Archives de Tag: Consulat

Laurence Monmayrant, nouvelle consule générale à Moncton et Halifax

Par décret en date du 10 mai 2016, publié le 12 mai, Mme Laurence Monmayrant, secrétaire des affaires étrangères, en fonctions à l’administration centrale, est nommée consule générale de France à Moncton et Halifax.

Laurence Monmayrant sera la première femmes nommée à Moncton et Halifax, et la troisième des femmes représentant officiellement la France au Canada, après Catherine Feuillet à Montréal et Laurence Haguenauer à Québec. Madame Monmayrant a occupé divers postes à l’étranger, et a notamment œuvré à la Mission permanente de la France auprès des Nations-Unies, ainsi qu’en tant que Consule générale adjointe à Canton, et Première Secrétaire à l’Ambassade de France à Kinshasa.

Le Consulat général de France dans les Provinces atlantiques compte environ  1000 Français inscrits sur les listes consulaires dans les quatre provinces de l’est du Canada. En raison de la restructuration du réseau, certains services consulaires, comme la délivrance des passeports, n’y sont plus offerts.

La nouvelle consule générale remplacera M. Vincent Hommeril, qui avait été nommé en 2012 et qui sera appelé à d’autres fonctions.

Publicités

Pour le consulat, prenez rendez-vous

Suite aux attentats perpétrés le vendredi 13 novembre à Paris, les démarches au consulat général de France à Québec se feront désormais uniquement après une prise de rendez-vous.

La mesure devrait entrer en vigueur dès la semaine prochaine, lundi 23 novembre. A priori, les rendez-vous ne seront donnés que pour le matin, de 8h30 à 12h.

Les détails doivent être prochainement annoncés sur le site Internet du consulat et concerner toutes les formalités y compris les procurations de vote en vue des élections régionales, prévues les 6 et 13 décembre prochains.

À Québec (où le poste consulaire se trouve toujours rue Saint-Louis), les sacs à dos sont d’ores et déjà interdits. À Montréal, comme il est mentionné ici, valises et sacs à dos sont interdits, et tous les appareils électroniques y compris les cellulaires, doivent être laissés à l’entrée.

À Québec, le Consulat prend de la hauteur

Ce mardi 14 juillet 2015, le Consulat général de France ouvrait ses futurs locaux à la presse pour une visite. Ce soir, l’édifice dans lequel ces locaux seront prochainement installés abritera une réception privée puis le bal du 14 juillet (à guichets fermés).

L'une des vues depuis les locaux du futur Consulat. Cliquez pour voir en grand.

L’une des vues depuis les locaux du futur Consulat. Cliquez pour voir en grand.

20150714_110421

Plan du futur consulat. Cliquez pour voir en grand.

Les locaux seront situés au 11ème (et dernier) étage du 500 Grande Allée Est, offrant une vue imprenable, à 360° sur l’ensemble de la ville. L’espace, de 450m² (auxquels il faut ajouter 160m² de stockage en sous-sol), permettra de loger, sur un même plateau fonctionnel les services du Consulat, organisés de façon plus pratique qu’à l’ancien bâtiment de la rue Saint-Louis (dont nous annoncions ici la mise en vente en avril 2014). Les plans doivent encore être approuvés, mais selon ce qui a été présenté, les locaux, modernes, offriront un espace de travail rationalisé aux 22 employés actuels (voir plan ci-contre).

Côté sécurité, il a été expliqué ce matin que les ascenseurs seraient accessibles au public uniquement durant les heures d’ouverture des bureaux. Le contrôle des usagers et des visiteurs devrait également être plus facile que dans les locaux que le Consulat occupait depuis 30 ans.

20150714_114738

Les locaux en l’état actuel. Cliquez pour voir en grand.

Le bâtiment sera plus accessible, non seulement aux personnes se déplaçant en voiture (grâce aux stationnements) mais surtout aux personnes à mobilité réduite, ce que ne permettaient pas les locaux de la Maison Kent. Le consul adjoint Yann Deret a déclaré qu’il espérait que les travaux démarrent en août, pour un éventuel emménagement en octobre. Les services du Consulat peuvent bénéficier des locaux actuels jusqu’en mai 2016, ce qui permet une certaine souplesse en la matière, compte tenu des aléas liés à tous travaux.

