’emblème d’un parti ou groupement politique). Les grandes affiches (594mm x 841mm) sont remboursées au taux de 250 € HT pour la première affiche et 0,48 € HT l’unité pour les suivantes. Les petites (format A4) le sont au taux de 90 € HT pour la première affiche et 0,17 € HT l’unité pour les suivantes.

Il est amusant de constater que les candidats qui peuvent ou veulent se faire rembourser doivent se tourner vers le ministère de l’Intérieur, organisateur légal des élections en France, alors même qu’une somme de 1,5 millions d’euros a été détachée du budget général de la France à destination du MAE pour les deux scrutins législatifs. La propagande électorale représente donc un coût supplémentaire à celui que nous avions calculé ici.

7.35$ par électeur

C’est ce que vont coûter les élections législatives pour les première et huitième circonscriptions des Français établis hors de France, d’après les prévisions du gouvernement.

En effet, pour financer les opérations relatives aux élections partielles, un montant de 1,5 millions d’euros est prélevé du budget de l’Administration générale et territoriale de l’Etat (Vie politique, culturelle et associative) à destination du programme « Français à l’étranger et affaires consulaires » de la mission « Action extérieure de l’Etat ».

Le Rapport relatif à ce décret explique que ce transfert correspond au financement de l’organisation d’élections législatives partielles pour les Français établis hors de France. En effet, le 15 février 2013, le Conseil constitutionnel a déclaré inéligibles les députés dans les 1re et 8e circonscriptions électorales des Français établis hors de France. Deux nouveaux scrutins devaient être organisés dans un délai de trois mois.

Les deux circonscriptions rassemblent près de 265.000 électeurs (un peu plus de 155.000 pour la 1ère, un peu moins de 110.000 pour la 8ème). Ces élections coûteront donc 7,35$ par électeur (5,65 euros). A titre de comparaison, selon le Sénat, le coût moyen par électeur inscrit ressortait à 3,85 euros pour les élections législatives de 2012, qui étaient des élections générales.

Note modifiée suite à la remarque de Sylvain Bruni en commentaire, le 28 avril à 20h45.

Billet recopié dans son ancienne version (sans vérification) par JSS News (http://jssnews.com/2013/04/27/4-29e-le-cout-de-chaque-electeur-pour-les-legislatives-partielles-dans-la-8eme-circonscription-de-letranger/) et Tel Avivre (http://tel-avivre.com/2013/04/28/a-peu-pres-5-euros-par-electeur/), sans bien citer notre nom: Soir Américain, et non Transatlantique.

Le compte à rebours est lancé

La date limite de  remise des exemplaires imprimés des circulaires, des bulletins de vote et des affiches électorales par les candidats à l’élection de députés par les Français établis hors de France est fixée au

  • vendredi 10 mai 2013, à 12 heures (heure légale de Paris), pour le premier tour de scrutin;
  • mercredi 29 mai 2013, à 17 heures (heure légale de Paris), pour le second tour de scrutin.

Cet arrêté du 23 avril 2013 est paru au Journal Officiel du 27 avril 2013. Cliquez sur le lien pour connaitre tous les détails relatifs au nombre de bulletins de vote, circulaires et affiches électorales.

Bureaux de vote pour la circonscription

La liste des bureaux de vote ouverts pour l’élection des députés de la Première et Huitième circonscription des français établis hors de France pour 2013 est publiée au Journal Officiel du 26 avril 2013. L’arrêté du 19 avril liste les ambassades et postes consulaires dans lesquels les ressortissants français pourront voter.