Archives de Tag: élections consulaires

Élections des Français de l’étranger: quelques modifications

Deux décrets du 8 juillet 2016, tous deux publiés au Journal officiel du dimanche 10 juillet, viennent apporter quelques modifications aux textes actuellement en vigueur.

Le premier décret modifie l’article 7 du décret du 22 décembre 2005, en y ajoutant que « le périmètre des bureaux de vote est déterminé pour chaque type d’élection ». Concrètement, cette modification pourrait permettre l’économie d’heures de bénévolat pour les bureaux où, par rapport à une récente élection, on sait que les gens ne votent pas à l’urne. Reste à espérer toutefois qu’un petit bureau peu fréquenté comme Moncton  (trente votants à l’urne au premier tour de la législative partielle de 2013) ne soit pas supprimé, car le bureau le plus proche -celui de Québec- est tout de même à 7h30 de route!

Le deuxième décret concerne le contrôle des opérations de vote par le Bureau de vote électronique (BVE).

La principale modification concerne la représentation de l’AFE au sein du BVE: le nouveau décret précise qui doit siéger, à savoir le président et des deux vice-présidents de l’AFE, ou de leurs représentants désignés par eux au cours de la première session annuelle de l’Assemblée. En clair, cela permettra aux services du Quai d’Orsay de connaître pour un an les noms des représentants de l’AFE au sein du BVE, sans qu’il y ait besoin d’effectuer un changement de dernière minute. Même motif, même punition: il n’y aura plus « un membre du Conseil d’État » au BVE mais un membre « ou son représentant », dont les noms seront connus pour cinq ans.

Notons que ces deux décrets avaient été soumis à la plénière de l’AFE en mars 2016, qui ne s’y était pas opposée (lire ici le compte-rendu).

Publicités

Tous les bureaux de vote ne ferment pas à 18h

Ce mardi 1er avril, à trois jours de la date fixée par l’article 21 de la loi et rappelée dans le mémento du candidat, le ministère des Affaires étrangères fait parvenir aux électeurs les premières informations relatives aux élections consulaires.

Vote

Dans le cas de la 3e circonscription du Canada (Québec, où se trouvent les cogérants de Soir Américain), le lieu de vote précisé est bien celui que nous avions indiqué dès le 27 mars.

La surprise vient des horaires d’ouverture du bureau de vote: ceux de Québec seront ouverts jusqu’à 19heures, soit une heure de plus qu’en temps normal. En revanche, comme l’indique ici un candidat de la « liste Feydeau », les bureaux de Montréal et de Moncton ferment à 18h. Il convient donc de lire bien attentivement ce courriel, puisque toute la communication se fait par Internet.

Le courriel, qui ne dit rien concernant la faculté retrouvée pour les Français de l’étranger ne résidant pas dans l’Union européenne de voter pour le scrutin pour les listes présentes en Île-de-France, indique, comme cela est prévu par la loi, les listes en présence (trois à Québec). Deux décrets, pourtant, ont été publiés voici quelques jours au Journal officiel.

Il contient en sus un lien hypertexte sur l’élection des représentants des Français de l’étranger.

Une autre communication ministérielle est prévue le 5 mai, date de l’ouverture officielle de la campagne électorale.

La copie d’écran ci-dessus, qui est le tableau inséré dans le courriel expédié ce mardi aux électrices et aux électeurs de la circonscription de Québec, il n’est pas précisé que toute personne désireuse de voter par voie électronique devait mettre à jour ses coordonnées avant le 17 mars.

[titre modifié et texte allongé à 13h, heure de l’est, pour tenir compte des horaires variés donnés par le ministère des Affaires étrangères]

Soyez bien informés avant de voter

Parce que l’échéancier des élections consulaires est très complexe, que douze listes se présentent sur les deux circonscriptions du Québec, et que la campagne ne se fera presque que « sous forme dématérialisée », nous avons décidé de mettre dès à présent à votre disposition une page Facebook dédiée à ce nouveau scrutin.

Sur la page Élections consulaires au Québec, vous trouverez:
– une sélection en provenance de sites institutionnels (ministère des Affaires étrangères, Consulat général de France à Québec, Consulat de France à Montréal notamment);
– divers sujets publiés dans les médias, ainsi que l’accès direct aux dossiers « consulaires 2014 » de Soir Américain et de L’Outarde libérée;
– des renvois vers les activités des listes en présence déjà actives sur Internet, quelle que soit leur étiquette politique.

En effet, si les candidatures ont été rendues publiques depuis le 16 mars (avec confirmation le 21 mars de l’existence d’une liste UMP à Québec), il faudra attendre encore les dates suivantes:
– le 4 avril doit parvenir aux électeurs un courrier d’information indiquant la date du scrutin et les listes en présence;
– le 5 mai, date d’ouverture de la campagne officielle, les circulaires de campagne seront accessibles par Internet aux électeurs et les affiches seront apposées dans les consulats;
– le scrutin aura lieu le samedi 24 mai (en même temps que les élections européennes).

