Les candidats sur Twitter

Il est clair que les réseaux sociaux ne font pas une élection. Pas plus tard qu’hier, Nicolas le rappelait sur son blogue à la suite d’un sujet sur le HuffPost français. Néanmoins, dans notre circonscription vaste comme quarante fois la France et dans un temps de campagne très limité (invalidation le 15 février de Mme Narassiguin, campagne officielle du 5 au 24 mai -page 9 du memento), les réseaux sociaux contribuent à la campagne, nécessairement dans une proportion plus importante qu’en France.

L’objet de ce billet n’est pas de faire une analyse exhaustive des différents sites de campagne, de partis politiques, de pages facebook de soutien et autres, mais uniquement de juger, de manière forcément subjective, comment les candidat(e)s et leur entourage se sont comportés sur un seul réseau social: Twitter. Le mot-clic de ralliement pour la campagne est pour tout le monde #EXTcirco01, soit 1ère circonscription des Français de l’extérieur, dénomination « héritée » des élections générales de 2012.

Les candidats sont présentés dans l’ordre du tirage au sort. Les comptes sont supposés ne plus émettre de message « ayant le caractère de propagande électorale » depuis jeudi soir minuit selon l’article L. 49 du code électoral. On notera toutefois le flou entretenu par le MAE dans son memento du candidat (page 9): il est indiqué pour notre circonscription -où le vote à l’urne a lieu le samedi- que la campagne est close « le vendredi 24 mai 2013 » sans plus de précision, alors que pour l’autre circonscription -qui vote le dimanche- il est spécifié que la campagne « s’achève le samedi 25 mai 2013 à minuit ».

Le MAE a-t-il fait une coquille ou une largesse qui pourrait profiter à ceux des candidats qui lisent attentivement le memento?

1/ Louis Giscard d’Estaing ou @tousaveclouis: il s’agit à proprement parler d’un « compte de campagne », créé spécialement pour l’élection, le 22 avril. Peu prolixe, il ne compte que 66 messages (dont très peu de retweets) et n’a jamais répondu aux personnes qui le citaient. Le compte (suivi par un peu plus de cent dix abonnés, médias inclus) n’est pas tenu par le candidat.

Un soutien basé en Europe précise qu’il est géré par « des soutiens » installés en Amérique du Nord. C’est un plus par rapport à la réactivité, compte-tenu du décalage horaire, mais on peut regretter l’absence totale d’interactivité.

Les soutiens de l’ancien député du Puy-de-Dôme se font discrets, tant localement qu’Européens. Et courtois. Ils n’hésitent cependant pas à tirer dans les pattes de l’autre ancien député, Frédéric Lefebvre, qui donne il est vrai souvent des occasions à cela.

2/ Damien Regnard ou @damienregnard: là aussi c’est un compte de campagne. Mais lancé par le candidat de Louisiane depuis le 18 mars. Petit compte également, avec 90 abonnés, 123 messages, le dernier pour annoncer la fin des mises à jour en respect du code électoral le 23 mai à 23h58.

Particularité de candidat, qui pourtant se déplace beaucoup sur le terrain: il n’a diffusé qu’une seule photo, le 13 avril, devant sa maison « à Montréal en 1973 ». Il ne semble pas bien maîtriser l’outil Twitter, n’ayant même pas rediffusé cette photo prise par une personne assistant fin mars à l’une de ses réunions.

3/ Nicolas Druet ou @Nicolas_Druet: son compte Twitter existait bien avant la campagne législative partielle, puisque en septembre dernier le candidat MoDem s’intéressait de très près aux élections au Québec et notamment à Outremont, se montrant favorable au PQ plutôt qu’à QS. Il n’a néanmoins que 170 abonnés.

Il maîtrise bien l’outil Twitter, n’hésite pas à rediffuser des messages, critique beaucoup la politique du gouvernement français, et répond parfois lorsqu’on l’interpelle sur le réseau social. Parmi ses principaux soutiens, un ressortissant français installé à Québec et doté d’un compte avec plus de 1100 abonnés. Par ailleurs, le 17 mai, deux jours après l’ouverture du vote électronique, son parti (plus de 60.000 abonnés) a appelé les internautes à téléphoner en Amérique du Nord pour inciter les électeurs à voter pour lui.