En pratique, pour les usagers, il est certain que le Consulat sera encore rue Saint-Louis jusqu’au 30 septembre, date limite pour l’inscription exceptionnelle sur les listes électorales (prévue par la loi publiée ce jour au Journal Officiel), si toutefois le décret d’application prévoit qu’elle s’applique aux postes consulaires. En revanche, si vous désirez donner une procuration en vue des régionales 2015, il est préférable de vous renseigner au préalable sur le site internet du Consulat.

Le bâtiment, sis au 500 Grande Allée Est, abrite également les consulats (honoraires) de Norvège et de Grande Bretagne, ainsi que des bureaux de La Financière Banque Nationale, KPMG et Cisco.  Le coût de la location mensuelle a été négocié à 15.000$, ce qui revient aux charges actuelles de la rue St Louis, pour un bail de vingt années.

Vue sur la ville de Québec depuis les futurs locaux du Consulat. Cliquez pour voir en grand.

Vue sur la ville de Québec depuis les futurs locaux du Consulat. Cliquez pour voir en grand.

Ce soir, une réception privée se tiendra à partir de 17h30, en présence de plusieurs personnalités du Québec, notamment Mme Christine St-Pierre (Ministre des Relations internationales et de la Francophonie), Stéphanie Vallée (Ministre de la Justice, et responsable de la Condition féminine), Carlos Leitão (Ministre des Finances), François Blais (Ministre de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche). Le chef de l’opposition officielle, Pierre-Karl Péladeau, a également annoncé sa présence.

À compter de 19h30 se tiendra le bal du 14 Juillet, pour lequel 600 billets ont été vendus selon le service de presse du Consulat. À l’occasion de la réception comme du bal, les vins seront présentés par Carole Samzun-Gaillard, « vinovatrice » et dirigeante de Chais-Elles, une société qui regroupe des vigneronnes françaises.

Le Consul général, Nicolas Chibaeff, victime d’un accident neurologique le mois dernier, a tenu dans un communiqué à remercier l’équipe médicale qui s’est occupée de lui. Il a également évoqué « ce nouveau lieu moderne, fonctionnel, ouvert, transparent et accessible à tous [qui] sera à l’image de la relation entre nos deux nations et de la nouvelle feuille de route qui inspirera les années à venir et sur laquelle s’inscrivent de nombreux projets inspirants: le plan Nord, la Stratégie maritime, la transition énergétique et les transports intelligents, le numérique, la Recherche et l’innovation« .

 

Le consul général Bruno Clerc sur le départ

À deux ans du 375e anniversaire de la ville de Montréal, Bruno Clerc passe le relais à Catherine Feuillet.

Le consul général de France à Montréal, qui était en poste depuis juillet 2011, s’apprête à quitter le Québec. Il sera remplacé par Mme Catherine Feuillet, dont nous avons publié un bref portrait le 22 mai dernier.

Dans l’éditorial de la dernière infolettre conjointe aux consulats de France à Québec et Montréal (à lire ici dans son intégralité), Bruno Clerc rappelle que la communauté française à Montréal est la plus importante à l’étranger (hors Europe), et détaille les divers secteurs économiques qui témoignent, selon lui, « de la vitalité de notre pays ».

Une aide sera octroyée au Citim pour 2015

Dans une question écrite (QE) publiée au JO du sénat en novembre 2014, Claudine Lepage, sénatrice PS, avait interrogé le ministère des Affaires étrangères sur la suppression de la subvention accordée à l’organisme Clé-Citim de Montréal. La réponse des services de Laurent Fabius a été publiée au JO du sénat le 19 février, en même temps que celle à Robert del Picchia (UMP) sur le même sujet mais plus globale.

OSBL créé voici près de trente ans afin d’aider les jeunes immigrants à acquérir une première expérience locale, Clé-Citim « apporte une aide précieuse à environ 600 jeunes par an », précise Mme Lepage.

Dans la QE nº13803 publiée le 20 novembre dernier, Mme Lepage attirait l’attention de M. Fabius « sur la possible suppression de la subvention dont bénéficie l’organisme Clés pour l’intégration au travail des immigrants (Citim). Selon la sénatrice socialiste, « la suppression de cette subvention entraînerait la fin de cette aide à la recherche d’emploi mise en place par la CITIM à destination des jeunes Français ou francophones.

Trois mois plus tard, au JO du sénat du 19 février 2015, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international confirmait que la Loi de finances pour 2015 « a supprimé la ligne budgétaire dédiée à la formation et à la recherche d’emplois à l’étranger » que la Cour des comptes avait critiquées en 2013. « Toutefois, cette suppression n’entraînera pas la fin de l’accompagnement local de nos concitoyens », indique le ministère. « Afin de ne pas mettre en péril l’équilibre financier des associations qui, dans certains pays, gèrent les services emploi et formation professionnelle en faveur de nos ressortissants, il a été demandé aux postes diplomatiques et consulaires de se rapprocher des opérateurs afin de construire avec eux et avec le concours des services œuvrant à l’étranger à la diplomatie économique, un plan d’augmentation des recettes qui permette de parvenir à un autofinancement à l’horizon 2017 ».

Jusqu’en 2017, le Quai d’Orsay « continuera à accompagner, de manière dégressive […] les dispositifs locaux d’emploi et de formation professionnelle dans les pays où ils existent, grâce à des redéploiements de crédits internes au programme budgétaire 151.

La subvention accordée à la Citim sera « vraisemblablement d’un montant inférieur à celle octroyée en 2014, prévient le ministère, qui prendra une décision finale « après avis du Conseil consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle auprès du Consulat général à Montréal, lors de la Commission permanente pour l’emploi et la formation professionnelle qui aura lieu le 13 mars 2015.

« Je reste pleinement mobilisée sur ce sujet afin qu’une nouvelle subvention soit bel et bien accordée à la Citim, commente Claudine Lepage sur son site Internet.

Outre le consulat général de France au Québec, deux ministères québécois co-financent la Citim: le ministère de l’Immigration et des Communautés Culturelles du Québec et celui de l’Emploi et de la solidarité sociale du Québec.

La question de Claudine Lepage et la réponse ministérielle sont disponibles dans leur intégralité au sénat.

Notons que, six semaines plus tôt, le sénateur UMP Robert del Picchia avait lui aussi posé une question sur la fin des aides. Sa question ne visait pas Montréal, mais l’ensemble des programmes coopératifs d’aide à la formation professionnelle des immigrants. La réponse à sa question est intervenue en même temps que celle spécifique à la Citim, et va dans le même sens. C’est à lire ici.

Consulat de Québec: la France a trouvé un acheteur

Le Journal de Québec annonce ce 7 octobre au soir qu’une « compagnie québécoise d’immobilier est en voie d’acheter, pour près de trois millions de dollars« , le bâtiment de la rue Saint-Louis, qui héberge depuis une trentaine d’années le Consulat général de France.

Comme nous l’avions annoncé dès le mois d’avril, la prochaine cession du Consulat devait intervenir dans le courant de l’année 2014. C’est désormais pratiquement fait: une offre d’achat d’environ trois millions de dollars aurait été faite par une société immobilière. Le bâtiment serait vraisemblablement transformé en une résidence privée. Selon le Journal de Québec, l’accord de Paris aurait été donné et il ne reste plus qu’à finaliser la promesse d’achat.

En juillet dernier, des parlementaires s’étaient émus de cette vente, un peu tard.

Le Consulat de France sera transféré au sein de l’édifice J-A-Tardif, situé au 500, Grande Allée Est.

Vente du consulat général de France à Québec: une réaction tardive

Les députés français sont en vacances depuis le 23 juillet au soir. Il leur aura fallu plus de trois mois pour réagir à la vente prochaine de la bâtisse historique de la rue Saint-Louis, qui depuis 1980 sert à la France de représentation diplomatique.

Cette vente, que nous avions annoncée en avril dernier après l’avoir repérée parmi les cessions à l’étranger de biens immobiliers par le ministère de l’Économie et des Finances, a été annoncée à son tour par Le Journal de Québec (JdQ) en juillet.