C’est pourquoi nous vous convions à consulter notre nouvelle page Facebook, à la liker, à la faire connaître à vos « amis », et à vous y abonner. Certaines listes n’ayant pas de page Facebook, la colonne de droite est encore incomplète: vos suggestions sont les bienvenues.

Contrairement à la page Facebook de Soir Américain, vous n’y trouverez que des informations relatives aux élections consulaires.

Le 24 mai, les scrutins auront lieu à Stan

Diffusée ce jeudi à 17h (heure de l’est), la lettre des consulats généraux de Québec et Montréal rappelle que deux scrutins ont lieu le 24 mai, et indique où il faudra voter.

Comme nous l’avons déjà expliqué voici tout juste un mois, deux scrutins ont lieu fin mai, mais seul l’un des deux permet le vote Internet (si les démarches ont été faites avant le 17 mars).

Dans leur éditorial commun, MM. Chibaeff et Clerc précisent que les bureaux de vote seront installés dans les locaux des collèges Stanislas de Montréal et de Québec.

L’an dernier, où il ne s’agissait que d’une seule élection et non deux, et qui plus est d’une législative partielle, les deux tours de scrutin avaient lieu respectivement à L’Espace France (derrière la résidence du Consul général) pour ce qui est de Québec, et au collège Marie de France pour les électeurs de Montréal.

Par ailleurs, les électeurs d’Ottawa auront un bureau décentralisé à leur ambassade et ceux inscrits sur la LEC de Moncton un autre bureau décentralisé au Consulat général de France, selon un courriel du Consulat de Montréal.

Le choix Front de Gauche possible pour un tiers des électeurs

Un tiers des électeurs aura la possibilité, pour la première fois, de voter fin mai aux élections consulaires pour un candidat ou une liste du Front de Gauche, indique un communiqué publié sur le site Place au peuple.

Quatorze listes autonomes (dont celle de MontréalHortense Bertand, 18 ans, occupe la place d’honneur), quatre listes en alliance avec d’autres partis, et des candidats sur des « listes citoyennes » (dont l’Amérique du Nord) ne s’affichant pas ouvertement FdG brigueront les suffrages des électeurs.

Concernant la circonscription de Montréal (qui représente environ un quart des électeurs de la 1e circonscription législative des Français de l’étranger), la lecture des résultats du renouvellement AFE de 2009 montre que, sur les huit listes en présence, deux seulement avaient tiré leur épingle du jeu. Il s’agissait des listes présentées par les deux associations reconnues par la France comme « représentatives » des Français hors de France, et seuls les initiés pouvaient réellement comprendre pour qui ils votaient. En revanche, pour les élections consulaires de 2014, où l’affichage du nom d’un parti politique (français ou local) est permis, sur les neuf listes montréalaises, trois se revendiquent de l’UMP, deux se présentent comme des listes de « rassemblement de gauche », une s’affiche UDI, une s’affiche Front de Gauche, une se dit « apolitique » et une se présente comme indépendante. On tend donc vers une meilleure lisibilité de l’offre politique par rapport aux élections à l’AFE.

Rappelons par ailleurs que, le jour des élections consulaires se dérouleront aussi les élections au Parlement européen (lire ici), pour lesquelles le vote à l’urne -ou par procuration est le seul possible. Pour les européennes, les électeurs ne résidant pas dans l’Union européenne, sauf demande contraire de leur part avant le 31 décembre dernier, voteront pour l’Île-de-France, qui gagne ainsi deux sièges au Parlement européen.

Entre la combinaison des deux élections (qui ne se reproduira pas avant très longtemps, sauf modification du calendrier), l’obligation de voter à l’urne pour les européennes, et surtout la clarté de l’offre politique -assortie d’une diversification, notamment avec l’arrivée de l’UDI et du Front de Gauche-, on peut se prendre à espérer une participation au moins égale à celle de l’élection des représentants à l’AFE.

Hortense, dix-huit ans, plus jeune candidate au Québec

Les deux circonscriptions consulaires du Québec totalisent douze listes, trois à Québec, neuf à Montréal, soit 165 candidats (sept candidats par liste à Québec, seize par liste à Montréal). C’est dans la liste montréalaise L’Humain d’abord que l’on trouve les deux plus jeunes candidats, des candidates nées à moins de quinze jours d’intervalle. Et la plus jeune, Hortense Bertrand, occupe la place d’honneur, la dernière sur la liste. Avec soixante-dix ans de moins que le nº11 de la liste La droite unie, Hortense n’est toutefois pas une novice en matière d’élection: c’est la troisième année consécutive qu’elle représente ses camarades de classe au sein de son établissement scolaire.