4/ Franck Scemama ou @ScemamaFranck: c’est par ce message du 26 mars que le candidat du PS a annoncé qu’il ouvrait un autre compte, destiné à sa campagne électorale. Il a pourtant 360 abonnés et avait posté 388 messages à la date d’hier soir 22h49. Il suit très peu en retour: seulement 48 comptes, dont évidemment son directeur de campagne, ses principaux soutiens en France et en Amérique du Nord, et des médias.

Bien que régulier, avec en moyenne six messages par jour, on note chez Franck Scemama peu d’interactivité: une réponse à votre serviteur suite à des échanges verbaux dans un bar de Québec, une réponse d’évidence sur le mariage pour tous, une autre sur sa déclaration de patrimoine, au total moins de dix réponses. C’est dommage pour un candidat qui a multiplié les déplacements et n’est pas avare de messages en 140 signes. Néanmoins, son entourage prend parfois le relais en clair ou en messagerie privée, et ne se contente pas de relayer ses messages. C’est peut-être le candidat qui, sur Twitter, possède le réseau le plus efficace car en nombre bien plus important que celui de Louis Giscard d’Estaing et en courtoisie bien plus agréable que celui de Frédéric Lefebvre dans leur ensemble.

On constate aussi que Franck Scemama ne « pollue » pas le réseau du mot-clic de la circonscription pour un oui pour un nom. Par exemple, le jour des attentats de Boston, alors qu’il était à San Francisco, il a publié deux messages sans le mot-clic (un ici, l’autre ). A l’inverse, le candidat investi par l’UMP, qui allait passer quelques jours à Paris, a utilisé le mot-clic, ce qui lui a valu de se faire épingler par Europe1.

5/ Nicolas Rousseaux ou @F_Republicaine: sa dernière publication est ce message du 22 mai qui diffusait son portrait sur le site de TV5Monde (le même portrait que les électeurs avaient reçu en spam la veille). Il compte 230 abonnés mais était déjà sur Twitter avant cette élection. Le plus ancien message qui reste sur son compte remonte au 13 février, deux jours avant  la décision du Conseil constitutionnel invalidant l’élection de la circonscription d’Amérique du Nord. Lorsque François Fillon a décidé de baptiser son mouvement « Force Républicaine » et que votre serviteur l’a signalé à un journaliste spécialiste de la droite française, Nicolas Rousseaux a passablement encombré son compte à revendiquer le nom de son mouvement.

Entre ces nombreux tweets contre son ancien parti et des nombreux commentaires d’actualité, la place pour la campagne électorale est assez maigre pour ce candidat atypique, sur un total dépassant à peine les 700 gazouillis. Le ratio abonnés/abonnement est étrange aussi: 230 abonnés pour plus de mille abonnements, pas vraiment le profil d’un homme politique.

Nicolas Rousseaux, qui ne s’est pas déplacé sur le terrain et dont la circulaire électorale a été invalidée, compte sur Twitter pour avoir quelques voix, comme il l’a expliqué à La Montagne. La Montagne est l’un des médias français qui s’intéressent à la campagne, d’une part parce que le journal a une correspondante à Montréal, d’autre part parce que trois des douze candidats sont d’origine auvergnate.

6/ Cyrille Giraud ou @CyrilleGiraud: le compte du candidat écologiste a été créé fin 2011, à l’occasion de la pré-campagne électorale des législatives de 2012. L’an dernier, PS et EELV faisaient « ticket commun » dans beaucoup de circonscriptions et il était le suppléant de Mme Narassiguin. C’est donc la deuxième campagne électorale avec le même compte Twitter, et une vie entre les deux campagnes.

Cyrille Giraud est abonné à presque 400 comptes, et a 400 abonnés. Il n’a diffusé en dix-sept mois qu’à peine plus de 400 messages, le dernier, d’hier, étant le soutien de Pascal Canfin, ministre de la Coopération.

Son utilisation de l’outil est on ne peut plus conviviale: il suit l’actualité, y compris française, il rediffuse des informations, il répond assez rapidement aux interpellations.