Le JdQ n’a pas choisi sa date d’annonce au hasard: c’est le 14 juillet, jour de notre Fête nationale, que Taïeb Moalla -spécialisé dans les affaires municipales- a publié l’entretien qu’il avait eu quelques jours plus tôt avec Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec. La version Internet des explications du Consul général est à lire ici, datée du 13 juillet au soir. En spécialiste de la vie locale, Taïeb Moalla estimait même le compte de taxes à 91.000$ annuels, expliquant que la représentation diplomatique française en était exonérée. Quant au prix de vente (trois millions de dollars), il figure sur le site de Century21: c’est à peine plus que l’évaluation municipale que nous avions publiée en avril.

Ce n’est donc qu’après la lecture du JdQ -vraisemblablement par l’un de ses assistants alors qu’il se trouvait lui-même sur le continent américain pour le 14 Juillet- que le député des Français d’Amérique du Nord Frédéric Lefebvre a réagi sur son site Internet, demandant au ministre des Affaires étrangères de revenir sur la décision de la France. Et ce jeudi, le lendemain donc, que l’AFP publie la réaction du groupe parlementaire France-Québec, relayée notamment sur le site de Radio Canada.

Sur Twitter, le Consulat général annonce du reste un entretien avec Nicolas Chibaeff à suivre ce soir sur la Tv publique.

Depuis avril 2013, Soir Américain traite de son mieux l’actualité politique, diplomatique, et parlementaire françaises qui peuvent affecter la vie quotidienne des ressortissants français vivant au Canada et aux USA. Certes, nous avons moins de mises à jour que certains sites Internet comme L’Outarde Libérée à Montréal ou French Morning dans diverses villes des USA, mais nous ne sommes que deux, contrairement aux autres, à chercher l’information et à la traiter. Et dans le cas précis de la vente annoncée par le ministère de l’Économie de la « Maison Kent », si nous étions les premiers à en faire état nous ne pouvions à l’époque obtenir sur le plan local qu’une confirmation non officielle, contrairement au Journal de Québec qui a saisi une occasion plus propice pour faire parler le Consul général de façon officielle.

De là à penser que les parlementaires français -y compris l’élu des Français d’Amérique du Nord- accordent plus de crédit à un média ayant pignon sur rue qu’à un blogue pourtant tenu par deux Français, il n’y a qu’un pas… qui montrerait hélas que les élus français ont encore du progrès à faire en matière d’information numérique. N’est-ce point Frédéric Lefebvre qui, en juin, déclarait au Figaro que « Internet est un lien privilégié avec notre pays »?

Le Consulat de France à Québec est à vendre

Il n’y a pas que la résidence de l’ambassadeur de France à l’ONU qui soit à vendre. Du reste, c’est presque de l’histoire ancienne, car on savait dès juillet 2013 que la propriété du 740 Park Avenue serait mise en vente. Au total, 25 propriétés situées à l’étranger (contre plus de 1700 en France) vont être mises en vente, dont le Consulat général de France à Québec.

La prochaine cession du Consulat devrait intervenir dans le courant de l’année 2014. Le bâtiment de trois étages se situe sur un terrain de 830m² en plein cœur du quartier historique de Québec, juste à côté du Château Frontenac. Le rôle des taxes foncières évalue à 2,53 millions de dollars canadiens la valeur du terrain et du bâtiment (ce qui entraîne une facture annuelle de taxes municipales d’environ 7400$), et les propriétés se vendent généralement bien au-delà de la valeur définie par la ville. Il faudra vraisemblablement compter au moins quatre millions de dollars pour faire une offre.

Le consulat de France, situé au 25 rue Saint-Louis, le 12 février 2014 (photo Soir Américain)

Le consulat de France, situé au 25 rue Saint-Louis, le 12 février 2014 (photo Soir Américain)

La Maison Kent, qui abrite le consulat, date de 1648, ce qui en fait l’un des plus anciens bâtiments de Québec. Elle possède une histoire riche. C’est notamment dans cette maison que fut signée la capitulation de Québec en 1759 face aux troupes britanniques (dans le cadre de la guerre de Sept Ans). Il est classé monument historique depuis 1952 par le gouvernement du Québec. Le consulat y est installé depuis 1980. Le Service culturel, scientifique et de coopération du Consulat s’y est d’abord installé, rejoint depuis 1995 par les bureaux du consul général.

« La population de Québec est maintenant accoutumée à voir le drapeau tricolore flotter sur la façade de cet immeuble […] du Vieux-Québec. L’institution est donc fortement ancrée dans le paysage culturel urbain de la ville, renforçant d’autant son importance symbolique » peut-on lire sur le site de l’Encyclopédie du Patrimoine culturel de l’Amérique française. Les québécois devront pourtant s’habituer à voir le drapeau flotter sur un autre bâtiment où le consulat déménagera, probablement dans la haute-ville de Québec.

 

 

Un nouveau Consul général à Houston

Par décret en date du 17 juin 2013, paru au Journal Officiel le 19 juin, M. Sujiro Seam, conseiller des affaires étrangères, est nommé consul général de France à Houston. Après avoir été Directeur adjoint des biens publics mondiaux, il a été nommé Directeur adjoint du développement et des biens publics mondiaux au MAE en mars 2013. Conseiller à la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne entre 2004 et 2009, il était chargé des dossiers Pêche, politique régionale, outre-mer et politique maritime.

Sujiro Seam est énarque (1998,promotion Aristide Briand), diplômé de Sciences Po Paris et de l’ESCP.

Il remplace M. Frédéric Bontems, appelé à d’autres fonctions. M. Bontems avait été nommé en 2011, et avait annoncé son départ dans le dernier bulletin électronique du Consulat. Il devrait retrouver un poste à Paris, « dans le développement international. Un secteur qu’il connait bien: cet énarque a travaillé comme conseiller de coopération en Côte d’Ivoire, puis a piloté la stratégie de l’agence française de développement, avant de rejoindre le consulat de Houston suite à une première expérience diplomatique en Jordanie« .

Une lettre consulaire

Les consulats généraux de France à Montréal et Québec ont adressé vendredi aux ressortissants inscrits sur leurs listes leur première lettre mensuelle conjointe.

Dans leur édito, MM. Chibaeff (Québec) et Clerc (Montréal) indiquent vouloir par cette infolettre « informer, alerter et inviter » les Français inscrits dans les deux consulats généraux.

L’actualité immédiate de ce mois-ci (l’alerte, donc) concerne l’élection législative partielle pour laquelle la e-lettre renvoie sur le Guide du votant 2013 de Québec, où l’on remarque que les dates sont indiquées en heure locale (heure de l’est), ce qui nous change un peu de la communication ministérielle.

Pour ce qui est de l’information, nous sommes servis. Tout d’abord, tradition française oblige, un copieux volet gastronomique. Avec un historique de l’implantation de la maison Rougie au Québec (à 35 minutes de Montréal et à 6 heures de New York, les deux plus grandes villes consommatrices, pour les lectrices et lecteurs de la page « à propos » de ce blogue…), et aussi un portrait du pâtissier Christian Faure (au parcours impressionnant), qui vient de quitter Ottawa pour Montréal.

Le portrait du mois (en fait une republication d’un sujet paru le 1er mai sur le site du Consulat général de Québec) est celui d’une passionnée d’édition religieuse, arrivée au Québec sous Pompidou, et qui -désormais à la retraite- ne semble pas avoir envie d’en partir. En 2009, Anne Sigier avait vendu sa maison d’édition.

Le volet culturel de l’infolettre annonce la naissance de Québec Land lundi dernier (projet supposé durer jusque fin octobre) et la présence d’artistes français au Carrefour international du théâtre, 14e du nom.

Enfin, on apprend la date du prochain 5@7 du Consulat de Québec. Le précédent avait eu lieu en mai, également un mercredi en basse ville, à deux pas de celui-ci.

L’infolettre propose évidemment un lien de désabonnement, mais à ce train-là inutile de s’en servir. Ce courriel mensuel est très pratique!