HortenseBertrandDRNée à Dinan (Côtes d’Armor) en novembre 1995, Hortense Bertrand est arrivée au Québec à l’âge de trois ans et demi. De père parisien et de mère bretonne, elle se sent davantage plus à la Bretagne qu’à Paris, mais pense que c’est davantage à cause des reportages diffusés à Thalassa, n’ayant pas vécu assez longtemps en France pour y avoir de véritables attaches. De citoyenneté canadienne, Hortense se sent « très française de par [ses] parents ainsi que de par [son] parcours »: elle explique avoir passé trois années au Collège international Marie de France, cinq dans une école québécoise, puis avoir suivi son secondaire, de la sixième à la terminale au Collège Stanislas. « Mais, il est vrai que je me sens tout de même attachée au Québec puisque j’ai mes parents, mes amis ici. La plupart de mes souvenirs de vacances sont ici ou aux États-Unis », précise la jeune candidate suppléante.

Intéressée par la politique, elle en parle « presque tout le temps » avec ses parents, et principalement son père, mais aussi à l’école par le biais des débats lancés en classe. Adhérente du PS au moment des campagnes (présidentielle et législative) de 2012, Hortense explique avoir pris du recul.  » J’attendais beaucoup de l’arrivée de la gauche au pouvoir, peut-être trop naïvement. Bien que la présidence Hollande ne soit pas terminée, il est vrai que concernant certaines questions, comme la place de la France dans l’Europe, face à l’Allemagne, j’ai été un peu déçue. Enfin, je me rapproche beaucoup du Front Gauche en ce qui concerne l’avenir des ouvriers en France, contrairement à Hollande qui me semble abandonner ce combat: je pense aux ouvriers de Florange par exemple », dit-t-elle, précisant que sur l’échiquier politique local elle se sent proche de Québec solidaire et se dit sympathisante NPD.

C’est donc tout naturellement que cette passionnée par l’alliance d’une économie fonctionnelle et de la préservation de l’environnement a accepté d’être sur la liste L’Humain d’abord: « un geste citoyen dans l’optique de permettre à cette liste d’être présente durant la campagne, et de pouvoir ainsi permettre plus de choix aux électeurs ». Et la place d’honneur, par définition non éligible, lui convenait très bien: elle compte poursuivre ses études en France l’an prochain, et prépare -outre son bac économique et social- un entretien, car elle souhaite intégrer Sciences-Po Paris au campus euro-américain de Reims (« l’école de mes rêves depuis que j’ai quinze ans », confie-t-elle). Sans compter qu’elle est déléguée de classe, représentante des élèves au Comité consultatif d’établissement (CCE) du Collège Stanislas, et conseillère terminale à l’Association étudiante du Collège Stanislas. Un tas de choses à faire qui ne laissent pas trop de temps pour s’investir à fond dans une campagne pour une élection d’un nouveau genre.

Hortense Bertand précise que beaucoup de ses amis de gauche « considèrent le Front de Gauche comme n’étant pas assez modéré, ils sont plus partisans d’Europe écologie-Les Verts ou du PS », les autres étant « plus à droite qu’à gauche ». En gros, ce qu’elle dit de ses amis ne diffère pas beaucoup de ce qui se dirait en France, encore plus au lendemain du premier tour des municipales.

Hortense se considère « comme un pur produit «française de l’étranger» » et explique qu’à ses yeux, « être Française de l’étranger c’est avoir une ouverture au monde, aux problématiques extérieures à la France en vivant à l’étranger. Mais c’est tout de même rester très attaché aux problématiques franco-françaises, à sa culture », concluant qu' »être Française de l’étranger permet d’avoir une bonne vision d’ensemble de la France ».

Publication des listes: les consulats n’ont pas tous fait leur boulot

Alors que les Consulats devaient rendre publiques les listes déposées pour les élections consulaires le lendemain du 70ème jour précédant l’élection (soit ce dimanche pour le continent américain), il apparait que, en date du 16 mars, 23h (heure de l’est), certains consulats n’avaient toujours pas affiché cette information.

Outre la mise en avant de la qualité de « français« , on remarquera la volonté manifeste dans la plupart des listes de donner l’idée de rassemblement, d’union, pour ces élections. De fait, sauf à Montréal, on retrouve entre deux et quatre listes dans chaque circonscription.

Au Canada, divisé en quatre circonscriptions, seules les informations pour Montréal et Québec sont actuellement disponibles. Ni le Consulat de Toronto (quatre élus), ni celui de Vancouver (incluant Calgary, trois élus) n’ont publié leurs informations. Pour ce qui est des deux circonscriptions du Québec, nous vous invitons à lire notre billet publié dès 13h, heure de l’est.

Les États-Unis sont divisés en 9 circonscriptions.

Dans la première circonscription (Atlanta), où trois sièges sont à pourvoir, deux listes s’affronteront. La première « listes UMP/ UFE » est conduite par Dominique M. H. Lemoine, avocat intervenant notamment dans le conseil aux sociétés industrielles, le conseil et le contentieux en matière commerciale. La seconde, « Union pour une France Ouverte sur le Sud-Est » est menée par Michèle Oliveres, présidente de la Chambre de Commerce Franco-Américaine (FACC) d’Atlanta depuis décembre 2007, et Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

La troisième circonscription (Houston – La Nouvelle Orléans) présente trois listes, pour quatre postes à pourvoir.  On retrouve en tête de la liste « Français d’Amérique ensemble liste conduite par Damien Regnard élu à l’AFE » un candidat qui s’est présenté aux législatives en 2013 comme candidat d’union locale de la droite et du centre, soutenu par le Rassemblement des français de l’étranger, avant d’appeler à soutenir Frédéric Lefebvre. La liste « Union UMP-UFE de la droite et du centre Houston – La Nouvelle Orléans » est elle menée par Jean-François Bonneté, Chairman de la chambre franco-américaine de commerce de Houston. La troisième liste, « Pour une alternative à gauche » est conduite par Fabrice Braud.

Quatre listes s’affronteront à Washington, sixième circonscription, où 4 postes sont à pourvoir. La liste « Français d’Amérique Ensemble« , non étiquetée politiquement, est menée par Frédéric Badey, responsable des affaires publiques internationales chez Sanofi. La liste « Français de Gauche, citoyens et solidaires » est menée par Monique Curioni, présidente de l’ADFE Washington. La liste « Union UMP/UFE Circonscription de Washington » est emmenée par Olivier Piton, le suppléant de Frédéric Lefebvre, élu le 9 juin 2013. Enfin, la liste « Valeurs et Avenir » est conduite par Nicolas Dornic, qui s’était présenté en tant qu’indépendant aux législatives de 2012, tout en défendant les idées de N. Dupont-Aignan.

A Los Angeles, septième circonscription, seules deux listes s’affronteront pour cinq postes. La première, « Rassemblement des Français du Sud-Ouest américain » est menée par Claude Girault, actuel conseiller de l’AFE, régulièrement élu depuis 1987. La seconde, « Français du Sud-ouest américain : Union républicaine de la droite et du centre (UFE et UMP)« , est menée par Gérard Michon, candidat indépendant aux législatives de 2012 car déçu de l’investiture de Frédéric Lefebvre, et conseiller de l’AFE.

Dans la huitième circonscription (San Francisco), trois listes se disputeront 5 postes. La première, « Union des Français de l’Etranger soutenue par l’UMP« , est menée par Jean-Claude Zambelli, conseiller AFE pour l’Union des Français de l’étranger. La seconde, « Français d’Amérique ensemble – libres et apolitiques » est menée par Jean Jacques Vitrac. Enfin, la liste « A gauche ensemble, solidaires et citoyen ! » « liste soutenue par Français du monde ADFE« , emmenée par Serge Morel, semble être une réelle liste d’union de la gauche.

La dernière circonscription, et non des moindres puisqu’on y élira 5 conseillers et 2 délégués (celle de New-York), verra s’affronter quatre listes. La liste « Français de Gauche, progressistes et solidaires, soutenue par l’association représentative « Français du Monde – ADFE » » est menée par Annie Michel, Administratrice de la Caisse des Français de l’étranger (CFE) et suppléante du candidat PS Franck Scemama lors de la législative partielle de 2013. La deuxième, « Français d’Amérique Ensemble« , est conduite par Richard Ortoli, élu AFE sortant. La troisième, « Rassemblement des Français d’Amérique« , est menée par Jean Lachaud, ancien élu à l’AFE. En 2009, il avait déposé une requête en annulation pour les élections de l’AFE. Enfin, la quatrième et dernière liste, « Union des français d’Amérique, liste UFE, UMP, de la droite et du centre » est emmenée par Gérard Epelbaum, Chirurgien dentiste, et notamment président du Comité des Associations françaises de New York.

Dans la deuxième circonscription (Boston), où trois postes sont à pourvoir, aucune information n’était disponible à l’heure où nous rédigieons ce billet. Aucune information non plus pour la quatrième circonscription (Chicago) ni pour la cinquième (Miami), deux circonscriptions où quatre postes doivent être pourvus. Mis à part le fait que nous n’avons pas eu accès aux listes déposées dans ces trois consulats, nous n’avons trouvé aucune liste se revendiquant du Front national, dont le candidat à la législative de 2013 avait obtenu 3,73% des suffrages exprimés au 1er tour.