7/ Frédéric Lefebvre ou @FLefebvre_UMP: le compte de l’ancien secrétaire d’Etat en charge du Commerce et de l’Artisanat est sans conteste le plus important de la campagne avec plus de 26.000 abonnés (dont 26% de faux comptes et 34% d’inactifs, selon ce site). Mais pour l’ancien porte-parole de l’UMP, le premier jour sur le réseau social, en novembre 2009, a été rude: il s’en est tout simplement fait éjecter.

Désormais plus calme, ce n’est pas pour autant que le candidat maîtrise bien l’outil. Par exemple, son dernier message de campagne (d’hier à 17h12) le montre avec… sa cousine Camilla. Pas sûr que les électeurs des USA et du Canada soient intéressés par la chose. De même, l’utilisation abusive du mot-clic de la campagne n’est pas normale pour quelqu’un qui a déjà trois ans et demi d’ancienneté sur le réseau social. Le pire des exemples fut sans doute celui des attentats de Boston (lire candidat n°4: Franck Scemama).

Le candidat investi par l’UMP parle, communique, mais ne répond jamais. Seuls ses soutiens (des JeunesPop ou de la « TeamLefebvre ») répondent, avec plus ou moins d’arguments, plus ou moins de courtoisie.

8/ Thierry-Franck Fautré ou @ThierryFautre: le candidat FN a créé son compte le 8 avril, a six abonnés, et a émis six messages. Dernier message en date, celui-ci (du 10 avril) dont nous avions relevé ici qu’il reflétait pour le moins une grande méconnaissance de la composition du gouvernement (il citait un certain… Jean Kulasek).

Ce n’est donc pas sur Twitter que M. Fautré gagnera la moindre voix.

9/ Véronique Vermorel ou @vvermorel: le compte de la candidate « pirate » n’a qu’une centaine d’abonnés, mais il est jeune, puisque son plus ancien message remonte au 1er mars.

Sur les 330 tweets déjà publiés (dont certains ce vendredi), on ne trouve pas que de la campagne électorale. Il y a aussi des rediffusions de messages et des réponses. On l’a vu plus haut, ce n’est pas le cas de tous les candidats.

L’entourage de la candidate s’est montré lui aussi très réactif tout au long de ces dernières semaines.

10/ Céline Clément ou @CClement_2012: la candidate Front de Gauche n’a pas modifié l’intitulé du compte qu’elle avait en 2012. De même que Cyrille Giraud, son compte Twitter a fonctionné depuis les élections de l’an passé. Elle a un peu plus de 400 abonnés et suit près de 500 comptes.

Céline Clément aussi s’est servi de son compte ce vendredi. Une fois pour renvoyer sur L’Outarde libérée mais aussi pour rediffuser une information sans rapport avec les élections.

Elle se sert de Twitter de façon interactive et évoque -parfois avec humour- des sujets très divers, hors de la campagne. Comme elle a quitté le Canada depuis quelques mois, elle a fait sur le terrain une très courte campagne.

11/ Pauline Czartoryska: pas de compte.

12/ Karel Vereycken ou @SPVereycken: le candidat Solidarité & Progrès était déjà candidat en 2012. Il affiche plus de 2000 gazouillis au compteur, suit presque deux mille personnes et a dépassé le millier d’abonnés. Il a utilisé Twitter ce vendredi, entre autres pour annoncer que « l’ex-ministre de tutelle de Frédéric Lefebvre » Christine Lagarde avait été placée sous le statut de témoin assisté.

Il diffuse ou rediffuse beaucoup d’informations, dont la plupart sont axées sur la campagne. Il n’hésite pas à répondre ou à intervenir sur certains sujets.

Voir aussi: Essai de cartographie virtuelle des élections.

2 Réponses

  1. […] Il est clair que les réseaux sociaux ne font pas une élection. Pas plus tard qu'hier, Nicolas le rappelait sur son blogue à la suite d'un sujet sur le HuffPost français. Néanmoins, dans notre circo…  […]

  2. […] score que celui de Pauline Czartoryska: la seule candidate sans compte Twitter (lire ici), sans site Internet, sans circulaire de campagne, sans affiche et sans bulletins de vote réussit […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :